Inventaire lexicographique du français calédonien

par Christine Pauleau



Introduction | A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Pour citer ce travail :
PAULEAU, C., Inventaire et observatoire lexicographiques du français calédonien (Nouvelle-Calédonie), bilan sociolinguistique sur le géolecte francocalédonien, Paris, site du laboratoire Modèles Dynamiques Corpus (MoDyCo), UMR 7114 du CNRS/ Université Paris Nanterre, depuis 2022, https://ressources.modyco.fr/dicocaledonien/

Cette oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International. CC BY-NC-ND 4.0

La recherche pour @lettre ^i* a trouvé 33 résultats

Lexique général (gros caractères) - Lexique flore/faune (petits caractères, termes rares en gris)

Entrées et sous-entrées
Items and subitems
787 ::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: I :::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: :

770 IAAI :

n.m. Cour. Ethnolectal kanak* ou spéc. (employé soit par les Kanak* soit en contexte spéc.). Domaine : Linguistique. Langue kanak* du centre d'Ouvéa (une des île Loyauté) où est parlée également une autre langue au nord et au sud, le faga* uvea (Haudricourt, 1979 : 17). Encycl.  : Toutes les langues kanak* sont des langues à tradition orale. Voir à l'article DREHU les caractéristiques des langues kanak* des Loyauté. Nos langues dansent la danse de la terre... (…) Dehu*, Iaai, Faga* Uvéa, De toutes vos forces, Venez, Chantez, Dansez (…). W.Welepane, 1993 dans Anthologie, 1994 : 249. La publication de ces albums en paicî* (…) et maintenant en iaai est un moyen de valoriser les langues et la cuture kanak*. Journal Mwà Véé, 08/2005. Le iaai regroupe plus de 4 000 locuteurs (ISEE 2009). Site de l'Académie des Langues Kanak* (ALK), consultation 11/2022. Encycl. : "Depuis l'Accord de Nouméa (1998), l’enseignement de la langue* [iaai] est effectif dans les écoles maternelles et dans les collèges. (...) Aux deux extrémités de l’île, le bilinguisme iaai/fagauvea est très répandu. Contrairement au fagauvea, le iaai n'a pas de voyelles nasales." (ibid.). Variante : Hwen* iaai. (rare, spéc.). Norme phonétique : [iaai]; en alphabet latin, "ïaaï". Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

771

HWEN IAAI :

Variante de IAAI. V. cette entrée. (...) le hwen iaai était une langue à tradition orale. Site de l'Académie des Langues Kanak* (ALK), consultation 11/2022.

 

770 IGNAME :

n.f. T.cour.  1. Terme du français de référence à la fréquence d'usage plus élevée en contexte local, nommant la plante Dioscorea sp. (et spécialement Dioscorea alata L.) et entrant dans la composition de termes nommant notamment les différentes variétés d'ignames (V. articles ci-après). Encycl. : Famille des Dioscoréacées.  2. Tubercule de Dioscorea sp. Encycl.: « La culture  de tubercule |comme l’igname] est une culture de clone : tous les ans les mêmes individus sont replantés pour être récoltés l’année suivante. » (Varin et al., 2006 : 14). L'importance alimentaire et culturelle de l'igname est essentielle en Nouvelle-Calédonie, et dans toute l'Océanie : Voici ce qu'écrivait Leenhardt (1937 : 59) à ce propos : "[Avec la colonisation] Les cultures nouvelles à grand rendement se sont imposées : manioc* et patates* (…). Mais elles ne sauraient supplanter le rhizome et le tubercule qui méritent seuls devant le Canaque* le nom de nourriture, l'igname et le taro*. (…) La saison de l'igname est si importante qu'elle donne l'année canaque*. Elle court de juillet à mars, c'est-à-dire aux antipodes du printemps à l'hiver.". Varin et al. (op.cit.) soulignent l’importance de l’igname dans la société traditionnelle kanak*, plus encore que celle du taro* qui serait arrivé beaucoup plus tard dans l’archipel calédonien*. L’igname est un « pivot autour duquel s’organisent la structure politico-sociale, les échanges traditionnels, une partie des mythes et le calendrier saisonnier. (…) Les ancêtres par leur travail (…) ont transmis ces clones [de tubercule] aux générations suivantes. L’agriculteur d’aujourd’hui fait le même geste qu’autrefois et prolonge ainsi la vie du clone dont il a hérité de ses ancêtres (…). Le clone possède en lui une sorte d’éternité ; il a côtoyé les ancêtres, depuis la nuit des temps. (…) Plus une variété est ancienne (…) plus elle a une place importante dans les cérémonies coutumières ». Celle qui tient cette place en Nouvelle-Calédonie est Dioscorea alata L. (op.cit : 14-15). (…) nos luttes notre histoire des ancêtres dieux totems oubliés (…) ignames taros* déterrés. Poèmes Gorodé, 1985 : 26. [Prix du marché :] Igname 630F[C.F.P.*]/kg. Journal Les Nouvelles, 05/2005. Comme l’igname, il [le walei*] est planté d’août à octobre pour une récolte neuf mois plus tard. Journal Les Nouvelles, 29/07/2019. Juillet. Fête de l’Igname (…) Fête communale haute en couleur. Brochure touristique d’Aircalin, 2022. Téâ kanaké échange les premières ignames et construit la case* ronde. Il plante le pin* colonnaire qui délimite les lieux sacrés et tabous* (…). Etiquette expliquant le mythe du premier homme Téâ Kanaké, Centre culturel Tjibaou, 2022. 

Composés : V. ci après.

Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990, 2005-2022).

770

FÊTE DE L'IGNAME* :

n.f. Cour. Ethnolectal kanak*. Fête coutumière* kanak* en l'honneur de l'igname*. Fin février j'aurai fini. Juste à temps pour la fête de l'igname*. Roman Chabas, 1996 : 108. Les fêtes des ignames*, les deuils, les activités religieuses, les coutumes* sont faits par des vieux* et des parents. Journal Mwà Véé, 03/2006. Le mois d'avril est (…) dans beaucoup de tribus celui de la fête de l'igname* (…). Journal Le Pays, 04/2006. La 22e Fête de l’igname* et du taro* accueille les visiteurs aujourd'hui. la1ere.francetvinfo.fr/nouvellecaledonie, 07/2022. Variante : Fête des ignames*. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

771

FÊTE DES IGNAMES* :

Variante de FÊTE DE L'IGNAME*. V. cette entrée. "Dans notre fête des ignames*, je vois parfois des Européens*, des Javanais*, des Wallisiens* et même des métropolitains.  (…) ils ont une intimité avec un clan* (…). Ils ne sont pas kanak* mais on pourrait dire qu’ils sont de culture kanak* (…) c’est à valoriser parce que c’est aussi comme cela que notre pays se construit." Essai Mokaddem, 2018 : 19.

771

IGNAME* BLANCHE :

n.f. Cour.  1. (Dioscorea cayenensis Lam.). Plante (igname*) produisant un tubercule tel que décrit ci-après, en 2. Répertorié notamment par : FOL, 1983 : 95.  2. Tubercule de Dioscorea cayenensis, dont la chair est blanche et réputée moins bonne que celle de l'igname* mauve. [Ingrédients :] 4 morceaux d'igname* blanche (…). Recettes Masachs, 1980 : 29.  Des plats se teintent d'ignames* blanches et mauves (…). Roman Gorodé, 2005 : 158.  

Syn. : Igname* (t.cour.). Igname* de Cayenne, igname* martiniquaise (peu cour.).

Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

772

IGNAME* DE CAYENNE :

n.f. Peu cour. (Dioscorea cayenensis Lam.). V. IGNAME BLANCHE. Répertorié par Bourret, 1981 : 47.

772

IGNAME* DES PRÉMICES :

n.f. A.cour. Ethnolectal kanak* ou Spéc. Domaine : Agriculture. Igname* récoltée au mois de mars. V. IGNAME NOUVELLE. Mars : récolte des ignames des prémices. Site Province Nord, 09/2006.

772

IGNAME* LONGUE :

n.f. A.cour.  1. (Dioscorea alata L.). Plante aux tiges carrées dont les angles sont ailés (d'où son nom latin), aux feuilles en forme de coeur allant du vert clair au vert foncé, produisant le tubercule alimentaire décrit en 2.  2. Tubercule de Dioscorea alata, de forme, de nombre et de taille excessivement variable (Walter, 2003 : 71).

Encycl. : Environ 90 variétés différentes cultivées sur l'archipel (Bourret, 1981 : 47). Igname appelée "grande igname" au Vanuatu (Walter, op.cit.).

Syn. : Igname* (t.cour.)

772

IGNAME* MARTINIQUAISE :

n.f. Peu cour. (Dioscorea cayenensis Lam.). V. IGNAME BLANCHE. Répertorié par Walter, 2003 : 93.

773

IGNAME* MAUVE :

n.f. Cour.  1. (Dioscorea sp.). Plante produisant le tubercule alimentaire décrit en 2. T'as planté des ignames mauves?  2. Tubercule de Dioscorea sp. dont la chair est mauve et réputée meilleure que celle de l'igname* blanche. Nous avons pu déguster bougnas* aux poissons, aux roussettes*, (…) des ignames* blanches et mauves (…). Robert 1976, dans Manuel Lectures : 245. Des plats se teintent d'ignames* blanches et mauves (…). Roman Gorodé, 2005 : 158. Syn. : Igname* (t.cour.). Igname* rouge (a. cour.). Igname* violette (cour.).

Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

773

IGNAME* NOUVELLE :

n.f. Cour. Ethnolectal kanak*. Igname* récoltée au mois de mars, c'est-à-dire à la fin de l'année de l'igname* (année qui commence en juillet, période du printemps austral). Rentrée scolaire  rime aussi avec igname* nouvelle [la rentrée scolaire se fait au mois de février en Nouvelle-Calédonie]. Journal Loyauté, 01/2005. Syn. (a.cour.) : Igname* des prémices. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

774

IGNAME* NUMMULAIRE :

n.f. Rare. Spéc. Domaine : Botanique.  1. (Dioscorea nummularia Lamk.). Plante aux feuilles arrondies d'un vert profond produisant le tubercule alimentaire décrit en 2.   2. Tubercule de Dioscorea nummularia, allongé, de forme irrégulière, couvert de petites racines.

Encycl. : Igname appelée "igname sauvage" au Vanuatu (Walter, 2003 : 90).

Syn. : Igname* (t.cour.).

774

IGNAME* ROUGE :

n.f. A.cour. (Dioscorea sp.) V. IGNAME MAUVE. (…) des champs d'ignames* rouges, si prospères dans la région. Roman, Sénès, 1987 : 318.

775

IGNAME* SAUVAGE :

n.f. Cour. Ethnlolectal kanak* (a.cour. chez les non Kanak*).  1. (Dioscorea transversa R.Br.) (Bourret, 1981 : 47). Plante produisant le tubercule alimentaire décrit en 2. : elle pousse spontanément (selon informateur, 1991) mais est aussi, cultivée, notamment aux Iles Loyauté. Répertorié par Bourret, 1981 : 47.  2. Tubercule de Dioscorea transversa R.Br., bulbe aérien ressemblant à une grosse pomme de terre, dont la chair est fibreuse et parfois amère (Bourret, 1981 : 47). Ils vont en forêt pour déterrer des ignames* sauvages (…). Wédoyé 1984, dans Littérature NC : 48.

Syn.: Igname* (t.cour.). Patate* aérienne (rare). Shoin*, soa*, waël* (ethnolectaux).

776

IGNAME* SUCRÉE :

n.f. Cour. Ethnlolectal kanak*.  1. (Dioscorea esculenta Frodin, D.G. -?) Plante aux feuilles en coeur vert sombre produisant le tubercule alimentaire décrit en 2. dont il existe de nombreuses variétés sur l'île d'Ouvéa en raison de la migration wallisienne du XVIIIe siècle sur cette île Loyauté (Varin).  2. Tubercule de Dioscorea esculenta, petit, ovale, à la chair douce, de couleur variable, du blanc au mauve. L’occasion de découvrir l’histoire de la tribu, ainsi que ce tubercule, très cultivé à Ouvéa et souvent appelé « igname sucrée ». Journal Les Nouvelles, 29/07/2019.

Encycl. : Igname appelée "igname chinoise" au Vanuatu (Walter, 2003 : 89).

Syn. : Igname* (t.cour.). Igname douce (peu cour.). Walei*, wareï* (ethnolectal kanak*).

777

IGNAME* VIOLETTE :

n.f. Cour. (Dioscorea sp.) V. IGNAME MAUVE. [Ingrédients:] 4 morceaux d'ignames* violettes (…). Recettes Masachs, 1980 : 29. (…) le vagabond en soutane partageait l'omelette aux oignons et l'igname* violette. Roman, Sénès, 1987 : 320. Syn. : Igname* (t.cour.). Bwilana* (a.cour).

 

768 IIAA! :

Attesté uniquement à l'oral. interj. Cour. Fam. Exprime la surprise et/où marque une insistance vis-à-vis d'un élément énoncé ou faisant partie de la situation d'énonciation. Connotation : Tahitienne/ Polynésienne. Encycl. : La même interjection existe en tahitien (selon informateur); terme absent du dictionnaire de Lemaître (1986). Iia! T'as vu la voiture! Iia! C'est pas croyable hein? Norme phonétique : [i:ja:] -en alphabet latin : "iiaa". Variantes  : Iiaoué!*(cour.). Ouyaoué!* (cour., plus récent).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

769

IIAOUÉ! :

Variante de IIA! V. cette entrée. Iiaoué! C'est pas possible!

770

OUYAOUÉ :

Variante de IIA! (?) V. cette entrée. Moi au réveil qui voit [sic.] le débat (...) sur les réseaux sociaux : Ouuuyaoué*...Allez tal* un peu [=Ohlalaaa! Allez laisse tomber un peu]. Post Facebook sur un évènement de l'actualité calédonienne*, 08/2022.

 

781 IL EST BON (?) :

Ci-dessus : Extrait du site topico.com, sur les expressions calédoniennes, consultation 2023. Crédit : Topito.

 

phrase (affirmative ou interrogative). T.cour. Fam. Ça va (ou : Ça va?). V. BOULETTE. Et à part ça, il est bon? BD Berger, 1989 : 9. Oh Dédé! Il est ban ou quoi? (…) [note de bas de page : Il est ban : Comment vas-tu?] [ban est ainsi orthographié pour rendre la prononciation locale de "bon"]. BD Berger, 2000 : 8. [Deux personnes qui se rencontrent :] –Il est bon ou quoi? –Il est bon! Oral spontané s.d. -Il est bon ou quoi ?  -Hé ben écoute super et toi ? Vidéo Youtube, magazine Wéari, 03/2016. Hééé longlé il est bon les mecs? ("Alors putain ça va les mecs?"). Vidéo Youtube Bonjour ma Kanaky*, Coco Banane, 04/2020. Sinon il est bon ou quoi ? Vidéo Kingtäz, Saint Valentin 2023, 02/2023. Collocation fréquente : Il est bon ou quoi? Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2023).

 

778 ÎLE DE L'OUBLI (L'-) :

n.pr. A. cour. Fam. Ethnolectal non européen? Souvent plaisant. La prison de Nouméa. V. CAMP EST. Qu'importe les murs et les années passées sur l'île de l'oubli. Nouvelles Jacques, 2000 : 67. Camp* Est, Far* West, Ile de l’Oubli, (…) une litanie que se répétait Erwann (…) à son arrivée à la prison. Roman Jacques, 2002a : 129. A nos frères du côté de l'Ile de l'oubli... Oral radio, 05/2005 (petites annonces). (…) ou bien la prison (…) celle qu’on appelle un peu trop joliment l’île de l’oubli » (…). Roman Derne, 2019 : 105.  Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2023).

779 ÎLE DE LUMIÈRE (L'-) :

n.pr. T.cour. La Nouvelle-Calédonie. Connotation : Méliorative. Il y a tellement de beauté et de lumière dans mon pays (…) D'ailleurs on nomme la Calédonie* : "Ile de Lumière". Album Sebban, 1984 : 19. (...) “L’Ile de Lumière”. Avec le “Caillou*”, c’est l’autre surnom de la Nouvelle-Calédonie... blog caledonitude.overblog.com, 03/2015. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2022).

780 ÎLES (LES -) :

n.f.pl. T.cour. Les petites îles de l'archipel c'est-à-dire les Iles Loyauté (et l'Ile des Pins), par opposition à la Grande-Terre*, la plus grande île de l'archipel. Les enseignants de l'Intérieur* et des Iles (…). Journal Les Nouvelles, 02/06/1990. (…) à la rencontre des Iles et de la Brousse*. Journal Les Nouvelles, 13/06/1990. (…) ceux qui résident en brousse* et aux îles (…). Manuel de français, 2002 : 3. Construire les Loyauté, Le journal de la Province* des Iles. Titre de journal, 2005. Les élèves des Iles (…). Journal Mwà Véé, 08/2005. BROUSSE ET ILES, nom d'une rubrique du quotidien Les Nouvelles, 29/07/2019 (le nom de cette rubrique -consacrée aux actualités concernant la brousse*, l'intérieur*, ainsi que les petites îles de l'archipel- n'a pas changé depuis des décennies). L’exposition a vocation de couvrir des événements (…) sur la Grande-Terre et les îles. Origin’air Magazine, juin 2022. Collocation fréquente : L'Intérieur* et les Iles. Norme : L'Ile des Pins n'est pas toujours comprise dans le signifié, d'ailleurs le découpage en provinces* des Accords* de Matignon -1988- n'inclut pas l'Ile des Pins dans la Province* des Iles mais dans la Province* Sud. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

780 INDÉPENDANCE ASSOCIATION :

n.f. A.cour.  Compromis entre l’indépendance et le maintien au sein de l’état français. Encycl : Ce compromis est proposé par le plan Pisani en 1985 comme solution aux événements* de 1984 en Nouvelle-Calédonie. La violence en Nouvelle-Calédonie redouble quand Edgar Pisani (délégué du gouvernement) évoque, en janvier 1985, la solution de l’indépendance–association. Site https://histoire-geo.ac-noumea.nc, 12/2015. 1985 : 7 janvier : Pisani publie un plan qui prévoit « l’indépendance association », assortie d’une garantie des droits pour les non-Kanak*. Mokaddem, 2018 : 75. Norme graphique : Avec ou sans trait d’union.

782 INDÉPENDANTISTE :

n. et adj. T.cour. Terme du français de référence appliqué au contexte calédonien*; l'usage local de ce mot est plus fréquent que l'usage hexagonal et il se trouve intégré dans un ensemble de termes synonymes et antonymes : Syn.  : Pro-kanak*. V. ANTI-BLANC. Ant. : Anti-indépendantiste*. Loyaliste*. Pro-français*. V. ANTI-KANAK. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

783 INDIGÈNE :

n.et adj. Cour. Vieilli. Terme du français de référence appliqué au contexte calédonien* : l'usage local de ce mot est plus spécifique et plus fréquent que l'usage hexagonal puisqu'il signifie "Kanak*" (V. plus loin : Norme). A cette époque [dans les années soixante] pour les Kanaks* [sic] on disait (…) les Indigènes ou les Autochtones*, quelquefois les Mélanésiens*. "Canaque*" était considéré comme une injure et les parents calédoniens* apprenaient à leurs enfants à ne pas l'employer. Essai Barbançon, 1988 : 23. (…) Fleur de corail, surnom (…) donné par sa nounou indigène (…). Roman Gorodé, 2005 : 41. Marie-Thérèse : Je comprends pas. Moi je suis indigène, je suis pas française. (…) Note d’explication : Les populations kanak* (…) furent soumises au régime de l’Indigénat de 1887 à 1946. (…) La Nouvelle-Calédonie sort [alors] du régime colonial (…) : de « sujets français » les Kanak* deviennent « citoyens français » (…). Kurtovitch, 2013 : 10. Syn. (a.cour.) : Autochtone*. Composé : Citronnier* indigène. Norme : Certains locuteurs calédoniens* (surtout au temps où indigène et autochtone étaient très courants localement -avant les années 80), ignorent (ignoraient) le sens standard de ces deux mots et sont par exemple étonnés d'entendre des formules comme "les autochtones du Berry" ou "le peuple indigène du Mali", se représentant les mot "autochtone" et "indigène" seulement comme synonymes de Kanak*. Dynamique : Emploi stable : toujours vieilli en 2023 (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2023).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

784 INTÉRIEUR (L'-) :

n.m. T.cour. Plutôt écrit. Vieillissant. Campagne, province, par opposition à la capitale, Nouméa. V. BROUSSE. A mi chemin entre Nouméa et l'Intérieur, Païta, ni brousse* ni ville. Journal Les Nouvelles, 08/10/1988. Collocation fréquente : L'Intérieur et les Iles*. Norme : Terme administratif qui était fréquent dans la presse notamment. Dynamique : Ce terme ne s'emploie progressivement plus depuis les Accords* de Matignon de 1988. En effet, le découpage de l'archipel en Provinces fait que l'Intérieur correspond aujourd'hui à la Province nord (même si la Province sud ne comprend pas seulement Nouméa mais aussi la partie sud de l'Intérieur) -Pauleau, enquêtes linguistique, 2005.    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

785

INTÉRIEUR ET LES ÎLES (L'-) :

loc.nominale. T.cour. Plutôt écrit. Vieillissant. L'ensemble de la province (au sens hexagonal), par opposition à la capitale Nouméa. Encycl. : L'archipel comprenant par définition plusieurs îles, et Nouméa étant situé sur la plus grande (la Grande-Terre*), la province est globalement constituée en Nouvelle-Calédonie de tout ce qui n'est pas Nouméa : le reste de la Grande-Terre*, plus les petites îles situées autour de la Grande-Terre* (appelées les Iles*). Les enseignants de l'Intérieur* et des Iles (…). [par opposition à ceux de Nouméa, la capitale]. Journal Les Nouvelles, 02/06/1990. Norme : Le terme "province" ne s'emploie absolument jamais dans le sens de "campagne" comme en France. / Terme administratif qui était fréquent dans la presse notamment. Dynamique : Depuis les Accords* de Matignon de 1988, et le découpage de l'archipel en trois provinces* administratives : province* nord (appelée autrefois l'Intérieur), province* sud (comprenant Nouméa) et province* des îles*, la locution l'Intérieur et les Iles ne s'emploie progressivement plus -Pauleau, enquêtes linguistique, 2005.

 

786 INTERPROVINCIAL,-LE :

V. PROVINCE.

786

880

MoDyCo

MoDyCo


Université Paris Nanterre
Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS
- MODYCO UMR 7114

MoDyCo

MoDyCo


Université Paris Nanterre
Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS
- MODYCO UMR 7114