Inventaire lexicographique du français calédonien

par Christine Pauleau



Introduction | A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Pour citer ce travail :
PAULEAU, C., Inventaire et observatoire lexicographiques du français calédonien (Nouvelle-Calédonie), bilan sociolinguistique sur le géolecte francocalédonien, Paris, site du laboratoire Modèles Dynamiques Corpus (MoDyCo), UMR 7114 du CNRS/ Université Paris Nanterre, depuis 2022, https://ressources.modyco.fr/dicocaledonien/

Cette oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International. CC BY-NC-ND 4.0

La recherche pour @lettre ^k* a trouvé 63 résultats

Lexique général (gros caractères) - Lexique flore/faune (petits caractères, termes rares en gris)

Entrées et sous-entrées
Items and subitems
913 ::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: K :::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: :

881 KA! :

Variante graphique de TCHA! V. cette entrée. Ka! Moi je veux faire mécano, ça sert à quoi d'écrire un conte pour faire mécano? Roman Tcherko, 2003 : 54.

882 KAÏKAÏ :

A.cour. Ethnolectal polynésien et kanak* (moins cour. dans les autres groupes).  1. n.m. Repas, nourriture. Les popinées* circulèrent dans le campement pour distribuer le caï-caï; G.Baudoux 1919, dans Manuel Lectures : 26. (…) les personnalités se sont installées autour de la table, conviées à un kaïkaï traditionnel. Journal Les Nouvelles, 10/10/1988. –Qu'est-ce qu'i'cherche? –Oh pas du kaï-kaï en tout cas. Il a tout c' qu'i' faut à la Table Fraternelle. Roman Ohlen, 2000 : 46. [le requin,] j’espère que c’est pas nous, son kaïkaï (…) Arrête un peu (…) c’est pas nous qu’il cherche. Il se dirige vers les maquereaux.... Récits Juncker, 2018 : 138.  2. v.tr.dir. Manger. On kaïkaï à quelle heure? J'ai faim... Norme : Ne se décline pas et s'emploie plutôt sans complément exprimé, comme dans l'exemple ci-dessus.

Encycl. : En bichelamar*, "kaekae" signifie : manger (Guy, 1975).

Variante (a.cour.) : Kakaï*. Variantes graphiques : Caïcaï*, kaï-kaï*.

Dynamique : Terme vieillissant, surtout chez les Européens* (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

883

KAÏ-KAÏ :

Variante graphique de KAÏKAÏ. V. cette entrée. –Qu'est-ce qu'i'cherche? –Oh pas du kaï-kaï en tout cas. Il a tout c' qu'i' faut à la Table Fraternelle. Roman Ohlen, 2000 : 46.

884

KAKAÏ :

Variante de KAÏKAÏ. V. cette entrée. Répertorié par Observatoire, 1990 : 177.

 

885 KAKANE :

Variante graphique de CACANE. V. ce mot. Ces deux Kakanes (…) étaient flanqués d’une congénère à chignon noir, au bustier de soie. On l’appelait "la Bayou". Roman Sénès, 1987 : 72.

885 KAKARIKI :

n.m. A.cour. (Cyanoramphus novaezelandiae saisseti). Oiseau, espèce de perruche* (28cm), au plumage vert brillant et au front rouge, qui vit sur la Grande-Terre* (Hannecart, 1983). Encycl. : Il est visible en forêt sur la Grande-Terre*, bien que difficilement car il est très silencieux, on le rencontre aussi "dans le maquis minier mangeant des graines de bois* de fer" (Hannecart, 1980 : 66). / Il est appelé du même nom en Nouvelle-Zélande -nom maori (Observatoire, 1983 : 170). La sente progresse entre les arbres (…) où la [sic.] kakariki (perruche* à front rouge, endémique) héberge. Pancarte dans un parc naturel (Rivière bleue), 2022. Répertorié notamment par F.O.L., 1983 : 101. Syn. : Perruche* à front rouge, petite* perruche, tête* rouge (rares, spéc.).

886 KAKOUNE :

n.m. Cour. Fam.  1. Souvent plaisant. Coup (de poing, de pied...). V. CANON. Il s'est pris un sacré kakoune, le mec! Il est tombé par terre...  2. Choc, accident de la circulation, accrochage sans gravité. Y a eu un kakoune entre deux motos mais y a pas de blessés...Oral spontané, 1990.

V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

887 KALÉPO :

Attesté uniquement à l'oral. n. et adj. Cour. Fam. Personne originaire de l'archipel de Wallis et Futuna : Wallisien* -V. WALLISIEN. / Relatif à Wallis et Futuna. Connotation : Péjorative. V. WALLIPETE. T'es un peu kalépo toi non?... Oral spontané, s.d.

888 KALOLO :

adj. A.cour. Fam. Bon, joli. Encycl.  : En drehu*, langue kanak* de Lifou, "lolo" signifie : joli et "ka" indique un état permanent (Sam, 1980). Hé!* Elle est kalolo ta robe hein? Oral spontané, s.d. C'est kalolo tssaa. Commentaire de vidéo (Youtube On débarque chez Tahitian, Coco Banane, 06/2022). Koumac c'est Kalolo 2022 : 3 jours de découverte touristique. (…) Viens larguer tes claquettes* à Koumac ! (...) Participez à la promotion de notre commune et invitez vos amis (…). Campagne de la ville de Koumac pour le tourisme local, site internet de la ville, 2022. Collocation fréquente : Emploi exclamatif (V. ci-après). Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

889

KALOLO! :

interj. A.cour. Fam. Exprime l'admiration, la satisfaction... V. ÇA DE WIZZ!  -Ça y est j'ai nettoyé ta voiture! –Aaah Kalolo!

 

889 KAMADJA :

n. Cour. Ethnolectal kanak*. V. EUROPÉEN. Encycl : En drehu, langue kanak* parlée à Lifou (île Loyauté) kamadra (ka madra) signifie "homme blanc, européen, qui appartient à la race blanche" (Sam, 1980). Autrefois les Kamadjas sont arrivés (…). Site internet brousse-en-folie.com, rubrique "Dictionnaire'', 2013. (…) comme les Kamadja t'as vu comme les Zoreilles* là* (…) toujours faire* son malin (…). Vidéo Youtube Bonjour ma Kanaky*, Coco Banane, 04/2020. Syn.  : Blanc, Blanche * (t.cour.); Européen, -éenne * (t.cour. plus soutenu); Frani* (a.cour. ethnolectal tahitien); Popwaalé* (a.cour. ethnolectal kanak*). Dynamique : Emploi ayant progressé, passé d'assez courant -en 2005- à courant (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

890 KANAK / CANAQUE :

n. et adj. T.cour. Connotation neutre, péjorative ou méliorative.  1. n. Mélanésien de Nouvelle-Calédonie. Il planterait l'igname* à la façon des Canaques (…). Roman Sénès, 1987 : 41. (…) il participe activement à ce mouvement (…) pour l’amélioration de la vie des Kanak. Journal Loyauté, 2005. Pour ma part je suis un jeune Kanak étudiant à Sciences Po Paris (…). Commentaire de vidéo (Youtube L’indépendance, Coco Banane, 06/2021). La culture calédonienne : Kanaks (peuple autochtone), Européens*, Asiatiques et Polynésiens. Présentation d’une vidéo sur la chaîne touristique d’Aircalin, 2022. (…) le petit Caldoche* grandit à portée de voix de Jean-Pierre, le petit Kanak son copain.  Entretien Barbançon, 2022 : 8.  2. adj. Relatif aux Mélanésiens de Nouvelle-Calédonie. Totem Sexe/ féconda la Terre Kanake [sic]. Poèmes Gorodé, 1985 : 89. Je suis de mère kanak. Roman Tcherko, 2001 : 42. Le Poulpe (…) revient souvent dans les légendes canaques. Recettes Moglia, 2004 : 8. Patrimoine kanak dispersé (…) ces objets, masques, (…) monnaies kanak, seront renvoyés en métropole. Programme culturel, 04/2005. Le séminaire a créé des élites kanakes [sic]. Journal Le Chien bleu, 08/2019. Il s’agit de la première femme kanak huissier de justice. Journal Les Nouvelles, 01/2020. Les îles Loyauté (…) avec leurs (…) traditions Kanak [sic.].  séculaires. Brochure touristique d’Aircalin, 2022. La coutume* Kanak [sic.]. (…). A la culture kanak s’ajoute celle des autres peuples qui ont rejoint l’archipel… Brochure touristique d’Aircalin, 2022. Ce sont de simples conversations entre un journaliste et un historien. L’un est kanak, l’autre caldoche* (…). (…) Jacques Ieneïc Iekawe est de Tiga. Il termine ses études de droit et de sciences politiques (…) il deviendra le premier préfet kanak. Entretien Barbançon, 2022 : 9, 11.

Encycl. : Le mot hawaïen kanaka signifie : homme (Observatoire, 1983 : 36). / "[Autrefois, avant les années 70-80], s'il y avait bien deux mots que l'on ne prononçait pas, c'étaient ceux de "Kanak" et de "Caldoche*", pour des raisons opposées d'ailleurs. Pour les Kanaks [sic.] on disait alors, les indigènes* ou les autochtones*, quelquefois les Mélanésiens. "Canaque" était considéré comme une injure et les parents calédoniens* apprenaient à leurs enfants à ne pas l'employer. Le terme est devenu péjoratif en Nouvelle-Calédonie dès le début du XXe siècle. On a même vu les tirailleurs Kanaks [sic.] envoyés en France pendant la Grande Guerre faire une démarche auprès des officiers français pour que leur unité ne s'appelle pas comme prévu : 'le bataillon canaque*'." Barbançon, 1988 : 23-24.

Syn. : V. CALÉDONIEN, KAOUIN (péj.), MÉLA, NÉO-CALÉDONIEN, WET (péj.?).

Dérivés : Enkanaké*, ée. Enkanaker* (s').

Composés : V. articles ci-après (composés attestés en cet état de la recherche -2022- avec la graphie kanak). 

Norme : Le mot canaque / kanak (les deux graphies sont répertoriées par le Petit Robert) fait partie du français de référence mais est peu employé dans l'usage hexagonal réel ou est employé de manière erronée (notamment dans le sens étendu de "habitant de Nouvelle-Calédonie"). Le mot du français de référence Mélanésien (qui n'est quasiment pas en usage dans l'Hexagone) est en usage en contexte calédonien* comme synonyme courant de Kanak (mais vieillissant -et plus soutenu (?) que Kanak- (Pauleau, enquête linguistique, 2022). / La graphie la plus fréquente était autrefois la graphie canaque, les variantes graphiques étant diverses et parfois co-présentes dans un même texte -Pauleau, enquête liguistique, 1990. A cette époque encore, seuls la presse kanak (le journal Bwenando par exemple) et les ethnologues et linguistes métropolitains adoptaient la graphie kanak de manière invariable, mais ailleurs la norme graphique en k (fidèle au symbole phonétique [k]) et la règle du non accord des termes ethniques (kanak, même au féminin pluriel) n’étaient généralement pas appliquées.  La tendance a totalement basculé et l’ordre de fréquence des graphies a été inversé depuis les années 1990 : la graphie kanak invariable est désormais souvent adoptée  (Pauleau, enquête linguistique, 2005); un seul auteur seulement, parmi ceux observés lors en 2005 (Pauleau, Ibid.), conserve la graphie en c, désormais ancienne. On peut toutefois encore trouver de temps à autre les variantes graphiques : Canaque*, Kanake*... Citons également une Lettre d'information de l'Agence de Développement de la Culture Kanak [A.D.C.K.] (24/09/1990) : "(…) dès janvier 1985, les Kanak avaient décidé, en conformité avec l'orthographe océanienne, d'écrire ainsi Kanak au lieu de Canaque, le terme étant invariable en genre et en nombre (…). (…)  après une intervention de la présidente de l'A.D.C.K. auprès du ministre des DOM-TOM, ce dernier n'a pas hésité à faire savoir que les deux orthographes étant admises dans la langue française et retenues dans les principaux dictionnaires, rien ne s'oppose à ce que cette orthographe soit adoptée par l'Agence, y compris dans les documents administratifs". En 2023 (Pauleau, enquêtes linguistiques) on observe que la graphie en « k » et le non-accord sont préconisés dans certains services publics, comme par exemple sur le site de la Direction Générale des Enseignements (DGE) où l’on peut lire : L’orthographe « Kanak » est préconisée par l’Académie des langues kanak et utilisée dans le texte de l’Accord de Nouméa du 5 mai 1988. Le nom et l’adjectif « kanak » sont employés de manière invariable en genre et en nombre. -https://www.ac-noumea.nc/spip.php?rubrique88.

Dynamique : Terme stable depuis les années 1990 (Pauleau, enquête linguistique, 2005). Le terme est toujours observable dans la presse et ailleurs, la graphie est variable mais celle en « c » est rare (Ibid., enquêtes linguistiques, 2020-2023); l’accord en genre et nombre est fait, ou non (cf les attestations supra) -Ibid.

V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

890

KANAKE :

Variante graphique de KANAK. V. cette entrée. Totem Sexe/ féconda la Terre Kanake [sic]. Poèmes Gorodé, 1985 : 89. Le séminaire a créé des élites kanakes [sic]. Journal Le Chien bleu, 08/2019.

890

CHOU* KANAK :

V. CHOU.

890

ASPERGE* KANAK :

V. ASPERGE.

890

ALCYON* SACRÉ DES KANAK :

V. ALCYON.

891

ÉCOLE* POPULAIRE KANAK* :

n.f. Cour. Plutôt Ethnolectal (plus cour. chez les Kanak*). Ecole parallèle. V. ECOLE POPULAIRE. Ils ne sont pas allés à l'école coloniale, l'école populaire kanak* c'était mieux. Nouvelles Jacques, 2000 : 43. (…) on a rejoint d'autres jeunes dans sa tribu au fond de la vallée pour animer l'EPK, l'école populaire kanak. Roman Gorodé, 2005 : 67. Variante siglée : E.P.K.

891

ÉPINARD(S)* KANAK :

V. ÉPINARD(S).

891

POMME* KANAK :

V. POMME.

892

FOUR KANAK* :

Attesté uniquement à l’oral. n.m. T.cour. Four traditionnel mélanésien constitué de pierres chauffées au feu et placées dans un trou (dans la terre) ou sur le sol. On pose la nourriture à cuire sur ces pierres avant de recouvrir le tout de terre et de feuillages. Encycl. : Traditionnellement utilisé pour la cuisson du bougna*, plat kanak*. V. BOUGNA. Les mêmes principes de cuisson sont également utilisés en Polynésie (V. FOUR TAHITIEN). Tu préfères le bougna* cuit au four kanak* ou le bougna-marmite*? Variantes graphiques : Celles de kanak*.    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

892

LENTILLES* KANAK :

V. LENTILLES.

892

PRO-KANAK :

V. PRO.

892

POMMIER* KANAK :

V. POMMIER.

892

PEUPLIER* KANAK :

V. PEUPLIER.

892

PICOT* KANAK :

V. PICOT.

893

SIESTE KANAK* :

Attesté uniquement à l’oral. n.f. Cour. Fam. Longue sieste. J'ai dormi de deux heures à cinq heures, la vraie sieste kanak*! Variantes graphiques : Celles de kanak*.

 

895 KANAKY :

n.pr. T.cour. Ethnolectal kanak* (moins cour. dans les autres groupes). La Nouvelle-Calédonie, plutôt en tant que pays kanak*. Encycl. : Terme né de la revendication indépendantiste kanak* autour des années 1970. Kanaky vaincra. Graffiti, Nouméa, 1985. Bon rétablissement à tous les malades de la Kanaky. Oral radio, 04/2005 (locutrice kanak*, messages téléphonés, radio Djiido). Canal Kanaky (…) La météo de la Nouvelle-Calédonie-Kanaky… Oral radio, 04/2005. "Calédonie* ou Kanaky/ C'est mon pays (…) Calédonie* ou Kanaky/ A toi aussi." [: chanson]. Journal Le Pays, 06/2006. Yeiwene Yeiwene, Construction et révolution de Kanaky [Nouvelle-Calédonie]. Essai Mokaddem,  2018, titre de l'ouvrage. Syn. : V. CALEDONIE (LA) et CAILLOU (LE). Collocations : Dans les attestations récentes en 2005, terme assez souvent associé à celui de Calédonie ou Nouvelle-Calédonie comme dans les citations ci-avant (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005). Norme : Comme pour Calédonie*, on emploie la préposition en (en Kanaky), mais par contre le dét. la est facultatif (la Kanaky ou Kanaky -comme dans les exemples ci-avant), alors que la est quasiment systématique pour Calédonie (on dit Mon pays c'est la Calédonie). Remarquons que l'exemple en deuxième position ci-avant ne présente pas de dét. la, ni pour Kanaky, ni pour Calédonie, mais cet emploie de Calédonie sans la reste marginal et plutôt ethnolectal (groupe kanak* notamment). Dynamique : L'appellation Kanaky est toujours en pleine vitalité (Pauleau, enquête linguistique, 2022).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

896 KANAKY-(NOUVELLE-)CALÉDONIE :

n.pr. T.cour. A.cour. La Nouvelle-Calédonie. Pour nous aujourd’hui, le devenir souverain se nomme « Kanaky-Nouvelle-Calédonie ». (…) Le devenir souverain est donné en partage entre « Kanaky » et « Nouvelle-Calédonie ». Il se joue dans un imaginaire clivé par les logiques des deux noms propres (…) [il] est superposé par des enjeux contemporains inédits. Essai Mokaddem, 2018 : 60-61. Que la paix de notre Seigneur vous accompagne et puisse aussi bénir notre pays la Kanaky*-Nouvelle-Calédonie. Oleti *. Site du service protestant de mission, 10/2020. (…) ma kanaky calédonie [sic.] Commentaire de vidéo (Youtube L’indépendance, Coco Banane, 06/2021). Norme : Termes parfois inversés : La météo de la Nouvelle-Calédonie-Kanaky… Oral radio, 04/2005. Ou encore : Pour moi mon pays '' Nouvelle-Calédonie Kanaky'' Nous sommes pas encore prêt à avoir notre indépendance (…). Commentaire de vidéo (Youtube L’indépendance, Coco Banane, 06/2021). Dynamique : Emploi officieux croissant de ce nom Kanaky-(Nouvelle)-Calédonie pour nommer le pays (Pauleau, enquête linguistique, 2022).

896 KANÉKA :

n.m. T.cour. Musique kanak* moderne, née dans les années 80, d'inspiration multiple (musique traditionnelle kanak*, reggae, chanson française, folk...). Dansez le kaneka Dansez dans la tribu (…). Poèmes Lycéens, 1997 : 19. (…) ils se retrouvent entre garçons, c'est reggae, cannabis, kaneka [note de bas de page : kaneka : musique locale kanak* (…)]. Roman Jacques, 2002a : 153. (…) des compositions en français de style reggae, ragga et kaneka (…). Journal Les Nouvelles, 05/2005. Comme le chante la musique kaneka que diffuse la sono (…) plus de liberté, de justice et de dignité. Gorodé, 2019 : 9. Six ans après les accords* de Matignon, la Nouvelle-Calédonie connaît une période d’effervescence culturelle, le kaneka explose. Entretien Barbançon, 2022 : 65. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2023).   V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

129 KAORI :

Ci-dessus : Dans le parc provincial de la Rivière bleue (2022), panneau annonçant l'un des plus beaux specimen : le kaori. Crédit : Province sud, Nelle-Calédonie.

 

n.m. Cour. (Agathis spp.). Grands arbres du genre Agathis spp., les plus puissants des forêts sur terrains miniers : conifères de croissance très lente, au bois résineux très apprécié, pouvant atteindre une quarantaine de mètres de hauteur et plus de deux mètres de diamètre. Encycl. : Le maori néo-zélandais "kauri" désigne le même arbre (Observatoire, 1983 : 189). / Famille des Auraucariacées. "La grande forêt calédonienne*, plus particulièrement sur les terrains miniers, est souvent dominée par les kaoris (…)." (Schmid, 1981 : 56). Ces arbres peuvent avoir des aspects très différents : "(…) les kaoris (…) néo-calédoniens* ont chacun des affinités différentes, une espèce étant apparentée au kaori de Nouvelle-Zélande, un autre au kaori australien, une autre au kaori néo-hébridais [vanuatais*]." (Ibid. : 22). Le kaori* rouge donne la gomme ou résine de kaori (Hollyman, 1977 : 18). Pendant que j'étais planqué dans la forêt, j'en ai vu moi des bouquets et des bouquets de kaoris (…). Mariotti 1947, dans Littérature NC : 26. Vends (…) table kaori (…). Journal Les Nouvelles, 08/10/1988. Il avait marché très longtemps quand il s'écroula sous un grand kaori (…). Album Revol, 2001 : 16. Le troisième album, L'enfant Kaori (…) est inspiré de la vie à Ouvéa. Journal Mwà Véé, 07/2005. Le kaori. Dans certaines régions de la Grande-Terre il est planté à côté du pin* colonnaire et symbolise le lignage de haut rang et la belle ordonnance des hiérarchies. Etiquettes expliquant le mythe du premier homme Téâ Kanaké, Centre culturel Tjibaou, 2022. Syn.: Kaori* blanc (peu cour.) Arbre* à résine (rare). Composés : V. ci-après. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2022).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

897

KAORI* BLANC :

Variante de KAORI. V. ce mot. Répertorié notamment par B. Suprin (botaniste -parc forestier de Nouméa) et F.O.L., 1983 : 101.

897

KAORI* DE FORÊT :

n.m. A.cour. (Agathis lanceolata Panch. & Seb.). Variété de kaori* poussant dans le sud de la Grande-Terre*. Répertorié par Hollyman, 1977 : 18 et B.Suprin (botaniste -parc forestier de Nouméa). Syn. (cour.) : Kaori*.

897

KAORI* DE MONTAGNE :

n.m. A.cour. (Agathis ovata Warb.). Variété de kaori* poussant sur les hauteurs et parfois "de forme plus ou moins buissonnante" (Hollyman, 1977 : 18), il est alors parfois appelé kaori* nain. Répertorié par Hollyman, 1977 : 18 et B.Suprin (botaniste -parc forestier de Nouméa). Syn.: Kaori*(cour.). Kaori* météa (rare).

897

KAORI* DU NORD :

n.m. A.cour. (Agathis spp.). Arbre du genre Agathis spp., et poussant particulièrement dans le nord de la Grande-Terre*.  Répertorié par B.Suprin (botaniste -parc forestier de Nouméa). Syn. (cour.) : Kaori*.

897

KAORI* MÉTÉA :

n.m. Rare. (Agathis ovata Warb.). V. KAORI DE MONTAGNE. Répertorié par Observatoire, 1990 : 177.

897

KAORI* NAIN :

n.m. Rare. (Agathis ovata Warb.). V. KAORI DE MONTAGNE. Répertorié par Hollyman, 1977 : 18 et B.Suprin (botaniste -parc forestier de Nouméa).

897

KAORI* ROUGE :

n.m. Rare. (Agathis spp.). Arbre du genre Agathis spp., qui donne la gomme ou résine de kaori* (Hollyman, 1977 : 18). Répertorié par Hollyman, 1977 : 18 et B.Suprin (botaniste -parc forestier de Nouméa). Syn. (cour.) : Kaori*.

 

898 KAOUIN :

n.m. Cour. (moins cour. chez les Kanak* et les moins de vingt ans). Fam. Injurieux. Mélanésien, Kanak*. Encycl. : En drehu* (langue kanak* de Lifou), "kawetrewetr(e)" signifie "homme noir", "Mélanésien" (Sam, 1980). Ici, tu t'appelles (…) Kawin (…) Ailleurs (…) Bicot (…) Négro etc. Poèmes Gorodé, 1985 : 36. Il répétait que les Calédoniens* étaient considérés à Paris comme des citoyens de seconde zone. Comme des Kaouins, quoi! Moins que des bougnoules! Roman Sénès, 1987 : 254. Syn. : Tawi* (cour.). Babao*, singe, wet*? (a.cour.). Gris* (peu cour.). Bédouin, klinch*, kwatch* (rares). Variantes : Piouin* (cour.). Ouin* (a.cour.). Variante graphique : Kawin*. Locution : V. ci après. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

899

ÊTRE UN SACRÉ KAOUIN* :

loc. Cour. Fam. ou sociolectal (pop.). Avoir une personnalité forte. V. MANIOC : ÊTRE UN SACRÉ MANIOC. Ah celui-là c'est un sacré kaouin hein? Ecrit d'enquête, 05/2005. Norme : Peut s'appliquer à une personne du sexe masculin uniquement. Dynamique : Terme récolté en 2005 (Pauleau, enquête linguistique, 2005).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

 

900 KATOUNE! :

Attesté à l'oral uniquement. interj. T.cour. Fam. ou sociolectal (pop.). Exprime la surprise. V. BABYLONE! Encycl. : Le nom propre kanak* "Katrung" (cf : Katrung fixait des yeux son protégé (…). Nouvelles Ihage-Gorodé, 2002 : 58) est proche phonétiquement et on sait la relation qui existe entre les interjections de surprise et les noms propres en français calédonien* (V. à ce sujet l'article BABYLONE!). –Je suis arrivé là-bas trois heures en retard... –Katoune! Variantes : Katoune de mort! /Katoune et ma misère! /Katoune est mort! Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

901 KAVA :

n.m.  1. T.cour. Boisson aux propriétés éventuellement relaxantes et euphorisantes (si elle est consommée dans certaines conditions), préparée à partir des racines écrasées de la plante Piper methysticum Forst. Encycl. : Dans les langues polynésiennes, la plante et la boisson sont désignées par des termes tels que [kava] en wallisien, ['ava] en tahitien et samoan ou ['awa] en hawaïen./ Le kava est à l'origine une boisson coutumière*, notamment au Vanuatu et en Polynésie : la cérémonie du kava est une cérémonie coutumière* importante en Polynésie (notamment chez les Wallisiens); autrefois, les racines de kava étaient mâchées pour obtenir le jus nécessaire à la préparation de la boisson. Mais aujourd'hui, la consommation du kava s'est étendue hors de la coutume* et hors des groupes culturels polynésiens et vanuatais* : le kava est écrasé et non plus mâché, et il est vendu et consommé couramment en Nouvelle-Calédonie dans les bars à kava (V. NAKAMAL). Des cuites, il en prenait de plus en plus souvent, à la bière, au kava (…). Roman Jacques, 2002a : 14. (…) pas d’alcool, pas de kava, pas d’herbe illicite, tu peux me confier ta fille les yeux fermés. BD, Journal Les Nouvelles, 04/2005. (…) il faut combattre l’alcool, le cannabis, le kava, les cigarettes, le suicide (…). Journal Loyauté, 01/2005. Tandis que lap-lap* et tuluk* se sont écoulés sur les stands de restauration, huit kavas ont été proposés aux visiteurs. Journal Les Nouvelles, 08/2019. Composé : Bar* à kava. Norme : Terme comptable ou non : du kava ou un/deux kava/s (dans ce dernier cas, kava a un synonyme : Sel* (V. cette entrée).  2. T.cour. Bar* à kava : V. NAKAMAL. Encycl. : Le glissement sémantique est le même que pour le mot "café" en français de référence ("aller au café"). On va au kava ce soir? Oral spontané, s.d. Il habite près du kava. Collocation fréquente : Aller au kava.  3. Cour. (Piper methysticum Forst.). Plante dont on utilise les racines pour la préparation de la boisson du même nom décrite en 1. Encycl. : Famille des Pipéracées (poivriers). / Dans les langues polynésiennes, la plante et la boisson sont désignées par les termes tels que ['ava] en tahitien et samoan ou ['awa] en hawaïen. Il fait pousser du kava chez lui. Oral spontané, s.d. (…) moi je suis clean, pas besoin de racines de kava. Théâtre, Duchesne, 2014.

Dynamique : Terme dont l'usage est croissant depuis les années 1990 (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2022).

902

BAR À KAVA* :

V. NAKAMAL. (…) [un] raccourci pour atteindre le bar à kava* (…) moi je suis clean, pas besoin de racines de kava*. Théâtre, Duchesne, 2014.

902

KAWA :

Variante de KAVA. V. cette entrée. (…) lieu de rencontre où l’on boit du kawa* (…). Roman Tcherko, 2001 : 28.

 

903 KAWIN :

Variante graphique de KAOUIN. V. cette entrée. Ici, tu t'appelles (…) Kawin (…) Ailleurs (…) Bicot (…) Négro etc. Poèmes Gorodé, 1985 : 36.

904 KAYA FOU :

n. et adj.  1. A. cour. Ethnolectal kanak* (moins cour. chez les non Kanak*). Personne bohème, et spécialement : personne affichant la mode jamaïcaine (cheveux tressés, port des couleurs emblématiques africaines : vert, jaune, rouge, marron...etc.). / Bohème et spécialement : affichant la mode jamaïcaine. Encycl. : En créole jamaïcain, "kaya" signifie : marie-juana. C'est un kaya fou, lui, il est cool, il travaille pas, et puis il a pas peur de s'habiller n'importe comment... Oral d'enquête, 1990. Equivalents hexagonaux : Selon le cas : Rasta, baba cool, baba (français des jeunes)... Syn. : V. LA POP. Dynamique : Cette acception est plus ancienne que la suivante (Pauleau, enquête linguistique, 2005).  2. Cour. (plus cour. chez les jeunes). Personne naturelle, sans artifice, ou encore personne négligée. / Naturel, sans artifice, ou encore négligé. Connotation : Méliorative ou péjorative. Variante : Kaya*. Ton copain là, il est kaya fou hein? Dynamique : Terme en 2005 auprès des lycéens (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

905

KAYA :

Variante de KAYA* FOU (sens 2). V. cette entrée. Pour travailler dans les bureaux faut bien parler phrasé quoi [‘faut bien parler quoi’] / sinon si on phrase pas c’est chômeur [‘si on parle pas bien, on sera chômeur’] (rires) […] on n’a pas les mêmes styles d’habits quoi / ceux qu’ont grandi ici c’est plutôt kaya [‘c’est plutôt cool, décontracté’] (oral d’enquête, locutrice, jeune Kanak* des quartiers défavorisés, Nouméa ; Barnèche, 2005 : 228, 233).

 

905 KÉKAISSE :

Variante graphique de CAICAISSE. V. cette entrée. (…) Tout ça c’est des trucs de kékaisse ! Avec mon Toyoky (…) je vous prends au démarrage quand vous voulez ! BD Niko-Solo, 2004 : 15.

906 KÉKOUYA! :

interj. Cour. Fam. ou sociolectal (pop.). Exprime la surprise. V. BABYLONE! [devant un personnage la tête plantée dans le sol :] Kékouya! BD Berger, 1989. Variante phonétique : [gekuja] (en alphabet latin: "guékouya").    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

907 KIA! :

Variante graphique de TCHA! V. cette entrée. Dynamique : Terme récolté auprès des lycéens (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

907 KINGFISH :

n.m. A.cour. Spéc. Domaine : Pêche. (Seriola lalandi Valenciennes). Grand poisson (1m) argenté à la queue jaunâtre. Encycl. : Le même nom est donné en Australie au même poisson (Laboute, 2000 : 237). Répertorié par Laboute,.op.cit.

908 KLINCH :

Attesté à l'oral uniquement. n. Rare. Fam. Injurieux. Mélanésien : Kanak*. V.KAOUIN. Il est toujours avec des Klinchs... Oral spontané, s.d.

908 KNK XXCRA :

phrase. Cour. Plutôt ethnolectal (plus cour. chez les Kanak*). Kanaky* vaincra : slogan indépendantiste transcrit en graphie plus ou moins cryptée, visible sur les murs des bâtiments par exemple. Sur les claquettes* japonaises, sur les trousses et sur les sacs [au collège] on peut lire les lettres KNK souvent suivies de XXcra pour « vaincra ». Entretien Barbançon, 2022 : 260. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2023).

909 KOHU :

n.m. Cour. (Intsia bijuga O.Kuntze). "Arbre du bord de mer ou des forêts de sols coralliens" (F.O.L., 1983 : 103) connu pour son bois dur, jaune ou rougeâtre. Encycl. : "(…) emprunté à une langue (…) [kanak*] non encore identifiée, mais pas du nord" (Observatoire, 1983 : 189). Certains bois sont devenus rarissimes tel le kohu, très recherché pour l'ébénisterie. Manuel Education civique 1991 53. (…) une sculpture en kohu de l'Ile des Pins représentant un rameur (…). Journal Tazar*, 09/2005. Vente : (…)Villa (…) piscine en dur sur deck kohu (…). Journal Ver* de bancoule, 02/2006. C’est en plein cœur de la forêt que se trouvent les grands arbres destinés à la coque [des pirogues] : le pin*, le kohu, l’acacia* ou le bois* bleu. Etiquette de l’exposition Mue, faire corps, Centre culturel Tjibaou, 2022. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

909 KOLOODE ! :

interj. A.cour. Plutôt ethnolectal (plus cour. chez les Kanak*).  Exprime la joie de la connivence, lorsqu’on parle d’une personne que l’on trouve séduisante. Encycl. : Le prénom français Claude est à l’origine de cette interjection. [Deux garçons  en train de parler : ] -Eh hier j'étais avec Valérie à la Bd [=à la plage de la Baie des Citrons]smiley -KOLOOOODE ! Valérie... quand j'étais marin heart [Haaaa Valérie ! -connivence masculine hétérosexuelle]. Ecrit d’enquête, 10/2023. Norme : Se prononce [kᴐlᴐ:d].

909 KOUMALA :

n.m. A.cour. Vieilli. (Ipomoea batatas L.Lamk.). V. PATATE. Encycl. : Dans les langues kanak* et polynésiennes, "kumala" (ou "kumwara" ou "kumara"...) désigne la même plante (Observatoire, 1986 : 77). Répertorié par Observatoire, op.cit.

909 KOUYOUK :

n.m. A.cour.  1. (Glycifohia undulata Sparrman -endemia.nc). Petit oiseau gris et brun d’une vingtaine de centimètres visible dans les forêts denses et les maquis miniers mais s’approchant des maisons et aimant les arbres appelés brosses* à bouteilles. Encycl. : Ancien nom scientifique : Guadalcanaria undulata. Phylidonyris undulata- -endemia.nc. Syn. (rares, spéc.) : Grive (perlée). Méliphage*.  2. (Philemon diemenensis Lesson). Oiseau gris et brun assez frêle d’une trentaine de centimètres fréquentant les forêts denses mais s’approchant des maisons et aimant les arbres appelés brosses* à bouteilles. Syn. : Grive. Oiseau moine.  3. (Lichmera incana incana Latham). V. SUCEUR. Norme : Répertorié notamment par Observatoire, 1990 : 160.

Encycl. : Oiseaux de la famille des Méliphages.

Le dimanche matin les ruelles sont réservées aux oiseliers. (…) merles* des Moluques, grives, (…), kouyouks (…) enfermés dans des cages (…). Prigent, 2006 : 49.

Variantes graphiques : Couyouc*, couillouc*.

Norme : Les sources scientifiques spécialisées (notamment endemia.nc et la Société Calédonienne d'Ornithologie) s’accordent sur l’oiseau décrit en 1. Certains Calédoniens interrogés lors d’enquêtes de terrain (2023) privilégient plutôt les descriptions en 2. ou 3.

909 KRETEK :

n.f. Cour. Cigarette au clou de girofle, ces cigarettes sont souvent fumées par les Indonésiens. Encycl. : La marque courante de ces cigarettes est Kretek. Dans la salle, les Javanais*, les mass* [sic.], kretek au bec, (…) ne s’assoient jamais sur les sièges de toile mais s’accroupissent (…). Prigent, 2006 : 54.

910 KUMAK :

n.m. Peu cour. Ethnolectal kanak* ou spéc. (employé soit par les Kanak* soit en contexte spéc.). Domaine : Linguistique. V. NIXUMWAK. Langue kanak* des régions de Koumac et Poum : plus précisément le dialecte nélêmwa* est parlé "dans le district coutumier* des Nenema, au nord de la Grande-Terre*" (Bril, 2002) (du côté de Poum); le nixumwak* est parlé dans la région de Koumac. Encycl. : Le terme kumak est absent sur le site de l'Académie des Langues Kanak* (ALK), seul le terme nixumwak* y est employé. Nos langues dansent la danse de la terre... (…) Yuanga*, Kumak, Nénéma* (…), Soufflez le vent du grand* nord (…). W.Welepane, 1993 dans Anthologie, 1994 : 249. Variante : Fwa kumak (?). Norme phonétique : [kumak] -en alphabet latin : "koumak".

911 KWATCH :

Attesté à l'oral uniquement. n. Rare. Fam. Injurieux. Mélanésien : Kanak*. V. KAOUIN. C'est pas une Blanche, c'est une Kwatch...

912 KWÊNYII :

Variante de nââ* kwênyii : V. NUMÈÈ. Nos langues dansent la danse de la terre... Kwènyii [sic.], Wêê*, Numèè*, Caac*, Le mât est planté sur la terre, Dans l'aire de la danse (…). W.Welepane, 1993 dans Anthologie, 1994 : 249. Norme graphique: Avec accent circonflexe ou grave sur le "e".

912

912

MoDyCo

MoDyCo


Université Paris Nanterre
Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS
- MODYCO UMR 7114

MoDyCo

MoDyCo


Université Paris Nanterre
Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS
- MODYCO UMR 7114