Inventaire lexicographique du français calédonien

par Christine Pauleau



Introduction | A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Pour citer ce travail :
PAULEAU, C., Inventaire et observatoire lexicographiques du français calédonien (Nouvelle-Calédonie), bilan sociolinguistique sur le géolecte francocalédonien, Paris, site du laboratoire Modèles Dynamiques Corpus (MoDyCo), UMR 7114 du CNRS/ Université Paris Nanterre, depuis 2022, https://ressources.modyco.fr/dicocaledonien/

Cette oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International. CC BY-NC-ND 4.0

La recherche pour @lettre ^f* a trouvé 141 résultats

Lexique général (gros caractères) - Lexique flore/faune (petits caractères, termes rares en gris)

Entrées et sous-entrées
Items and subitems
652 ::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: F :::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: :

652 FAGAUVEA :

n.m. A.cour. Ethnolectal kanak* et polynésien ou spéc. (employé soit par les Kanak*et les Polynésiens, soit en contexte spéc.). Domaine : Linguistique. Langue "polynésienne" parlée au nord et au sud d’Ouvéa (une des îles Loyauté), une autre langue ("mélanésienne"), le iaai*, étant parlée au centre de l’île. Encycl. : Le faga uvea est une langue proche des langues parlées en Polynésie, cela serait dû à une migration en provenance de Wallis, entre le XVIIème et le XVIIIème siècle (Haudricourt, 1979 : 18, Site de l'Académie des Langues Kanak*, consultation 11/2022). (…) Dehu*, Iaaï*, Faga Uvéa, De toutes vos forces, Venez, Chantez, Dansez (…). W.Welepane, 1993 dans Anthologie, 1994 : 249. (…) promouvoir l’écriture en français, en langue iaai* et en langue faga uvea auprès des habitants d’Ouvéa. Journal Mwà Véé, 09/2005 : 47. Le fagauvea regroupe 2 219 locuteurs déclarés âgés de plus de 14 ans (ISEE 2009). Site de l'Académie des Langues Kanak* (ALK), ibid. Norme phonétique : [fagauvea] (en alphabet latin : "faga ouvéa"). Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).   V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

651 FAILLE :

Attesté uniquement à l’oral. adj. Peu cour. Fam. Fatigué. V. VERT (2.). Encycl. : Mot en usage notamment à La Réunion et à Madagascar, dont on retrouve les traces dans le français dialectal (parlers de l'Ouest de la France) –site BDLP, 2006. Quand j’rentre du boulot j’suis faille. Oral spontané, 1990. Norme phonétique : [faj].    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

588 FAIRE :

v.opérateur. Mot du français de référence entrant dans la composition de plusieurs locutions et interjections :

589

FAIRE AU CON :

Attesté uniquement à l’oral. loc. verbale transitive. Cour. Fam. Vulg.  1. Commettre l’adultère, tromper son partenaire, dans une relation amoureuse. Et la fille (…) qui me fait au con tous les jours, c’est toi (…) mon amour (…). Sketch Ollivaud, [198 ?]. -Il veux plus sortir avec moi -Ben oui mais pourquoi tu l’as fait au con, aussi ? Oral spontané, 1990. Equivalent hexagonal : Cocufier (Petit Robert "vulg.").   2. Par extension : Tromper, duper quelqu’un, se moquer de lui. Les mecs du gouvernement, ils nous font tous au con ces mecs-là... Oral spontané, 1990. Peut-être le vieux il a fait au con à moi. Sketch Wahoo, [2000?].

Norme  : L'usage de cette expression est ressenti comme peu vulgaire (vulgarité banalisée) en contexte calédonien*.

590

FAIRE BROUTER LE COALTAR* :

Attesté uniquement à l’oral. loc.verbale.tr.ind. T.cour. Fam. Donner une correction, battre. Celui là je vais lui faire brouter le coaltar*! Oral spontané, s.d. Norme : le DFNC mentionne "brouter le coltar" : "avoir un accident", expression en usage en Nouvelle-Calédonie aussi. Dynamique : Terme stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).   V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

591

FAIRE COUTUME* :

Variante de FAIRE LA COUTUME. V. ce mot et COUTUME. On échange, on fait coutume ?

592

FAIRE DU BLANC :

Attesté uniquement à l’oral. loc. verbale. Cour. Fam. Encourager l’immigration d’origine européenne*, à des fins électorales ou politiques. Ils disent que si on veut rester français il faut faire du blanc... Oral spontané, s.d.

593

FAIRE DU CINQ-CINQ* :

V. CINQ-CINQ.

594

FAIRE CLAQUER* SA GUEULE :

Variante de CLAQUER SA GUEULE. V. cette entrée. V. aussi PÉTER SA GUEULE. Arrête de faire claquer ta gueule!

595

FAIRE LA CHAÎNE :

loc. verbale intr. Cour. Ethnolectal kanak* (peu cour. dans les autres groupes?). Participer à un viol collectif. (…) soirées (…) "pop" groupes pour "faire la chaîne"/ virées en bagnole pour draguer/ avant de rentrer tabasser la compagne [note de bas de page : "faire la chaîne" : quand, à tour de rôle, des hommes couchent avec la même femme lors d’une soirée. Poèmes Gorodé, 1985 : 42. L’auteur de l’article [sur le viol] (…) a voulu faire allusion à "faire la chaîne" lorsqu’il ou elle parle de "si on est 20, les 20 participent" (…) "faire la chaîne" est très courant chez les jeunes Kanak* (…). Journal Bwenando, 03/07/1986.

596

FAIRE LA POP :

Attesté uniquement à l’oral. loc. verbale. Cour. Fam. Etre à la mode ou se donner l’air d’être à la mode. Depuis qu’il est allé en France, il fait la pop maintenant...Oral spontané, s.d. Dynamique : Expression vieillie?

597

FAIRE LE BLANC* :

Attesté uniquement à l’oral. loc. verbale. A.cour. Se comporter selon les habitudes culturelles des personnes d’origine européenne*. Connotation : Péjorative. Il essaye de bien parler, bien s’habiller... de faire le blanc, quoi! Oral spontané, 1991.

598

FAIRE MONTRER :

V. MONTRER.

599

FAIRE PÉTER* SA GUEULE :

Variante de PÉTER SA GUEULE. V. cette entrée. V. aussi CLAQUER SA GUEULE. Arrête de péter ta gueule tout le temps comme ça...

600

FAIRE (UN) TATA* :

V.TATA.

601

FAIRE + dét. poss. + Nom :

Attesté uniquement à l’oral. structure de loc. verbale. Cour. Fam. Souvent Plaisant. Faire le + nom. / Faire comme + nom propre. Arrête de faire ton abruti [=Arrête de faire l’abruti]. Là il fait son Marc [=Là il fait comme Marc]. Oral spontané, s.d. J’vais essayer d’me surpasser, de faire mon zoreille* numéro un [=de faire le zoreille* le mieux possible]. Sketch Lewis, 1990. Collocations fréquentes (V. articles suivants) : Faire son cacane*, faire son con, faire son coyote, faire son daguet*, faire son malin, faire son Jeulin.

602

FAIRE SON CACANE* :

V. CACANE.

603

FAIRE SON  CON/ FAIRE SA CONNE :

Attesté uniquement à l’oral. Cour. Fam. Faire l’idiot/ l'idiote. C’est un vrai pitre, il fait tout le temps son con en classe. Oral spontané, s.d. Equivalent hexagonal : Faire le con (français fam. des jeunes). Norme : Par rapport à cette expression "faire le con", la particularité est originellement d’ordre syntaxique ici (emploi du possessif à la place du défini).

604

FAIRE SON CAICAISSE* :

Attesté uniquement à l’oral. loc. verbale. A.cour. Fam. Souvent Plaisant. Essayer de se faire remarquer en mettant en évidence un engin automobile. V. CACANE. Il aime bien faire son caicaisse avec sa voiture le dimanche.

605

FAIRE SON COWBOY* :

V. CACANE.

606

FAIRE SON COYOTE :

V. FAIRE SON MALIN/ SA MALIGNE.

607

FAIRE SON DAGUET* :

V. FAIRE SON MALIN/ SA MALIGNE.

608

FAIRE SON JAVANAIS* :

V. CACANE.

609

FAIRE SON JEULIN* :

V. ETRE* FAMILLE AVEC JEULIN.

610

FAIRE SON MALIN/ SA MALIGNE :

Attesté uniquement à l’oral. loc. verbale. T.Cour. Fam. Se faire valoir. V. FAIRE + dét.poss. + nom.  (…) t'as vu comme les Zoreilles* là* (…) toujours faire* son malin (…). Vidéo Youtube Bonjour ma Kanaky*, Coco Banane, 04/2020. Equivalent hexagonal : Faire le malin (français fam.). Frimer, flamber (français des jeunes). Faire crari (français néo-pop.). Syn.  : Faire* son coyotte (peu cour.). Faire* son daguet* (cour.?). Feinter* (t.cour.).

 

676 FALOU :

n.m. A.cour. Fam. Vieilli. Enfant. Encycl. : En anglais, "fellow" signifie : camarade, semblable (Harrap’s). C’est Fred qui commande, c’est bien compris les falous? Roman Jacques, 2002b : 15. Bon sang! Il va falloir les faire manger ces falous!. Roman Jacques, 2002b : 39. Equivalents hexagonaux : Gosse, gamin (français fam.). Minot (français méridional)...etc.

677 FAMILLE (ÊTRE -) :

V. ÊTRE* FAMILLE. 

677 FARÉ :

n.m. T.cour. Construction ressemblant à la case, faite de matériaux naturels (bois, paille, feuilles de cocotier, de pandanus*), souvent sans murs, le toit étant soutenu par des piliers. Encycl.: En tahitien (et dans d’autres langues polynésiennes), "fare" signifie : "maison, case" (Observatoire, 1988). Les jardins de nombre de villas calédoniennes* sont aménagées d’un faré qui peut avoir diverses fonctions : salon aéré, chambre d’ami, atelier...etc. A vendre (…) Villa (…) faré indépendant. Journal Les Nouvelles, 09/06/1990. Le faré actuellement en construction deviendra le foyer socio-éducatif (…). Ibid, 16/06/1990. Ponérihouen : Journée d’animation au faré communal. Idem 04 2005. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

678 FARWEST (LE -) :

n. propre. Cour. Fam. Ethnolectal? (non européen*?). Souvent Plaisant. La prison de Nouméa. V. CAMP EST. Camp* Est, Far West, Ile* de l’Oubli, Après-le-pont*, Stop-vacances*, Bon-courage*, les Six* Quartiers, une litanie que se répétait Erwann (…) à son arrivée à la prison. Roman Jacques, 2002a 129. Ils les ont arrêtés et ils les ont emmenés de l'aut' côté, au Far West (…). Roman Gorodé, 2005 : 52. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

678 FAUVETTE :

n.f. Rare. Spéc. (Gerygone flavolateralis flavolateralis Gray.). V. OUA-PI-PI. Répertorié par Hannecart, 1980 : 23. Variante (rare spéc.) : Fauvette à ventre jaune.

679 FAUX : FAUSSE/FAUX :

Ci-dessus : Panneau évoquant le faux mimosa et le faux poivrier, parc provincial de Ouémo, Nouméa, 2022. Crédit : Province sud, ville de Nouméa, Nelle-Calédonie.

 

adj. T.cour. Terme du français de référence entrant dans la composition de nombreuses lexies dans le domaine de la flore (V. articles ci-dessous). Encycl. : Ce terme générique réfère soit un élément de la flore déjà connu ailleurs qu’en Nouvelle-Calédonie (en particulier en France –c'est le cas pour faux lilas- mais aussi ailleurs, à Tahiti par exemple -faux tamanou ), c’est le procédé linguistique que J.Hollyman (Observatoire 1983 179) appelle "le normatif "; soit un élément de la flore calédonienne* qui doit être distingué d’un autre lui ressemblant, et qui est ainsi qualifié de "faux", c’est le procédé "formatif". Norme : le Petit Robert mentionne à l’article "faux" que ce mot s’emploie "devant un grand nombre de noms de choses pour marquer une désignation impropre ou approximative : faux acacia (…) faux corail".     V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

680

FAUSSE* BRUYÈRE* :

n.f. Rare. (Baeckea ericoïdes Brongn. et Gris). V. BRUYÈRE. Encycl. : V. FAUX. Répertorié par Observatoire, 1990 : 165.

680

FAUSSE* CUSCUTE :

n.f. Peu cour. Spéc. (Cassytha filiformis L.). V. COURONNE DES DIABLES. Encycl. : V. FAUX. (…) formulez une hypothèse précisant les relations qui existent entre la fausse* cuscute et la plante support. Manuel Ecologie, 1987 : 159.

680

FAUSSE* RÉGLISSE :

n.f. Rare. (Abrus precatorius L.) (Hollyman, 1977 : 27). V. LIANE RÉGLISSE. Encycl. : V. FAUX. Répertorié par Observatoire, 1990 : 166.

680

FAUSSE* VIOLETTE :

n.f. A.cour. (Hydrocotyle asiatica L.  =Centella asiatica L.). Herbe rampante poussant au bord des chemins. Encycl. : Famille des Ombellifères / Possède des propriétés médicinales. / V. FAUX. Répertorié notamment par Rageau, 1973 : 67.

680

FAUX* ACAJOU* :

n.m. A.cour. (Semecarpus atra Vieil.). V. ACAJOU. Encycl. : V. FAUX. Et s'il lui prenait la fantaisie de s'arrêter sous un faux acajou, en quel état le retrouverait-on? Les yeux rouges et la peau brûlée! Roman Sénès, 1987 : 288. (…) une petite table ronde en faux acajou (…) deux fauteuils club en houp* (…). Nouvelles Jacques, 2000 : 74.On trouve ainsi au bas mot une centaine de faux* quelque chose (...) on vous les donne en vrac, le faux* cerisier, le faux acajou, le faux* bois de rose, le faux* chataigner, le faux* chêne, le faux* lila ou encore le faux* mimosa. Site d’information noumeapost.nc/, rubrique ‘culture’, 09/2023. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005-2023).

680

FAUX* ANANAS* :

n.m. Peu cour. (Dracophyllum verticillatum Labill.). Plante à fleurs rouges (selon informateur). Encycl. : V. FAUX. Répertorié par Observatoire, 1990 : 165.

680

FAUX* BANANIER* :

n.m. Peu cour.  1. (Dieffenbachia picta). Plante ornementale aux larges feuilles panachées de vert et de blanc dont la forme rappelle celle du bananier. Répertorié par Observatoire, 1990 : 165.  2. (Barringtonia neocaledonica Vieill.). Plante dont la forme des fruits rappelle celle des bananes. Répertorié par Observatoire, 1983 : 184.

Encycl. : V. FAUX.

680

FAUX* BOIS* DE FER :

n.m. Rare. (Casuarina  spp.). Arbre du même genre que le bois* de fer (Casuarina spp.). Encycl. : V. FAUX. Répertorié par Observatoire, 1990 : 165.

680

FAUX* BOIS* DE ROSE :

n.m. Rare.  1. (Thespesia populnea L.). V. BOIS DE ROSE. Encycl. : V. FAUX. Répertorié par Observatoire, 1990 : 165.  2. (Hernandia spp.). Arbre dont les feuilles ressemblent à celles du bois* de rose. Encycl. : Famille des Hernandiacées. / V. FAUX.

On trouve ainsi au bas mot une centaine de faux* quelque chose (...) on vous les donne en vrac, le faux* cerisier, le faux* acajou, le faux bois de rose, le faux* chataigner, le faux* chêne, le faux* lila ou encore le faux* mimosa. Site d’information noumeapost.nc/, rubrique ‘culture’, 09/2023.

Norme : Répertorié par Observatoire, 1983 : 185.

680

FAUX* BOIS DE SANTAL :

Variante de FAUX SANTAL. V. cette entrée. Répertorié par Observatoire, 1983 : 185.

681

FAUX* BUIS* :

n.m. Rare. (Podocarpus sylvestris Buchh.).  V. BUIS. Encycl. : V. FAUX. Répertorié par Observatoire, 1990 : 165.

681

FAUX* CAFÉ :

n.m. A.cour. (Ochrosia elliptica Labill.) (Observatoire, 1983 : 185). Divers arbustes rappelant le caféier et spécialement Ochrosia elliptica, à cause de la ressemblance des feuilles (Ibid.). Encycl. : V. FAUX. Répertorié par Observatoire 1983 185. Variante (moins cour.) : Faux caféier.

681

FAUX* CAFÉIER :

Variante de FAUX CAFÉ. V. cette entrée. Répertorié par Observatoire, 1990 : 165.

682

FAUX* CERISIER* :

V. CERISIER BLEU. On trouve ainsi au bas mot une centaine de faux* quelque chose (...) on vous les donne en vrac, le faux cerisier, le faux* acajou, le faux* bois de rose, le faux* chataigner, le faux* chêne, le faux* lila ou encore le faux* mimosa. Site d’information noumeapost.nc/, rubrique ‘culture’, 09/2023.

683

FAUX* CHÂTAIGNIER :

n.m. Peu cour. (Castanospermum australe A.Cunn.). V. FAUX* ÉBENIER. Encycl. : V. FAUX. On trouve ainsi au bas mot une centaine de faux quelque chose (...) on vous les donne en vrac, le faux* cerisier, le faux* acajou, le faux* bois de rose, le faux châtaignier, le faux* chêne, le faux* lila ou encore le faux* mimosa. Site d’information noumeapost.nc/, rubrique ‘culture’, 09/2023. Norme : Répertorié notamment par Godard, 1978 : 52.

684

FAUX* CHÊNE :

n.m. Peu cour. (Syzygium wagapense). V. BOIS-BARRE-À-MINE. Encycl. : V. FAUX. On trouve ainsi au bas mot une centaine de faux quelque chose (...) on vous les donne en vrac, le faux* cerisier, le faux* acajou, le faux* bois de rose, le faux* châtaignier, le faux chêne, le faux* lila ou encore le faux* mimosa. Site d’information noumeapost.nc/, rubrique ‘culture’, 09/2023. Norme : Répertorié notamment par F.O.L., 1983 : 22.

684

FAUX* CHÊNE BLANC :

n.m. Peu cour. (Elattostachys apetala (Labill.) Radlk.). Arbre aux fleurs rouges. Appelé communément « faux chêne blanc », cet arbre avec une multitude de fleurs rouges est largement répandu sur l’ensemble du territoire. Endémique, il est utilisé dans le reboisement des forêts sèches. Journal Le Pays, 08/2019.

685

FAUX* ÉBENIER :

n.m. Peu cour. (Castanospermum australe A.Cunn.). Grand arbre donnant des graines à goût de châtaigne, une fois grillées (Rageau, 19873 : 47). Encycl. : Famille des Légumineuses Papilionoidés. / Arbre plus courant au Vanuatu qu'en Nouvelle-Calédonie (Godard, 1978 : 52). / V. FAUX. Répertorié notamment par Godard, op.cit. Syn. : Faux* châtaignier. Pois* géant.

686

FAUX* ÉPINARDS* :

n.m. pl. Rare. Vieilli. (Amaranthus interruptus R.Br.). V. BRÈDES. Encycl. : V. FAUX. Répertorié par Observatoire, 1990 : 165.

686

FAUX* FIGUIER :

n.m. A.cour.  1. (Ficus austrocaledonica Bur.). Arbre dont les fruits ressemblent aux figues mais sont fades (Observatoire, 1983 : 185). Encycl. : V. FAUX. Répertorié par Observatoire, op. cit.  2.  (Sparattosyce dioica Bur.). Arbre ressemblant au figuier par ses fruits, son bois, son latex. Encycl. : Famille des Moracées. / V. FAUX. Répertorié par Observatoire, op. cit.  3. (Guettarda speciosa L.). Arbre dont les feuilles sont velues comme celles des figuiers. Encycl. : Famille des Rubiacées./ V. FAUX. Répertorié par Observatoire, op. cit.

687

FAUX* GAÏAC* :

n.m. Rare. (Acacia spirorbis Labill.). V. ACACIA (II.2.). Répertorié par Observatoire, 1990 : 165. Norme : Le nom de faux gaïac, synonyme de gaïac, s'explique par le fait que le gaïac est originellement un arbre d'Amérique centrale (Petit Robert) et qu'il a fallu distinguer du gaïac poussant en Nouvelle-Calédonie qu'on a appelé faux gaïac ou gaïac* de Nouvelle-Calédonie, tout en gardant tout de même le terme "gaïac", les trois termes devenant synonymes, termes auxquels il faut ajouter le terme d'acacia*. V. également FAUX.

688

FAUX* HÊTRE :

n.m. A.cour. (Nothofagus sp.). V. HÊTRE. Encycl. : V. FAUX. Tout sur les Nothofagus : Site très bien documenté sur les faux hêtres (…). Site internet La Nouvelle-Calédonie en ligne, 2006.

688

FAUX* HOUP* :

 n.m. Peu cour.  1. (Garcinia collina Vieill.). Arbre dont le bois ressemble à celui du houp*. Encycl. : Famille des Guttifères. / V. FAUX. Répertorié par Observatoire, 1983 : 188.  2. V. BOIS-TABOU. Encycl. : V. FAUX. Répertorié par Observatoire, 1983 : 188.

690

FAUX* KAORI* :

n.m. Peu cour. (Podocarpus longefoliatus Pilg.). Nom donné à divers arbres rappelant le kaori* et spécialement Podocarpus longefoliatus, à cause de la ressemblance du bois. Encycl. : V. FAUX. Répertorié par Observatoire, 1990 : 165. Syn.: Buis* (a.cour.). Palissandre (rare).

691

FAUX* KOHU* :

n.m. Peu cour. (Allophyllus ternatus Radlk.). Arbre dont le bois ressemble à celui du kohu*. Encycl. : Famille des Sapindacées. / V. FAUX. Répertorié par Observatoire, 1983 : 188.

692

FAUX* LILAS :

n.m. A.cour. (Melia azedarach L.). V. LILAS. Encycl. : V. FAUX. On trouve ainsi au bas mot une centaine de faux quelque chose (...) on vous les donne en vrac, le faux* cerisier, le faux* acajou, le faux* bois de rose, le faux* châtaignier, le faux *chêne, le faux lilas ou encore le faux* mimosa. Site d’information noumeapost.nc/, rubrique ‘culture’, 09/2023. Norme : Répertorié par F.O.L., 1983 : 78./ Le même terme désigne la même plante en français hexagonal mais pas de façon courante (terme notamment absent du Petit Robert).

693

FAUX* MANGUIER :

n.m. Peu cour. (Cerbera sp.) (Rageau, 1973 : 96). Nom donné aux petits arbres du genre Cerbera, ressemblant aux manguiers par leur bois et leurs fruits. Encycl. : Famille des Apocynacées. / Arbre poussant aussi dans les autres îles du Pacifique. Le noyau de son fruit est très toxique. / V. FAUX. Pour guérir les maladies déclenchées par la transgression des interdits, il faut boire l’eau qui a été filtrée par des feuilles de faux* manguier. Etiquettes expliquant le mythe du premier homme Téâ Kanaké (chemin kanak*), Centre culturel Tjibaou, 2022. Syn.  : Bois* de lait. Dynamique : Usage peu cour. mais répertorié notamment par Observatoire,  1983 : 190. Semble apparaître surtout dans le discours de la médecine traditionnelle -cf attestation ci-dessus.

694

FAUX* MIMOSA* :

n.m. T.cour. (Leucaena glauca (Willd.) Benth.). V. MIMOSA. Encycl. : V. FAUX. Les racines des Légumineuses (sensitives*, faux mimosas, trèfles...) présentent souvent des nodosités (…). Manuel Ecologie, 1987 : 174. Avant de construire quoi que ce soit il faut débrousser*, arracher les faux mimosas... Oral spontané, s.d. La mangrove de Ouémo abrite des espèces végétales envahissantes (…) Faux* mimosa (…) Faux* poivrier (…). Pancarte du « sentier de la mangrove » dans un parc de Nouméa, 2022. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

695

FAUX NOYER* :

n.m. Peu cour. (Neoguillauminia cleopatra (Baill.) Croizat). Arbre de forêt dense et de maquis à fleurs blanches dont le bois est utilisé en menuiserie. Encycl. : V. FAUX.  Le sentier (…) permet de rejoindre l’aire aménagée de Bon secours en passant par un magnifique peuplement de faux noyers. Pancarte sur un sentier de Parc naturel, 2022.

695

FAUX* OISEAU DE PARADIS :

n.m. Rare. (Heliconia spp./ Helicone bihaï L.). V. BEC DE PERROQUET. Encycl. : V. FAUX. Répertorié par Observatoire, 1990 : 165.

696

FAUX* POIVRIER :

n.m. T.cour. (Schinus terebinthifolius Raddl.). Arbre envahissant (et très courant comme ornemental), aux tout petits fruits rouges en grappes qui ressemblent aux grains de poivre à maturité, mais ont la réputation d'être toxiques (F.O.L., 1983 : 78). Encycl. : Famille des Anacardiacées. / Possède des propriétés médicinales (Rageau, 1973 : 71). / V. FAUX. La fausse* cuscute (…) recouvre les arbres de ses entrelacs : (…) gaïac, faux poivrier...). Manuel Ecologie, 1987 : 159. Le front bas, il traverse les mimosas* et les faux poivriers (…). Roman Jacques, 2002b : 5. Sous le feuillage touffu d'un faux- poivrier (…). Roman Gorodé, 2005 : 17. La mangrove de Ouémo abrite des espèces végétales envahissantes (…) Faux* mimosa (…) Faux* poivrier (…). Pancarte du « sentier de la mangrove » dans un parc de Nouméa, 2022. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

697

FAUX* POMMIER :

n.m. Peu cour. (Caryophyllus undulatus Guillaum.). V. POMMIER DE MONTAGNE. Encycl. : V. FAUX. Répertorié par Observatoire,  1983 : 191.

698

FAUX* SAFRAN* :

Variante de SAFRAN. V. ce mot. Répertorié par Observatoire, 1990 : 165.

699

FAUX* SANTAL :

n.m. Peu cour. (Myoporum tenuifolium  Forst.). V. BOIS DE CITRONELLE. Encycl. : V. FAUX. Répertorié par F.O.L., 1983 : 22. Variante (rare) : Faux* bois de santal.

699

FAUX* TABAC :

n.m.  1. A.cour.  (Messerschmidia (=Tournefortia)  argentea (L.) Johnst.). Petit arbre à l'écorce rugueuse grisâtre et brillante et aux feuilles couvertes de poils argentés, qui rappellent celles du tabac. Encycl. : Famille des Boraginacées. / Cet arbre endémique, qui pousse en bord de mer, possède des propriétés médicinales, connues en particulier contre la gratte* -ichtyosarcotoxisme- (Rageau, 1973 : 102). / V. FAUX. (…) [sur l'îlot] une maigre végétation arbustive composée de Faux-Tabacs, abrite les nids de brindilles (…). Manuel Lectures, 1978 : 74. Syn. : Herbe* à gratte (a.cour.). Arbre* à Calimbre, arbre* à gratte*(rares).  2. Rare. (Elephantopus mollis HBK). Plante des bords de chemin, en brousse* (F.O.L., 1983 : 78).  Encycl. : Plante endémique de la famille des Composées. / V. FAUX. (…) sentiers de poussière (…) qui s'égarent bordés de faux-tabac dans les herbes brûlées (…). Nouvelles Jacques, 2000 : 28. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).  3. Rare. (Solanum auriculatum Ait.). Plante dont l'odeur rappelle celle du tabac (selon Observatoire, 1983 : 192). Encycl. : Famille des Solanacées. / V. FAUX.   

Il est situé en pleine mer, entre les îlots Baye et Faux-Tabac. Récits Juncker, 2018 : 39.

V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

700

FAUX* TAMANOU* :

n.m. Cour. (Geissois spp., Geissois racemosa labill.). Nom donné aux arbres du genre Geissois dont le bois ressemble à celui du tamanou* et spécialement Geissois racemosa labill. (…) sous les fleurs rouges du faux tamanou. Poèmes Gorodé, 1985 : 105. Elle y plante plusieurs espèces d’arbustes comme les faux tamanous* ou encore les cerisiers* bleus. « C’est un très beau projet de développement pour les mamans de la tribu » (…). Site la1ere.francetvinfo.fr/, 04/2016.  Syn. spéc. : Faux* tamanou à grandes feuilles (Observatoire, 1984 : 51). Composés : ci-après. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2023).  V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

701

FAUX* TAMANOU* À GRANDES FEUILLES :

n.m. Rare. (Geissois spp.). V. FAUX TAMANOU. Répertorié par Observatoire, 1990 : 167.

702

FAUX* TAMANOU* À PETITES FEUILLES :

n.m. Rare. (Geissois spp.). Variété de faux* tamanou* dont les feuilles sont plus petites que celles de l'arbre le plus courant. Encycl. : V. FAUX. Répertorié par Observatoire, 1990 : 167.

703

FAUX* TAMANOU* DE FORÊT :

n.m. Rare. (Geissois spp.). Variété de faux* tamanou* poussant en forêt. Encycl. : V. FAUX. Répertorié par Observatoire, 1990 : 167.

704

FAUX* TAMANOU* DE MONTAGNE :

n.m. Rare. (Geissois spp.). Variété de faux* tamanou* poussant sur les hauteurs. Encycl. : V. FAUX. Répertorié par Observatoire, 1990 : 167.

705

FAUX* TAMANOU* DE RIVIÈRE :

n.m. Rare. (Geissois spp.). Variété de faux* tamanou* poussant au bord des rivières. Encycl. : V. FAUX. Geissois hirsuta. Faux tamanou* de rivière. Pancarte dans un parc naturel (Rivière bleue), 2022. Répertorié par Observatoire, 1990 : 167.

 

683 FEINTE :

Attesté uniquement à l’oral. n.f. T.cour. Fam.  1. Mot drôle, blague. C’est un rigolo, il a toujours des feintes belges… Oral spontané, s.d. (…) votre mari est toujours à vendre? C’est quoi la feinte là? (rires). Oral radio, 2005 (animateur commentant une petite annonce). La feinte de Kingtäz. Nom d’une émission humoristique sur la1ere.francetvinfo.fr/nouvellecaledonie, 2022.  2. Effet de style. Je sais pas si t’as vu comment ils dansent les zors* [=métropolitains] là* : des feintes à la con là* tu wois? Sketch Valery, 1989.

Dérivés : V. articles ci-après.

Norme : Le Petit Robert mentionne ce mot mais avec la définition : "Coup, mouvement simulé par lequel on trompe l'adversaire" et précise également le sens d’ attrappe, piège". Ces acceptions sont proches mais sensiblement différentes de celles du français calédonien*.

Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2022).

684 FEINTER :

Attesté uniquement à l’oral. v. intr. T.cour. Fam. Se faire valoir. V. FAIRE SON MALIN/ SA MALIGNE. C'est un frimeur... tout le temps en train de feinter...Oral spontané, s.d. Norme : Le Petit Robert mentionne ce terme avec le sens de " faire une feinte (Sports)" ou tromper, posséder. Les informateurs hexagonaux glosent le mot par le verbe "tricher ", les informateurs calédoniens* par le verbe "crâner". Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

685 FEINTEUR, -EUSE :

Attesté uniquement à l’oral. n. et adj. Cour. Fam.  1. Blagueur, amuseur. Son copain, c'est un feinteur, il a toujours une connerie à faire ou à dire... Equivalent hexagonal : Déconneur (français familier des jeunes).  2. Personne qui cherche à se faire valoir, se conduit avec ostentation. Il est venu avec sa grosse moto! Quel feinteur! Oral spontané, s.d. Equivalents hexagonaux : Frimeur (DFNC), flambeur -français fam. Crari -français néo-pop.

686 FEUILLES :

n.f.pl. A.cour. Ethnolectal (plus cour. chez les Kanak*).  1. Poison, maléfice. V. BOUCAN. (…) les jeteurs de sorts (…) Comment ils font (…)? à quoi servent les feuilles, les écorces, les paquets magiques? Roman Gorodé, 2005 : 56. Il a pris un coup de feuilles [=il a été ensorcelé]. Locution : Prendre* un coup de feuilles.  2. Moyen occulte utilisé à des fins bénéfiques : substance porte-chance, fluide magnétique ...etc. Il a pris un coup de feuilles [=il s'est fait aider par la sorcellerie]. Syn.: Médicament*. Locution : Marcher* avec des feuilles. Prendre* un coup de feuilles.  3. (Cannabis sativa Linn.) (B.Suprin, botaniste -parc forestier de Nouméa). V. PAKALOLO. Il a fumé des feuilles.  4. Nom donné aux divers légumes dont on mange les feuilles (salade, chou* de chine, chou ...etc). (…) j'ai jamais mangé autant de feuilles* (…) que pendant ma grossesse! Surtout les gluants*, les choux kanak*. Roman Gorodé, 2005 : 71. Variante : Feuilles* vertes.

Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

687

FEUILLES* ROUGES :

n.f.pl. A.cour. (Acalypha sp.). Nom donné aux diverses variétés de plantes à feuillages rouges cultivées en haies décoratives. Répertorié par F.O.L., 1983 : 79.

687

FEUILLES* VERTES :

Variante de FEUILLES (4.). V. cette entrée. Exemples de menus bien composés pour un jeune enfant (…) : Haricots, feuilles vertes, taro* (…). Journal Bwenando, 03/07/1986.

686

MARCHER* AVEC DES FEUILLES* :

Attesté uniquement à l'oral. loc. verbale. A.cour. Ethnolectal kanak* (peu cour. chez les Européens*). Avoir l'habitude d'utiliser pour soi-même des moyens occultes à des fins bénéfiques : remèdes, porte-chance...etc. (appelés médicaments* ou feuilles* : V. FEUILLES (2.)). Depuis quelques temps, il marche* avec des feuilles, t'as vu il réussit tout...    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

 

687 FI :

sigle. Vx. Front indépendantisteEncycl. : Créé en 1979, dissout en 1984.  1979 (….) : création du Front indépendantiste (FI) rassemblant l’UC*, le FULK* (Front uni de libération kanak*, autour de Yann Céléné Ureguei), le Palika*, l’UPM* (Union progressiste mélanésienne*) issue de l’UM* (Union multiraciale) et le PSC* (Parti socialiste calédonien*) de Jacques Violette formé d’indépendantistes d’origine européenne* qui deviendra le PSK* (Parti socialiste de Kanaky*). Essai Mokaddem, 2018 : 73.

 

687 FIGUIER :

n.m. A.cour.   1. (Ficus habrophylla Benett. Ex Seemann / Ficus aspera Forster f. / Ficus proteus Burmann etc.) (Bourret, 1981 : 38). Arbres du genre Ficus spp. et de variétés diverses, à gros troncs, aux larges feuilles contenant du latex, plus ou moins duveteuses en leur face intérieure, et aux fruits de forme oblongue (figues). Encycl. : Famille des Moracées. L'entrain [de la danse] était donné par le "tape-tape" des battes en écorce de figuier (…). Baudoux 1952, dans Manuel Lectures : 27. Syn. (rare) : Figuier* caoutchouc (ou figuier à caoutchouc). Composés : V. articles ci-après. Norme : Le figuier méditerranéen est mentionné par le Petit Robert avec l'identification scientifique Ficus carita L.   2. (Ficus edulis Bur.). Arbre aux fruits fades. V. FIGUIER SAUVAGE. Répertorié par Hollyman, 1977 : 13.   3. Figuier de barbarie : variété de cactus (Opuntia spp.) dont les fruits ressemblent à des figues. Encycl. : Ce figuier pousse notamment dans les régions littorales de la côte ouest de la Grande-Terre* et aux îles Loyauté (Rageau, 1973 : 36). Répertorié par Observatoire, 1983 : 187. Norme : L'appellation figuier peut constituer un particularisme mais pas celle de "figuier de barbarie", ce dernier terme étant selon le Petit Robert le "nom courant donné à l'oponce" en français hexagonal.

688

FIGUIER* CAOUTCHOUC :

n.m. Rare. (Ficus spp.). V. FIGUIER (1.). Répertorié par Rageau, 1973 : 134. Variante : Figuier à caoutchouc.

688

FIGUIER* SAUVAGE :

n.m. A.cour. (Ficus edulis Bur.). Arbre "aux fruits fades" (Hollyman, 1977 : 13) appelés figues sauvages (selon informateur). Encycl. : Arbre de la même famille (Moracées) et du même genre (Ficus) que le figuier* : V. FIGUIER (1.). Répertorié par Hollyman, 1977 : 13. Syn. (a.cour.) : Figuier*.

 

687 FIL DE LA VIERGE :

n.m. Rare. Spéc. (Cassytha filiformis L.). V. COURONNE DES DIABLES. Répertorié notamment par Observatoire, 1990 : 168.

688 FILAO :

Ci-dessus : A l'Ile des Pins, filao au premier plan, pins* colonnaires à l'horizon. Crédit : C. Pauleau.

 

n.m. A.cour. (Casuarina equisetiia Forst.). V. BOIS DE FER (2.). Encycl. : Mot malgache –introduit de La Réunion (Hollyman, 1977), en usage également à l'Ile Maurice (Nallatamby, 1995). On taillait dans une branche de filao la petite curette destinée à piquer les chairs des viandes (…).  Gorsky 1965, dans Manuel Lectures : 241. La fausse* cuscute (…) [recouvre ] les arbres de ses entrelacs (filao, (…) gaïac*, faux* poivrier...). Manuel Ecologie, 1987 : 159. Le filao, nom du restaurant sur l'Ilôt Canard, 2023. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2023).   V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

 

689 FILI-FILI :

Ci-dessus : Etal au marché de Nouméa, 2023. Au fond à gauche : FILI FILI 130 [francs CFP*].  Crédit : C. Pauleau.

 

Variante de FIRI-FIRI. V. cette entrée. FILI-FILI. Affiche au marché, Nouméa, 2005. FILI FILI 130 [francs CFP*]. Etiquette de prix au marché, Nouméa, 2023. Norme : Le même jour au même marché, on observe deux graphies différentes dans deux pâtisseries différentes : fili fili (cf la photographie ci-dessus) et frifri (cf la photographie du panneau des prix à l’article FRIFRI). Précisons que le "r" et le "l" sont souvent, comme ici, en concurrence pour transcrire la même consonne liquide polynésienne.

 

691 FILLE (MA -) :

loc. nom. Fam. ou Sociolectal (pop.) Ethnolectal européen*. Terme d'adresse amical (pour interlocutrice).  [Croisant une personne qu'on connaît :] Héé! ça va ma fille?    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

690 FILLE DU NORD (LA -)! :

Attesté uniquement à l'oral. interj. Peu cour. Fam. Jeune. Plutôt plaisant. Exprime l'admiration vis-àvis d'une personne de sexe féminin, dont le locuteur apprécie le physique : "Quelle belle fille!". Encycl. : Les paroles d'une chanson d'un groupe local, Neibash, parlaient dans les années 90, d'une "fille du nord", belle métis aux yeux verts, portrait type de certains habitants du nord de la Grande-Terre*. -Regarde celle qui arrive... -La fille du nord!

690 FILS :

n.m. T.cour. Fam. ou sociolectal. Ethnolectal (plus cour. chez les Européens*). Terme d’adresse amical pour un interlocuteur masculin. Alors fils, ça va ? Oral spontané, s.d. Tu comprends, fils, j'ai jamais eu les moyens de partir en Australie. Roman Jacques, 2002a 84. Equivalent hexagonal approximatif : Mec (français pop.). Syn. : V. COUSIN. Variante (cour.) : Mon* fils. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

691 FIN :

adv. T.cour. Fam. Très, vraiment. –On était fin inquiets! Roman Sénès, 1987 : 118. (…) il était fin surpris mon* con (…) Sketch Lewis, 1990. –Vous êtes fin curieuse hein? Roman Tcherko, 2001. C'est fin valab' si tu reviens sur le caillou*. Manuel de français, 2002 : 42. –T'as vu mon nouveau quat quat [=4x4]?! – Ha ouais, fin top! BD Teg, 2002 : 20. C'est fin valab quand c'est lui qui fait la cuisine. BD Teg, 2002 : 30. [dans des mots croisés :] Fin nul [définition] : ignare [solution]. Journal Tazar*, 09/2005. Awa*, fin risqué, ton truc... Roman Simon, 2021 : 127. Il fait fin chaud et c'est Noël... Chanson "Père Noël Claquettes* by Blancko" [le 25 décembre est une date de plein été en Nouvelle-Calédonie], Facebook, 2022. Syn. : A* peine (cour.). Mal* (jeune). V. A BLOC. Locution : V article ci-après. Collocation fréquente : Fin valable* (prononcé sans la consonne finale comme le montre la graphie fin valab' : V. VALABLE). Norme : Terme emblématique du parler local, que même les derniers arrivants dans le pays connaissent (Pauleau, enquête linguistique, 2005). Figure de façon emblématique sur une carte postale -depuis 1992- qui rassemble diverses expressions du pays, avec le titre : Lôngage [langage*] à nouzautes*. / Le Petit Robert, en renvoyant dans l'article "fin" à "complètement", mentionne un emploi de "fin" approchant de l'usage calédonien* : Elle est fin prête. Fin saoûl. (emploi qu'on peut en outre qualifier peu fréquent dans l'usage hexagonal). Dynamique : Le fin calédonien* est un terme remarquable par son aspect emblématique et son emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

692

FIN* LOVÉ, FIN* LOVÉE :

loc. adjectivale. Cour. Fam. Fou amoureux, folle amoureuse. V. TENDU, TENDUE. Bagayous*, Finlovés (…), Poingos* ou Totems [=noms de catégories de préservatifs] : les préservatifs Caillou* Kaoutchouc sont disponibles en cinq modèles. Journal Tazar*, 07/2005. Aouh!* Kevin... Ch'uis fin lovée après toi (…). BD Journal L'écho, 07/2006. Depuis qu'il est avec elle, il est fin lové! Norme : Peut s'employer sans complément ou avec complément introduit par après, comme dans les illustrations ci-dessus. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

 

693 FIRI-FIRI :

n.m. A.cour. Beignet sucré, en forme de tresse, consommé plutôt par les Polynésiens et les Kanak*. Encycl. : En tahitien, "firi" signifie "tresser en longueur" et se prononce [fili] (Lemaître, 1986). V. aussi FRI-FRI.  FIRI-FIRI Affiche dans une pâtisserie du marché de Nouméa 2005. Variante (a.cour.) : Fili-Fili*. Frifri*. Fri-fri*. Norme : Ces deux dernières formes sont employées aussi, de manière homonyme et en registre familier, au sens de « sexe féminin », v. FRI-FRI.

694 FIU :

Attesté uniquement à l’oral. adj. T.cour. mais vieillissant. Fam. Tendance ethnolectale (davantage employé par les Polynésiens). Fatigué, lassé. V. VERT. Encycl. : En tahitien, "fiu" signifie "fastidieux" (Lemaître, 1986). –Ça va? - Ah j'suis fiu! Oral spontané, s.d. Norme phonétique : [fju] (en alphabet latin : "fiou"). Dynamique : Terme bien moins connu des jeunes qui, lorsqu'ils le connaissent, le disent employé par les Polynésiens, notamment par les Tahitiens (Pauleau, enquête linguistique, 2005).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

695 FLAMBOYANT :

n.m. T. cour.   I. Terme du français de référence nommant l'arbre Delonix regia (Bojer) Raf., à petites feuilles arrondies, couvert, de novembre à janvier, de fleurs rouges (ou parfois jaunes : V. FLAMBOYANT JAUNE) : ce terme,  très courant en contexte calédonien* alors qu'il ne l'est pas en contexte hexagonal, entre de plus,  en tant que générique, dans la composition de plusieurs autres termes (V. articles ci-après). Encycl. : Famille des Légumineuses. Norme : le Petit Robert mentionne à l'article "flamboyant" : "Arbre des Antilles à fleurs rouge vif".   II.  1. (Jacaranda mimosaeia D. Don.). V. FLAMBOYANT BLEU. Tu as vu le flamboyant? Il a des fleurs bleues, celui-là.  2. (Caesalpinia pulcherrima L.). V. FLAMBOYANT BLANC. Il y a aussi des flamboyants avec des fleurs blanches…  3. (Caesalpinia pulcherrima).  V. FLAMBOYANT DE MADAGASCAR. C'est un flamboyant mais petit…Oral d'enquête, 1990.

V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

696

FLAMBOYANT* BLANC :

n.m. Peu cour. (Caesalpinia pulcherrima L.) (Observatoire, 1990 : 32). Arbre ressemblant au flamboyant*, aux feuilles supérieures blanches (Ibid.). Répertorié par Observatoire, 1990 : 32 (terme absent des autres lexiques botaniques consultés). Syn. (t.cour.) : Flamboyant*.

697

FLAMBOYANT* BLEU :

n.m. Cour. (Jacaranda mimosaeia D. Don.). Petit arbre aux fleurs bleu-mauve dont les feuilles et l'allure ressemblent à celles du flamboyant*. Encycl. : Arbre de la famille des Bignoniacées. Répertorié notamment par F.O.L., 1983 : 80. Syn. : Flamboyant* (t.cour.). Jacaranda (a.cour.; ce dernier terme relevant du français de référence : répertorié par le Petit Robert). Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

698

FLAMBOYANT* DE MADAGASCAR :

n.m. Rare. (Caesalpinia pulcherrima S.W.). V. FLAMBOYANT NAIN. Répertorié notamment par : Observatoire, 1990 : 32.

699

FLAMBOYANT* JAUNE :

n.m. A.cour. (Delonix regia (Bojer) Raf.). Variété de flamboyant* Delonix regia (V. FLAMBOYANT) aux fleurs jaunes. Répertorié notamment par : Observatoire, 1990 : 32. Syn. (t.cour.) : Flamboyant*. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

699

FLAMBOYANT* NAIN :

n.m. Peu cour. (Caesalpinia pulcherrima S.W.). Arbrisseau ornemental dont les feuilles et les magnifiques fleurs rouges (ou jaunes) ressemblent à celles du flamboyant*. Encycl. : Famille des Légumineuses (Caesalpinioidées).).  Répertorié notamment par : Observatoire, 1990 : 168. Syn. : Flamboyant* (t.cour.).  Orgueil* de Chine (peu cour.). Flamboyant de Madagascar (rare).

 

697 FLÈCHE FAÎTIÈRE :

n.f. T.cour. Sculpture placée au faîte de la grande case* traditionnelle kanak*, de forme allongée, avec une extrémité en forme de flèche. Encycl. : La flèche faîtière est la représentation symbolique d’un défunt protecteur, elle permet de faire connaître le rôle social de l’occupant de la case*. La sculpture peut mesurer jusqu'à 4 mètres de hauteur et se compose de la représentation du haut d’un corps humain entouré de motifs, d'un tronc-pied qui la rattache au sommet du toit de la case, et d'une aiguille (ou de plusieurs dans le style du Nord) décorée(s) de coquillages. Le style varie selon la région de Nouvelle-Calédonie. On vend dans les boutiques de curiosités (curios*) des sculptures appelées flèches faîtières qui sont la plupart du temps fabriquées pour le commerce.  La case* est le refuge des hommes Sur la flèche faîtière tombe le soleil qui lui donne vie (…). Poèmes Lycéens, 1997 : 9. Il aurait dû se trouver sous la flèche faîtière, à l'intérieur de la corbeille de la grande case* (…). Roman Calandra 2004 82. La flèche faîtière. (…) cette sculpture n’est pas fixée de manière définitive, elle doit pouvoir être démontée et transportée pour circuler au gré des alliances. Etiquette de l’exposition Mue, faire corps, Centre culturel Tjibaou, 2022. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

697 FLEUR :

n.f. T.cour. Terme du français de référence entrant dans la composition de divers termes dans le domaine de la flore :

697

FLEUR CHANDELLE :

n.f. Rare. Spéc. Domaine : Botanique. (Cassia alata L.). V. DARTRIER DES ANTILLES. Encycl; Apparu probablement dès le XIXe siècle (Hollyman, 1971 : 917). Répertorié notamment par : Observatoire, 1990 : 32.

697

FLEUR DE MANIOC* :

n.m. Peu cour. (Cleome spinosa). V. PLANTE ARAIGNÉE. Répertorié par Godard, 1978 : 170.

697

FLEUR DE MINUIT :

n.f. Peu cour. (Epiphyllum oxypetalum). V. BELLE DE NUIT. Répertorié par Godard, 1978 : 221.

697

FLEUR-IGNAME* :

n.f. Peu cour. (Glorosia superba L.). Herbe lianescente à la curieuse fleur aux pétales ondulés dressés, rouge orangé, qui suit le rythme saisonnier des ignames*. Encycl. : Famille des Liliacées. Répertorié par Bourret, 1981 : 91. Syn. (peu cour.) : Lis* rampant.

 

698 FLNKS :

sigle. T.cour. Front de libération kanak* socialiste : parti politique indépendantiste. Le numéro 3 du FLNKS à New-York. Journal Les Nouvelles, 10/1988. (…) les alliés du FLNKS continuent à soutenir sa revendication d’indépendance (…). Journal Les Nouvelles, 06/1990.  Congrès du FLNKS : l'unité retrouvée pour parler d'une seule voix au ministre des Outre-mer. Site la1ere.francetvinfo.fr, 02/2023. Variante graphique : F.L.N.K.S. (avec des points). Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2023).

698 FNSC :

sigle. Vieilli. Fédération pour une nouvelle société calédonienne* : ancien parti politique calédonien* des années 1980. Encycl : Surtout présent avant les événements* de 1984, ce parti était autonomiste mais non indépendantiste. Le secrétaire d’État Georges Lemoine, tente en 1983 de regrouper à Nainvilles-Les-Roches, les principaux acteurs des deux camps de la vie politique du territoire : les indépendantistes, les anti-indépendantistes, la FNSC, le sénateur de la Nouvelle-Calédonie, le président du gouvernement local, …  (….). Site académique d’histoire-géographie de Nouvelle-Calédonie, 12/2015. En juin 1982, énorme rebondissement politique, la FNSC décide de constituer un gouvernement avec le Front indépendantiste dirigé par Jean-Marie Tjibaou. Entretien Barbançon, 2022 : 225.

698 FOLIE DE JEUNE FILLE :

n.f. A.cour.  1. (Lagerstroemia indica L.). Arbuste ornemental qui incline ses branches sous la masse de ses fleurs blanches, roses ou lilas (Godard, 1978 : 111). Répertorié notamment par : F.O.L., 1983 : 80. Encycl. : Famille des Lythracées. Composé : V. ci après.  2. (Lagerstroemia Flos. Reginae). V. FOLIE DE JEUNE FILLE DE TAHITI.

698

FOLIE* DE JEUNE FILLE DE TAHITI :

n.f. Rare. (Lagerstroemia Flos. Reginae). Variété de folie* de jeune fille plus courante à Tahiti, "remarquable par la beauté de ses fleurs goupées en grandes panicules majestueuses dressées à l'extrémité des rameaux" (Godard, 1978 : 61). Répertorié par Godard, op.cit. Syn. (a.cour.) : Folie* de jeune fille.

 

699 FOND (À - LOULOU) :

V. À* FOND LOULOU.

698 FONTAINE PIMENT :

n.f. Peu cour. (Captaincookia margaretae). Arbre de la forêt sèche, aux fleurs en grappes de couleur rouge orangé poussant directement sur un tronc unique et peu ramifié. Encycl. : Arbre découvert à Poya en 1971 (Site internet foretseche.nc, 2006). Captaincookia margaretae, la fontaine piment. Site internet op.cit.).

698 FOUGÈRE :

n.f. T.cour. Terme du français de référence nommant des plantes de l'ordre des Cryptogrames vasculaires, et entrant également, en tant que générique, dans la composition d'autres termes nommant différentes variétés de fougères (V. article ci-après) Encycl. : Les fougères, en Nouvelle-Calédonie, poussent sur des terrains divers : en forêt (fougères épiphytes), dans le maquis (Cypéracées), dans la savane (Gleicheniacées). On compte "environ 250 Cryptogrames vasculaires (fougères et végétaux apparentés)" (Schmid, 1981 : 17). Certaines forêts, entre 1 100 et 1 350 mètres, appelées "forêts néphéliphiles" (Ibid.) sont constituées d'arbres bas branchus, couverts d'épiphytes tels que certaines fougères (Ibid.).

699

FOUGÈRE AIGLE :

n.f. Peu cour. (Pteris aquilina L., var. esculenta Forst.) (Hollyman, 1977 : 13). Fougère envahissante, très courante dans le sud de la Grande-Terre*, aux feuilles dures, rigides et sèches dont le port rappelle la silhouette d'une serre de rapace. En terrain minier, la fougère aigle envahit les zones mises à nu par les incendies, recouvrant le sol d'une couche épaisse qui étouffe toute autre végétation et se déssèche sur place sans pourrir (…) la fougère aigle profite du feu. Manuel Ecologie, 1987 : 229. Syn. (t.cour.) : Fougère. Norme : Ce terme est en usage dans l'Hexagone mais nomme, dans tous les cas observés, une fougère différente, à feuilles souples (sites internet horticoles et botaniques).

700

FOUGÈRE ARBORESCENTE :

n.f. T.cour. (Cyathea intermedia Cop. / Cyathea novae-caledoniae Cop. / Dicksonia baudouinii Fournier / Dicksonia thyrsopteroïdes Mett. (Schmid, 1981 : 98-138-148) ...etc.). Fougères dont il existe de nombreuses variétés (certaines sont citées ci-avant) : elles se caractérisent par des frondes s'épanouissant au sommet de troncs pouvant atteindre plusieurs mètres de hauteur (plus de 25m, pour certaines variétés du genre Cyathea –Ibid 26). Encycl. : Famille des Cyathéacées. "Les fougères arborescentes, qu'on peut qualifier de "plantes cicatricielles", (…) s'implantent dans les clairières ouvertes par la disparition d'un gros arbre" (Ibid. 32), ou s'observent en lisière des forêts humides. (…) sous le doux velours de la fougère arborescente (…). Poèmes Gorodé, 1985 : 105. Ces arbres (…) dominent un sous bois de (…) fougères arborescentes (…). Manuel Education civique, 1991 : 52. (…) le versant de la route était recouvert de fougères arborescentes (…). Roman Tcherko, 2001 : 85. La strate arbustive est peu fournie et composée essentiellement de palmiers*, de pandanus* et de fougères arborescentes. Pancarte dans un parc naturel (Rivière bleue), 2022.  Syn. (t.cour.) : Fougère. Norme : L'usage du mot en français hexagonal est rare et savant, il est cité en exemple du mot "fougère" dans le Petit Robert, mais n'est pas défini (Pauleau, enquête linguistique, 1990). Le terme calédonien* est d'un usage très courant. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

701

FOUGÈRE SCOLOPENDRE :

n.f. Peu cour. (Phymatodes scolopendria (Burm.) Ching ex Polypodium alternifolium). Fougère polypodiacée poussant dans les lieux humides et ombreux, souvent sur les rochers ou sur des troncs de cocotiers, son rhizome est vert écaillé de brun, rappelant le lézard. Répertorié par Bourret, 1981 : 102. Syn. (rare, spéc.) : Polypode-queue-de-lézard.

 

700 FOUILLER :

v.tr.dir. T.cour. Fam. Chercher. On a fouillé partout pour le trouver, son morpion. Roman Sénès, 1987 : 288. S'il veut manger il va se chercher quelque chose dans le frigo, tu crois pas que je vais aller lui fouiller non? Oral spontané, 1991. (…) ton oncle te cherche partout. Il y a une expédition qui t'a "fouillé" (…) toute la nuit! Roman Calandra, 2004 : 105. Le rôle du näböu est de fouiller les poissons sur le récif depuis le sommet du mât. Récits Juncker, 2018 : 19. Norme : Le Petit Robert mentionne pour "fouiller" des acceptions qui comprennent non pas un complément représentant ce qui est recherché par la fouille mais un complément représentant le lieu de fouille. En français calédonien* au contraire, le complément de fouiller représente ce que l'on recherche en fouillant : ainsi fouiller quelqu'un signifie en français calédonien* "chercher quelqu'un" alors que "fouiller quelqu'un" en français hexagonal signifie "chercher quelque chose dans les poches de quelqu'un". Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

701 FOULARDS ROUGES :

n.pr. Vieilli. Groupe d'étudiants kanak* indépendantistes créé en 1969, sous l’influence de la révolution culturelle de 1968, par Nidoïsh Naisseline. Encycl. : La création de ce groupe fait partie des premières pierres de l’histoire contemporaine de la Nouvelle-Calédonie et du mouvement indépendantiste kanak*. Le 27 mai 1976, les Foulards rouges (…) fusionnent avec le groupe 1878. Ils constituent le Palika*. Essai Mokaddem, 2018 : 29. En 1969, avec les jeunes des Foulards rouges, il [L.-J. Barbançon] voulait faire reconnaître la beauté de la culture kanak*. Entretien Barbançon, 2022 : 289.  J’avais entendu parler des Foulards rouges et d’une vie différente dans certains quartiers de la ville sans pouvoir trop me les représenter. Autobiogaphie Jacquier, 2023. Dynamique : Emploi cour. jusque dans les années 1980 environ.

701 FOUR KANAK* :

V. KANAK.

711 FOUR TAHITIEN :

n.m. Cour. Four traditionnel polynésien dont le principe est le même que celui du four mélanésien. V. FOUR KANAK. Au menu : (…) Thon entier au four tahitien. Journal Les Nouvelles, 10/10/1988. (…) voilà une technique de cuisson (…) répandue dans tout le Pacifique sud sous le nom de "four tahitien" à Tahiti, "lap-lap"* au Vanuatu, "hangi" en Nouvelle-Zélande... Recettes Moglia, 2004 : 67. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

702 FOURMI :

n.f. T.cour. Terme du français de référence, en usage en contexte calédonien* et entrant dans la composition des termes suivants en tant que générique :

703

FOURMI ÉLECTRIQUE :

n.f. T.cour. (Wasmannia auropunctata ). (CTRDP, 1987 : 161). Fourmi minuscule (2mm) de couleur rouge-orange dont les piqûres provoquent une sensation rappelant de petites décharges électriques. Encycl. : "(…) la présence de ces fourmis favorise le développement et la prolifération des cochenilles (…) qui sont le fléau des vergers et des caféiers. (…) Les fourmis électriques carnivores détruisent systématiquement les coccinelles (…) qui s'attaquent voracement aux cochenilles. (…). Elles sont originaires d'Amérique tropicale et ont été introduites accidentellement vers 1972, dans des caisses de fruits ou de légumes (Ibid.). (…) là-bas sur la côte où pullullent les petites fourmis électriques (…). Poèmes Gorodé, 1985 : 96. (…) une espèce qui s'est acclimatée à l'image de la fourmi électrique. Journal Tazar*, 06/2005. Syn.: Fourmi (t.cour.). Fourmi* microscopique (cour.).

704

FOURMI MICROSCOPIQUE :

n.f. Cour. (Wasmannia auropunctata ). V. FOURMI ÉLECTRIQUE. Attention c'est plein de fourmis microscopiques ici, on s'assoit ailleurs... Oral spontané, s.d.

 

705 FRANGIPANIER :

n.m. T.cour. (Plumeria spp.). Nom donné aux arbres aux feuilles vert-clair et aux fleurs blanches, rouges ou panachées (V. Composés). Encycl. : Famille des Apocynacées, possède des propriétés médicinales (Rageau, 1973 : 97). / Terme en usage notamment à l'Ile Maurice (Nallatamby, 1995). (…) cette femme qui passait à son cou une tresse de fleurs de frangipanier en minaudant : Bienvenue mon fils!. Roman Sénès, 1987 : 352. (…) les fleurs de frangipanier recouvraient le sol. Roman Tcherko, 2001 : 96. Il dit que (...) ses soeurs faisaient le ménage et le jardinage quand tu es apparue entre les deux frangipaniers. Théâtre, Duchesne, 2014. Les débats se poursuivent à l’ombre de la végétation composée de frangipaniers en fleurs. Récits Juncker, 2018 : 26. Composés : V. ci-après. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005-2022).

706

FRANGIPANIER* BLANC :

n.m. Cour. (Plumeria alba L.; ou Plumeria obtusa -Bert.Godard, 1978 : 124). Nom donné aux variétés de frangipanier* à fleurs blanches, l'une d'entre ces variétés (Plumeria obtusa), aux feuilles vert-foncé, est originaire de Tahiti et produit des fleurs blanches au fort parfum, ressemblant à celui du tiaré*. Répertorié par F.O.L., 1983 : 81. Syn. (t.cour.) : Frangipanier*.

707

FRANGIPANIER* ROUGE :

n.m. Cour. (Plumeria rubra L.). Variété de frangipanier* à fleurs rouges. Répertorié par F.O.L., 1983 : 81. Syn. (t.cour.) : Frangipanier*.

 

711 FRANI :

n. A.cour. Ethnolectal tahitien. V. EUROPÉEN, -ÉENNE et KAMADJA. Encycl.  : En tahitien, farāni a le même sens (Lemaître, 1986). Elle vient de France c’est une Frani… Connotation : Parfois péjorative.

712 FRÈRE :

n.m. T.cour. Fam. ou sociolectal. Ethnolectal (moins cour. chez les Européens*).  1. Terme d’adresse amical pour un interlocuteur masculin. Alors frère, ça va ? Oral spontané, s.d. C qoi la muz du debut frere ? [sic.] Commentaire de vidéo (Youtube Délire plonge* (…), noumeajocolares, 04/2013). V. COUSIN. Variante : Mon frère* (cette variante est en usage dans l'Hexagone, en milieu populaire et/ou jeune). Norme : Les termes d’adresse frère et mon frère sont possibles dans l’usage hexagonal : frère semble même plus courant en contexte hexagonal que calédonien* -très courant en milieu hexagonal « jeune » (à l’adresse de locuteurs comme de locutrices) ; tandis que mon frère semble plus courant en contexte calédonien* -V. l’entrée MON FRÈRE. Dynamique : Frère semble être en perte de fréquence en contexte calédonien* (Pauleau, enquête linguistique, 2022).    2. Ami, camarade. A tous les frères de Rivière Salée : Aoukéa*! Graffiti (cabine téléphonique, Nouméa), 1990.

V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

708 FRI-FRI :

1. n.m. A.cour. Fam. Jeune? Plutôt ethnolectal polynésien? Sexe féminin. Encycl. : En tahitien, "firi" signifie "tresser en longueur" et se prononce [fili] (Lemaître, 1986). Le fri-fri c'est le sexe féminin. Ecrit d'enquête, 05/2005. Locution : V. article ci-après. Dynamique : Terme récolté chez les lycéens (Pauleau, enquête linguistique, 2005).   2. Variante de FIRI-FIRI. V. cette entrée.

708

TOUCHE TON FRI-FRI*! :

loc.verbale. A.cour. Fam. Jeune? Plutôt ethnolectal polynésien? Exprime un rejet brutal/un refus adressé à une interlocutrice. V. ALLER BAIGNER. Encycl.: V. FRI-FRI (sens 1.) et FIRI-FIRI. Touche ton fri-fri! Ecrit d'enquête, 05/2005. -Passe ton devoir je vais le recopier –C'est ça! Touche ton fri-fri! Equivalent hexagonal : "Vas te faire voir". Dynamique : Terme récolté chez les lycéens (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

 

709 FRIFRI :

Ci-dessus : Panneau des prix au marché de Nouméa, 2023 -les frifri sont en milieu de liste. Crédit : C. Pauleau.

 

Variante de FIRI-FIRI. V. cette entrée. FRIFRI 110F [CFP*] - POCHE* DE GATEAU* TROU / GATEAU* HUIT / FRIFRI (4) 440F [CFP*]. Panneau des prix au marché, Nouméa, 2023 -v. image ci-dessus. Norme : Le même jour au même marché, on observe deux graphies différentes dans deux pâtisseries différentes : fili fili (cf la photographie à l'entrée FILI FILI) et frifri (cf la photographie du panneau des prix ci-dessus). Précisons que le "r" et le "l" sont souvent, comme ici, en concurrence pour transcrire la même consonne liquide polynésienne.

 

710 FROMAGER :

n.m. Peu cour.  1. (Eriodendron anfractuosum DC.). V. COTONNIER. Répertorié par F.O.L., 1983 : 81.  2. (Morinda citrifolia L.). Arbuste du littoral dont les fruits ont une odeur nauséeuse. Répertorié par Rageau, 1973 : 93. Variante : Fomagier*.

710

FROMAGIER :

Variante de FROMAGER. V. cette entrée. Répertorié par Observatoire, 1990 : 32.

 

712 FRONT UNI DE LIBÉRATION KANAK* :

n.pr. Vieilli. Parti politique indépendantiste créé dans les années 1970. Encycl. : Antérieur à l’Union* multiraciale (v. cette entrée), mais autour du même homme politique, Y.C. Uregei. 1979 (…) création du Front indépendantiste (FI*) rassemblant l’UC*, le FULK* (Front uni de libération kanak*, autour de Yann Céléné Ureguei), le Palika*, l’UPM* (Union progressiste mélanésienne*) issue de l’UM* (Union multiraciale) et le PSC* (Parti socialiste calédonien*) de Jacques Violette formé d’indépendantistes d’origine européenne* qui deviendra le PSK* (Parti socialiste de Kanaky*). Essai Mokaddem, 2018 : 73. Variante siglée : FULK*.

710 FRUIT À PAIN :

n.m. T.cour. Fruit de l'arbre* à pain (Artocarpus altilis Forst.), très gros, rond et vert. V. ARBRE A PAIN. Exemples de menus bien composés pour un jeune enfant : -oeuf, citrouille, fruit à pain. Journal Bwenando, 03/07/1986. Fruits à pin [sic.] frits. Recettes Masachs, 1980 : 62. Syn. (a.cour.) : Maïoré*. Uru*. Variante graphique (?) : Fruit à pin.

712 FULK :

V. FRONT UNI DE LIBÉRATION KANAK*. 1979 (…) création du Front indépendantiste (FI*) rassemblant l’UC*, le FULK (Front uni de libération kanak*, autour de Yann Céléné Ureguei), le Palika*, l’UPM* (Union progressiste mélanésienne*) issue de l’UM* (Union multiraciale) et le PSC* (Parti socialiste calédonien*) de Jacques Violette formé d’indépendantistes d’origine européenne* qui deviendra le PSK* (Parti socialiste de Kanaky*). Essai Mokaddem, 2018 : 73.

713 FUSIL SOUS MARIN :

n.m. T.cour. Fusil à flèches, utilisé pour la pêche sous-marine. Bagarre au couteau et au fusil sous marin [: titre]. Journal Les Nouvelles, 05/06/1990. (…) maman compte bien sur la pêche des hommes...D'ailleurs le bateau est plein de sennes*, de "fusils sous marins", de sagaïes, de sabres... Album Sebban, 1984 : 12. Norme : Appelé dans le Petit Robert (à l'article fusil) "fusil à harpon", ce terme n'est jamais employé en contexte calédonien*. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

715 FUTUNIEN :

n. et adj. Cour. Originaire de Futuna, dans l'archipel de Wallis et Futuna, en Polynésie à l'ouest de la Nouvelle-Calédonie. / Relatif à Futuna. [14 juillet] Le Futunien Ulupano défile sur les Champs-Elysées pour la seconde fois. Outre-mer la 1ere, https://la1ere.francetvinfo.fr, 07/2023. Syn. : Wallisien* (v. cette entrée ; les Futuniens sont très fréquemment appelés Wallisiens*).

714 FWÂI :

n.m. Peu cour. Ethnolectal kanak* ou spéc. (employé soit par les Kanak* soit en contexte spéc.). Domaine : Linguistique. Langue kanak* de la région de Hienghène (Haudricourt, 1979 : 17). Encycl.  : Toutes les langues kanak* sont des langues à tradition orale. Voir à l’article KUMAK les caractéristiques des langues kanak* du nord dont le fwâi fait partie. Nos langues dansent la danse de la terre... (…) Pijé*, Fwâi (…), Dansez au point du jour (…). W.Welepane, 1993 dans Anthologie, 1994 : 248. Le fwâi (...) comprenait 1 858 locuteurs de plus de 14 ans. Site de l'Académie des Langues Kanak* (ALK), consultation 11/2022. Norme phonétique : Le "â" se prononce comme le "an" du français : [fwãj]. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

715

715

MoDyCo

MoDyCo


Université Paris Nanterre
Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS
- MODYCO UMR 7114

MoDyCo

MoDyCo


Université Paris Nanterre
Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS
- MODYCO UMR 7114