Inventaire lexicographique du français calédonien

par Christine Pauleau



Introduction | A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Pour citer ce travail :
PAULEAU, C., Inventaire et observatoire lexicographiques du français calédonien (Nouvelle-Calédonie), bilan sociolinguistique sur le géolecte francocalédonien, Paris, site du laboratoire Modèles Dynamiques Corpus (MoDyCo), UMR 7114 du CNRS/ Université Paris Nanterre, depuis 2022, https://ressources.modyco.fr/dicocaledonien/

Cette oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International. CC BY-NC-ND 4.0

La recherche pour @lettre ^l* a trouvé 156 résultats

Lexique général (gros caractères) - Lexique flore/faune (petits caractères, termes rares en gris)

Entrées et sous-entrées
Items and subitems
938 ::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: L' ::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: :

938 L'EMPÉTÉ! :

Attesté uniquement à l'oral. interj. T.cour. Fam. Vulg. Exprime la surprise. V. L'ENCULÉ! et BABYLONE! Hé!* L'empété! Mais arrête de manger dans mon assiette! Norme : Le degré de vulgarité est bien moindre qu'il ne serait en français hexagonal pour la même interjection (registre vulgaire banalisé en contexte calédonien*). Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

940 L'ENCULÉ! :

Ci-dessus : Post humoristique, Facebook, 2019. Crédit : Voilà Ta Couz Là.

 

interj. T.cour. Fam. ou sociolectal (pop.). Registre vulg. souvent neutralisé. Marque l'intensité d'une réaction, qu'elle soit de surprise, de colère, de dégoût, d'amusement, de désapprobation, d'admiration...etc. et possède également une fonction de démarcatif (ponctue le discours en délimitant les groupes de sens –V. dernière illustration). Encycl. : Avec quelques autres lexies (notamment des interjections comme L'engin!* ou Valable!*) L'enculé! fait partie des stéréotypes lexicaux calédoniens*, notamment lorsqu'il s'agit du Calédonien* d'origine européenne, ou du moins de sa caricature, ancrée dans la conscience collective (du groupe européen* surtout) comme stéréotype drôle et marginal par rapport à la norme hexagonale. Les humoristes locaux en font grand usage dans leurs sketches. Après trois séjours, il [le métropolitain] a bien changé : quand il y a un problème il dit : "L'enculé!" Sketch Ollivaud, 198? L'enculé! Jacques! Mon frère! Sketch Lewis, 1990. Enfin on a quand même fait une bonne pêche (…) et puis l'enculé! des pièces* hein? Sketch Valéry, 1989. -Ben l’enculé ! Vous avez pas peur vous ! Roman Tcherko, 2001 : 29. Longulé. (…) Longlé! On a oublié (…) BD Teg, 2002 : 14-18. Hulé ! sont tombés par terre ! [les nautous* prêts à cuire]. Recettes Moglia, 2004 : 72. L’enkilé, mais vous êtes allés braconner dans la brousse* à Gouaro! Récits Juncker, 2018 : 119. L’enkuleyy mais toi tu vas percer (…). Commentaire de vidéo (Youtube Bonjour ma Kanaky*, Coco Banane, 04/2020).  L'enculé! Mais t'as vu cet abruti d' chien? L'enculé! Il a même pas aboyé, c'est un nul! Ah* l'enculé! Equivalents hexagonaux (ils sont nombreux) : Mon vieux! (français fam. traditionnel). Putain! (français fam. des jeunes). Putain con!, Boudu! (français régional du sud ouest). Purée! (français pop.)...etc. (le rôle de démarcatif étant le même). Syn. (ils sont nombreux) : V. BABYLONE! Variantes atténuées (degré de vulgarité atténué) : L'en!* L'engine!* (attestées uniquement à l'oral). Culotte!* L'empété!* L'enculotte!* L'engin!* L'ôngin!*. Collocations fréquentes : V. articles ci-après. Norme : Le degré de vulgarité est bien moindre qu'il ne serait en français hexagonal pour la même interjection (registre vulgaire neutralisé en contexte calédonien*). Notons tout de même que dans certains milieux hexagonaux populaires ou régionaux, on observe également ce phénomène de neutralisation de la vulgarité : en français méridional familier par exemple l'usage de l'interjection "Enculé!" étant courant, le registre vulgaire est ainsi neutralisé comme en contexte calédonien*. / Le terme est attesté uniquement à l'oral en 1995, mais attesté à l'écrit à partir de 2001 (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005) : cela manifeste peut-être une banalisation croissante du registre vulgaire de cette expression et la levée des censures de l'écrit en contexte local. V. aussi la forme nominative à l’entrée ENCULÉ. Norme phonétique : Se prononce parfois avec allongements vocaliques, surtout de la première et la troisième syllabe (allongements proportionnels à l'intensité de la réaction exprimée) : [lããkyle], [lãkylee] ou [lããkylee]. Souvent prononcé aussi avec un [i] « i », à la place de [y] « u » -cf l’attestation de 2018 ci-dessus : l’enkilé ; ou encore, prononcé  sans la première syllabe : [kyle] (ou [kølø], écrit "keuleu" par un informateur lycéen en 2005), ou même [yle] "Hulé!", comme le montre l'exemple de Moglia ci-dessus. La prononciation illustrée par Teg ci-dessus correspond encore à une autre prononciation du français calédonien* populaire (avec la voyelle nasale fermée et la consonne [k] voisée) : "longulé" [lõgyle] ou "longlé" [lõgle]. Toutes ces manières de prononcer correspondent aux diverses variations en usage. Pour la dernière prononciation ("longlé" [lõgle]), voir la vidéo de 2020 du You-Tubeur Coco Banane qui commence par Hééé longlé il* est bon les mecs? ("Alors ça va les mecs?") : https://www.youtube.com/watch?v=n7S-P9dgYB4. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2022).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

941

L'EN! :

Variante atténuée de L'ENCULÉ! V. cette entrée. [en voiture :] L'en! T'as vu tous les gendarmes? Norme phonétique : Se prononce avec allongement vocalique : [lãã]. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2022).

941

L'ENCULOTTE! :

Variante de L'ENCULÉ! V. cette entrée. –(…) c'est la rumeur qui court? –Ah! L'enculotte! On parle que de ça! Roman Jacques, 2002a : 91. [En voiture :] L'enculotte! T'as vu tous les gendarmes? Oral spontané, s.d. Variante : Culotte!*. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2022).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

942

HA L'ENCULÉ! :

interj. T.cour. Fam. ou sociolectal (pop.). Registre vulg. souvent neutralisé. Démarcatif généralement conclusif (et marque d'insistance : V. l'enculÉ!). Tout d'un coup il a pris une vieille* décharge [électrique] dans les pattes, mon con* il est monté en l'air, j'ai cru qu'il allait traverser la coque du bateau! (rire) Aah l'encuuléé*! Sketch Valéry, 1989. Norme : Se prononce souvent en allongeant la première, la deuxième ou toutes les syllabes (plus les voyelles sont allongées, plus la réaction exprimée est intense). V. également HÉ!* L'ENCULÉ! Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2022).

942

HÉ!* L'ENCULÉ! :

interj. T.cour. Fam. ou sociolectal (pop.). Registre vulg. souvent neutralisé. Démarcatif généralement introductif (et marque d'insistance : V. l'enculÉ!). Hé! L'enculé!* Tu* connais qu'c'est un costaud mon con* d'Nounous! Sketch Valéry, 1989. (…) i t'as chopé le zoreille* par la crête/ Hé! L'enculé!* Après ça i t'a pété une vieille chouchoute* derrière la tête! (rires). Sketch Valéry, 1989. Variante : Hé! L'engin!* (L'engin!* étant une variante atténuée de L'enculé!*). Norme : Hé! L'enculé! se prononce sans allongement vocalique (contrairement à : Ah!* L'enculé!), la voyelle du Hé! étant même plutôt brève, précédée d'une occlusion glottale et suivie d'une légère pause : [ 'e/lãkyle]. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2022).

 

944 L'ENGIN! :

Variante atténuée de L'ENCULÉ! V. cette entrée. [en voiture :] L'engin! T'as vu tous les gendarmes? Oral spontané, s.d. Estomaqué, il murmura : "L'engin!". Roman Sénès, 1987 : 350. C’est une drôle d’histoire qui lui est arrivé au Tahitien, l’engin ! Roman Tcherko, 2001 : 39. Haa l'eengin t'as fait quoi encore? Vidéo Youtube Ce genre de gamer, Coco Banane, 06/2022. L’engin j’ai envie de tout péter quand ils font ça ! Vidéo Facebook Un signe de l’univers, ''Lexy Lence -Drag queen Nouméa'', 2024. Variantes : L'engine!*. L'ôngin!*. L'ongin!.  Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2024).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

945

L'ENGINE! :

Variante atténuée de L'ENGIN et L'ENCULÉ! V. ces entrées. L'engine! C'est cher dans ce magasin! Oral spontané, s.d. Dynamique : Forme plus récente que L'engin!* Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2022).

946

L'ÔNGIN! :

Variante de L'ENGIN! V. cette entrée. L'ôngin! Il a un os coincé dans la barre du gosier. BD Berger, 1989 : 52. Ben l'ôngin! [titre d'une rubrique du type "Incroyable mais vrai!"] Journal Le Pays, 04/2006. L'ôngin ce jour là j'réussis à ramasser neuf cageots. Récits Juncker, 2018 : 69. Ben l'ôngin ça caille! Imprimé sur textile (sweat-shirts), Post publicitaire Facebook, consultation 2023.  Norme : Cette variante graphique et phonétique "l'ôngin" transcrit la prononciation calédonienne* ([ã] fermé en [õ]), cette graphie apparaît régulièrement dans les réponses des lycéens aux questionnaires d'enquête en 2005 (Pauleau, enquête linguistique, 2005). Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2022).

947

L'ONGIN! :

Variante graphique de L’ÔNGIN. V cette entrée.  L'Ongin : le fanzine calédonnien [sic] de la bande dessinée. Association calédonienne de bande dessinée, n°1, 1995. « Longin! » [sic.] lâche Ernest. Roman Simon, 2021 : 130. Norme : On voit que les variantes graphiques sont diverses pour ce mot, probablement du fait de son registre familier. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2022).

965 ::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: L :::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: :

914 LÀ :

Attesté uniquement à l'oral. particule du démonstratif ou adv. T.cour. Fam. Plutôt oral. "Particule emphatique, marque d'insistance" (I.F.A. "là"). Encycl. : Même usage qu'en Afrique noire ("C'est lui là qui a pris le manioc là" Ibid.). Toutefois cet emploi est peut-être moins fréquent en français calédonien*; notamment "là" ne peut être employé après les verbaux comme en français africain (par exemple un énoncé tel que "Mange là et tais-toi" –Ibid.- n'étant pas conforme, avec son acception africaine, à la norme du français calédonien*). [Médecin :] –Faut me porter d'abord les urines (…). [Patient :] –Oui, mais c'est quoi les urines là? Sketch Ollivaud, 1973. Doui c'est le mec du nord là (…). Sketch Ollivaud, 198?. Je sais pas si t'as vu comment ils dansent les zors* là, des feintes à la con là (…). Sketch Valéry, 1989. (…) comme les Kamadja* t'as vu comme les Zoreilles* là (…) toujours faire* son malin (…). Vidéo Youtube Bonjour ma Kanaky*, Coco Banane, 04/2020. Collocation fréquente : Comme dans l'illustration précédente, la particule peut être employé juste après l'adv. de lieu ou de temps là, ce qui donne là là (V.article ci-après). Norme : est possible en français parlé hexagonal, bien que beaucoup moins fréquent et d'un usage différent, que les linguistes spécialistes de l'oral tentent de décrire actuellement. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

915

LÀ LÀ :

loc.adverbiale (adv. standard "là" + particule *). T.cour. Fam. Plutôt oral.  1. Désigne un lieu (avec une nuance d'insistance). -C’est pour descendre à 75 m de profondeur... -C’est vous qui allez là là ? à 75m ? [auditeur et animateur radio. à propos de matériel de plongée sous-marine]. Oral radio, 06/2005. -Où il est mon stylo? -Il est là là. Oral spontané, s.d.  2. Maintenant (avec une nuance d'insistance). Là là je peux pas venir, j'ai pas de voiture, je l'aurai à trois heures.  3. Maintenant, dans le sens de : Arrivé à cette extrêmité. (…) là là j’ai plus de patience [note de bas de page : là là : répétition courante en Nouvelle-Calédonie]. Roman Tckerko, 2001 : 69. Ha non mais là là! C'est même plus la peine! Oral spontané, s.d. [on dit:] Ben là là! quand on n'arrive pas à répondre à une blague (...) [quand la blague nous a laissé sans voix].  Lycéenne interviewée dans le programme radio "Que dit la jeunesse?" élaboré par des élèves de la banlieue de Nouméa en 2018 (site tazar.nc, Hey hey radio, consultation : 2022). Notre travail à nous (…) c’est de garder toute cette nature là là (…) il nous a donné cette responsabilité là là (…). Conte oral kanak*, « Drehu*, une randonnée contée », caledonia.nc, 2024. Collocation fréquente : Ben* là là!

Norme : Forme absente de l'usage hexagonal, alors que la particule * (V. article précédent) est possible.

Dynamique : Emploi stable et même évoqué par les jeunes comme relevant de leurs usages en 2018 (Pauleau, enquête linguistique, 2005-2022).

 

923 LAGONAIRE :

adj. A. cour. Plutôt sout. / spéc. Relatif au lagon (par opposition à l'Océan hors lagon).  A Pouébo (…) Nous avons également plusieurs pêcheurs lagonnaires [sic] [=pêcheurs qui pêchent à l'intérieur du lagon]. Journal Le pays, 04/2006. Trois grands groupes de produits sont étudiés dans ce rapport : les poissons hauturiers, les poissons récifo-lagonaires (qui comprennent aussi les poissons profonds) et les crustacés et mollusques. Document du gouvernement de Nouvelle-Calédonie : dam.gouv.nc, 2020. Dynamique : Terme récolté en 2006, d'emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

917 LAÏ :

Attesté uniquement à l’oral. adv. Cour. Fam. Négation marquée d'insistance : "Pas du tout". Connotation ironique. Encycl. : En anglais, "lie" [laj] signifie mensonge, peut-on y voir un lien avec laï, qui indique que ce qui vient d'être dit est antiphrastique, donc relève d'une certaine manière du mensonge? –T'es allé en cours aujourd'hui? –Laï! Je suis allé à la plage, oui! ou –Je suis laï allé en cours ou –Je vais laï en cours en ce moment. Syn. : Quatre* fois! Locutions : V. articles ci-après. Norme : L'adv. "beaucoup" est aussi employé comme syn. en contexte calédonien* (Je suis beaucoup allé en cours!), mais cet adv. est également possible en français hexagonal familier avec le même sens (selon informateurs parisiens –forme absente des dictionnaires consultés).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

918

BEAUCOUP LAÏ* :

Attesté uniquement à l’oral. loc. adverbiale. Cour. Fam. Négation très insistante : "Vraiment pas du tout". Connotation particulièrement ironique. -T’es copine avec elle ? –Beaucoup laï ! Norme : "Beaucoup" peut être employé avec le même sens en français hexagonal, selon informateurs parisiens -forme absente des dictionnaires consultés- (T’es copine avec elle ? –Beaucoup!).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

919

PÉ A KEU LAÏ* :

Attesté uniquement à l’oral. loc. adverbiale. Peu cour. Fam. Ethnolectal kanak* (plus rare dans les autres groupes et plutôt plaisant). Il n'y en a pas/plus. V. AÏTA et PÉ A KEU. Encycl. : En drehu* (langue kanak* de Lifou), "pëkö" [pɛkø] signifie : zéro (Sam, 1980). -Donne une cigarette -Pé a keu laï.

 

920 LAISSE T'À L'HEURE! :

interj. T.cour. Fam.  1. Abandonne : "Laisse tomber". Il le surprenait appliqué à un gribouillage qui le rendit grincheux : Laisse t'à l'heure! (…) c'est mauvais pour toi. Roman Sénès, 1987 : 350. [Refrain :] Laisse t’à l’heure j’m’occupe pas de ton bail... Vidéo Youtube Je fais une rock drill, Coco Banane, 07/2022. Variante : Tal*. V. TAL (2.).  2. Par extension : négation. –Tu viens faire les courses avec moi? – Awa* laisse t'à l'heure [=non].

Variante  (attestée uniquement à l’oral) : Laisse!*.

Collocation fréquente : Awa* laisse t'à l'heure!

Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

921

LAISSE! :

Variante de LAISSE T'À L'HEURE. V. cette entrée. –Tu viens faire les courses avec moi? – Awa* laisse [=non].

 

922 LAIT DE COCO :

V. COCO.

924 LAMPE COLEMAN :

n.f. Cour. Lampe à pétrôle. V. COLEMAN. A la lueur avare de la lampe Coleman (…). Journal Les Nouvelles, 08/10/1988. Une enfilade de carioles (…) éclairées de lampes Coleman (…). Prigent, 2006 : 77.

925 LANCE-GOYAVE :

V. CRACHE-GOYAVE.

 

925 LANGAGE (LE -) :

1. n.m.déf. Cour. Ethnolectal kanak* (peu cour. dans les autres groupes). Créole parlé en Nouvelle-Calédonie. V. PATOIS. Le tayo* c'est le langage d'ici mais on dit pas tayo*, on dit langage ou patois*... Oral d'enquête, 1990.  2. Variante de LANGUE. V. cette entrée. Sa mère lui parla rapidement en langage et l’enfant partit aussitôt [en fin d'ouvrage, dans le lexique : langage : en référence à une langue vernaculaire. Roman Tcherko, 2001 : 69. Quand on se retrouve avec les copains caldoches*, on aime bien rigoler, parler le langage et tout... Oral spontané, s.d. Collocation fréquente : V. ci-après.   

V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

926

CLAQUER* UN COUP* DE LANGAGE* :

Attesté uniquement à l’oral. loc. verbale. Cour. Plutôt plaisant. Parler sa langue vernaculaire (ou parler une langue particulière dans une situation particulière : cf dernière illustration). Quand je vais chez ma grand-mère, je claque* un coup* de langage*... [=je parle ma langue vernaculaire]. Oral spontané, 1990. On a rencontré des Tahitiens... et comme elle sait parler, ils ont claqué* un coup* de langage*, après on était copains... [=ils ont parlé tahitien, après on était copains]. On a rencontré des Australiens, ils ont claqué un coup de langage ... [=ils ont parlé anglais]. ...

 

927 LANGOUSTE :

n.f. T.cour. Terme du français de référence (nommant les crustacés Panulirus spp.), en usage en contexte calédonien* et entrant, en tant que générique,  dans la composition de lexies variées désignant différentes espèces de langoustes.

927

LANGOUSTE DE BOURAIL :

n.f. Peu cour. (Panulirus bradypus). Espèce de langouste "particulière au milieu non corallien de la baie de Gouaro (Bourail)" (Observatoire, 1984 : 142). Répertorié notamment par Observatoire, op.cit.. Syn. (t.cour.) : Langouste*. Norme : F.O.L. (1983 : 104) donne l'identification scientifique Panulirus homarus.

927

LANGOUSTE GRAINÉE :

n.m. A.cour. Langouste portant des oeufs. Répertorié notamment par Observatoire, 1990 178.

927

LANGOUSTE GROSSE TÊTE :

n.f. A.cour. Spéc. Domaine : Pêche. (Panulirus penicillatus.). Mâle de grande taille de la langouste* verte -V. cette entrée- (d'après F.O.L., 1983 : 103).  Tu connais la langouste grosse tête? Oral d'enquête, 1990. Syn. (t.cour.) : Langouste*. Variante (rare) : Grosse* tête.

927

LANGOUSTE POPINÉE* :

n.f. Peu cour. (Panulirus spp.). V. POPINÉE. Il y a la langouste popinée aussi ...Oral d'enquête, 1990. Syn. (t.cour.) : Langouste*.

927

LANGOUSTE PORCELAINE* :

n.f. Peu cour. (Panulirus spp.). V. PORCELAINE. La langouste porcelaine, c’est dans le lagon (…) mais quand on fait la langouste du brisant, la grosse* tête, alors là c’est autre chose !  Récits Juncker, 2018 : 83. Dynamique : Terme peu courant mais répertorié par Observatoire, 1990 : 178 (Pauleau, enquêtes linguistiques 1990-2022). Syn. (t.cour.) : Langouste*.

927

LANGOUSTE ROUGE :

n.f. A.cour. (Panulirus longipes). Espèce de langouste vivant à l'extérieur du récif, jusqu'à 40m de pronfondeur et dépassant rarement 2kg (F.O.L., 1983 : 103). Répertorié notamment par F.O.L., op.cit. Syn. (t.cour.) : Langouste*.

927

LANGOUSTE VERTE :

n.f. A.cour. (Panulirus penicillatusObservatoire, 1984 : 142). Espèce de langouste*, vivant à faible profondeur, dans les récifs battus par les vagues (F.O.L., 1983 : 103). Répertorié notamment par Observatoire, 1984 : 142. Syn. : Langouste* (t.cour.). Vraie langouste (a. cour.).

927

VRAIE LANGOUSTE :

n.f. A. cour. (Panulirus penicillatus). V. LANGOUSTE VERTE. Répertorié notamment par Observatoire, 1990 : 178.

 

929 LANGUE :

n.f. Cour. Terme du français de référence en usage en contexte calédonien* et entrant, en tant que générique,  dans la composition de lexies variées désignant diverses plantes. Composés  : v. ci-après.

930

LANGUE DE BOEUF :

n.f. T.cour. (Asplenium nidus L.). Fougère épiphyte aux longues et larges feuilles pendantes (telles des langues), qui poussent accrochées aux troncs des arbres comme des nids d'oiseaux. Encycl. : Famille des Aspleniacées. Possèdent des propriétés médicinales (Rageau, 1973 : 10). Répertorié notamment par F.O.L., 1983 : 104. Syn. :Langue* de chat, nid* d'oiseau (peu cour.).

930

LANGUE DE CHAT :

n.f. Peu cour.   1. (Asplenium nidus L.). V. LANGUE DE BOEUF. Répertorié notamment par F.O.L., 1983 : 104.   2. (Sanseveria trifasciata Prain.). Plante ornementale à feuilles étroites et allongées. Répertorié notamment par F.O.L., 1983 : 104.

 

930 LANGUE (EN -) :

loc. nom. T.cour. Ethnolectal kanak* (moins cour. dans les autres groupes). En langue vernaculaire kanak*. (…) ce gosse ne tient pas d’une lignée ordinaire (…) Jordan est un enfant différent (…) son nom " en langue" [=son autre nom, son nom en langue vernaculaire] est sacré, chez nous c'est important (…). Roman Tcherko, 2001 : 62. (…) merci à elle pour ces contes en langue (…). Oral radio, 04/2005. (…) la nécessité des publications en langue se fait fortement sentir. Journal Mwà Véé, 07/2005. Les émissions en langues portent chacune leur propre nom (…). Site internet Centre Tjibaou (dpt Patrimoine), 03/2006. Le refrain de la chanson, décliné en langue et en français (…). Journal Le Pays, 06/2006. Il (…) l’avait fait parler en langue plus que d’ordinaire (…). Roman Derne, 2019 : 32. Présentation en français. (...). Présentation en langue. (...). Présentation en anglais. Site de l'Académie des Langues Kanak* (ALK), consultation 10/2022. (…) elle [ma mère] m’a donné un nom de son clan* à elle et donc mon nom en langue c’est Siliano (…). Interview orale, documentaire « Sano », caledonia.nc, 2023. Dynamique : Emploi stable à l'oral, et dont la vitalité va croissant à l'écrit (du fait du développement des écrits traitant de culture kanak* depuis les années 1990) -Pauleau, enquête linguistique, 2022.  

928 LANGUE (LA -) :

n.f.déf. T.cour. Ethnolectal kanak* (moins cour. dans les autres groupes et plutôt plaisant). Langue vernaculaire, langue maternelle, ou forme d'une langue ayant fonction de vernaculaire (langue vernaculaire particulière –le dehu* par exemple- ou forme de langue particulière –le français calédonien* par exemple). Des familles entières ont décidé de ne pas parler la langue, afin que les enfants réussissent à l'école. Journal Mwà Véé, 07/2005.  Variante (plus fam.) : Langage*. Collocation : En langue (v. ci-après). Dynamique : Emploi stable à l'oral, et dont la vitalité va croissant à l'écrit (du fait du développement des écrits traitant de culture kanak* depuis les années 1990) -Pauleau, enquête linguistique, 2022.    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

 

930 LANTANA :

n.m. T.cour.  1. (Lantana camara L.). Plante épineuse et envahissante aux petites fleurs en bouquets de couleurs variées, le plus couramment roses ou oranges et plus rarement blanches (lantana* blanc). Encycl. : Famille des Verbénacées. Avec le goyavier* c'est le grand fléau des pâturages et l'aliment des feux* de brousse*.  2. Lantana sellowiana Link. "Sous arbrisseau (…) beaucoup moins répandu [que Lantana camara] (collines de la presqu'île de Nouméa)" (Rageau, 1973 : 103), aux fleurs plus grosses, aux feuilles plus petites et sans épines. Encycl. : Famille des Verbénacées. Syn. (peu cour.) : Verveine* sauvage.

LE LANTANA. Enseigne d'un bar, Nouméa, 1990. Avant à Lifou il n'y avait pas de lantana (…). Contes Buchert, 2004 : 23.

Syn. (cour.) : Herbe* à piquants*.

Composé : Lantana* blanc.

Locution : Faut pas pousser grand-mère dans les lantanas*.

Norme : Presque toujours au pluriel.

Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

931

DANS LES LANTANAS* :

Attesté uniquement à l’oral. loc. circ. Cour. Fam. Hors de la route. Il s’est endormi au volant et il s’est retrouvé dans les lantanas. Equivalent hexagonal : Dans le décor (DEL) (français fam.).

932

FAUT PAS POUSSER GRAND-MÈRE/MÉMÉ DANS LES LANTANAS* :

phrase. A.cour. Fam. Plaisant. Il ne faut pas exagérer. Tu crois pas que tu exagères? Hé oh! Faut pas pousser Grand-Mère dans les lantanas hein? Equivalent hexagonal : Faut pas pousser Grand-Mère/Mémé dans les orties (DFP) (français fam.). Variante : Faut pas pousser Mémé dans un tas de picots*.

932

LANTANA* BLANC :

n.m. A.cour. (Lantana nivea Vent.). Variété de lantana* à fleurs blanches, plus rare que les autres, et donc prisée des horticulteurs. Ma mère est fière de son lantana blanc dans son jardin... Oral d'enquête, 1990. Syn. (t.cour.) : Lantana*.

 

932 LANTANIER :

n.m. Peu cour. Nom donné aux poissons du genre Aphareus décrits dans les articles ci-après. Norme : En français de référence, le terme lantanier est un terme de botanique (arbrisseaux exotiques). Composés  : Lantanier* noir. Lantanier* rouge. V. ci-après.

932

LANTANIER NOIR :

n.m. Peu cour. (Aphareus furca Lacepède). Poisson (40cm) peu coloré, à forte mâchoire inférieure. Répertorié par Laboute, 2000 : 252.

932

LANTANIER ROUGE :

n.m. Peu cour. (Aphareus rutilans Cuvier). Poisson (90cm) à forte mâchoire inférieure, "de couleur bleu-gris à mauve-rose métallique" (Laboute, 2000 : 493). Répertorié par Laboute, op.cit.

 

933 LANTERNE :

n.f. Cour. (Priacanthus hamrur (Forssk.) –Observatoire, 1989 : 131). Poisson rouge à gros yeux dont la chair est "délicate et fondante" (ibid.). Ah oui les lanternes c'est les poissons à gros yeux là... Oral d'enquête, 1991. Les poissons récifo-lagonaires vendus en filet : (…) la lanterne (…). Document du gouvernement de Nouvelle-Calédonie : dam.gouv.nc, 2020. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2022).

933 LANTERNE JAPONAISE :

n.f. Peu cour. (Abutilon indicum SWEET.). Sous-arbrisseau de bord de mer à grandes fleurs jaunes commun surtout sur les arrières-plages (Rageau, 1973 : 71). Répertorié par Observatoire, 1990 : 178.

933 LAP-LAP :

n.m.  1. A.cour. Mets culinaire traditionnel du Vanuatu composé de purée de manioc*, de viande et de légumes, le tout est cuit à l’étouffée dans des feuilles de bananier. Tandis que lap-lap et tuluk* se sont écoulés sur les stands de restauration, huit kavas* ont été proposés aux visiteurs. Journal Les Nouvelles, 08/2019. Répertorié à l’écrit par Observatoire, 1990 : 47. Encycl.  : Les dictionnaires de bichelamar en ligne (2021) répertorient le mot laplap comme nommant à peu près le même mets. Sam (1995) répertorie le mot drehu lapelap(e) avec la définition suivante : "ragoût, viande en sauce, sauté.".  Dynamique : Terme stable (on en a ci-avant une attestation en 2019 et une trace dans les années 1970).  2. Peu cour. Technique de cuisson sous la terre, appelée en Nouvelle-Calédonie four kanak*. (…) voilà une technique de cuisson (…) répandue dans tout le Pacifique sud sous le nom de "four* tahitien" à Tahiti, "lap-lap" au Vanuatu, "hangi" en Nouvelle-Zélande... Recettes Moglia, 2004 : 67. V. KANAK, FOUR KANAK.

933 LAPIA :

Variante de TILAPIA. V. cette entrée. Répertorié notamment par F.O.L., 1983 :104. Norme : Lapia est un barbarisme (forme erronée de tilapia).

934 LAPOP :

Attesté uniquement à l'oral. loc. adj. Cour. Fam. ou sociolectal (pop.) et/ou ethnolectal kanak*. Vieilli. À la mode. C'est un mec la pop, lui... Oral spontané, 1990. Syn. : V. KAYA FOU.

935 LARAÏEU! :

V. ARAÏEU!

935 LARMES DE JOB :

n.f.pl. Peu cour. (Coix lacryma-Jobi L.). Herbe des bords de mares, aux grosses graines grises dont on peut faire des colliers. Encycl. : Famille des Graminées. / Possède des propriétés médicinales. Répertorié par Bourret, 1981 : 72.

936 LAVER LA GUEULE + complément :

Attesté uniquement à l’oral. loc. verbale. tr. indir. Cour. Fam. ou sociolectal (pop.). Parfois plaisant. Frapper + complément. V. DÉCALQUER LA GUEULE. Dis lui qu'il arrête sinon j'vais lui laver la gueule! Collocation fréquente : Laver la gueule à coups de baffes.

937 LELEÏPE :

phrase (affirmative ou interrogative). T.cour. Fam. ou sociolectal pop. Ethnolectal polynésien/kanak* (peu cour. chez les Européens). Ça va? / Ça va! V. BOULETTE. –Salut les gars (…) –(…) Lelei pè? Tu fais quoi ici? Roman Simon, 2021 : 248.  [Deux personnes qui se rencontrent :] –Leleïpe? –Leleïpe! Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2022).

937 LENTILLES KANAK* :

n.f. pl. A.cour. Ethnolectal kanak* (bien moins cour. dans les autres groupes). (Cajanus cajan Millsp). V. AMBREVADE. Des cuvettes de salade de poulpe, (…) de chouchoutes* au coco, d’ambrevades*, s’alignent par douzaines (…) Note : Ambrevade : légumineuse, lentille kanak*. Roman Tcherko, 2003 : 78 127.

947 LES NOUS AUTRES :

V. AUTRES (LES NOUS -).

948 LES VOUS AUTRES :

V. AUTRES (LES NOUS -).

948 LÈVE-QUEUE :

n.m.  1. A.cour. (Rhipidura spilodera verreauxi). Oiseau des forêts (18cm) de couleur foncée, dont la queue se déploie comme un éventail. Encycl. : Famille des Muscicapidés. Répertorié notamment par Hannecart, 1980 : 53. Syn. : Tic-Tic*, gobe* mouche (a.cour.). Guêpier*, rhipidure* tâcheté (rare, spéc.). Composé : V.ci-après.  2. Peu cour. (Myiagra caledonica caledonica). V. GOBE-MOUCHE À LARGE BEC. Répertorié par Observatoire, 1990 : 178.

Le dimanche matin les ruelles sont réservées aux oiseliers. (…) merles* des Moluques (…), lève-queues (…) enfermés dans des cages (…). Prigent, 2006 : 49.

948

PETIT LÈVE-QUEUE :

n.m. A.cour. (Rhipidura fuliginosa bulgeri). Oiseau (lève-queue*) de petite taille (15cm) dont la queue se déploie comme un éventail, il est de couleur foncée et fréquente la savane. Encycl. : Famille des Muscicapidés. Répertorié notamment par Hannecart, 1980 : 13. Syn. (rare, spéc.) : Rhipidure* à collier.

 

949 LEVER :

v.tr. A.cour. Fam. Jeune. Boire. On va se lever un sel* [=On va se boire un kava*] Ecrit d'enquête, 05/2005. Locution : Lever un coup*. Dynamique : Terme récolté en 2005 auprès des lycéens (Pauleau, enquête linguistique, 2005).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

950

LEVER UN COUP* :

V. COUP.

 

951 LEVER LES PATTES :

loc. verbale. A.cour. Fam. Être très actif. Avec lui, dire que l’entraînement était rigoureux, c’est un euphémisme. Il fallait lever les pattes (…) et surtout il ne fallait pas tricher. Entretien Barbançon, 2022 : 117.

951 LIANE :

n.f. T.cour. Terme du français de référence en usage en français calédonien* (désignant des plantes grimpantes), et entrant en tant que générique dans la composition de divers termes : V. ci-après.

951

LIANE ACCROCHE-COEUR :

Variante de ACCROCHE-CŒUR. V. cette entrée. Répertorié par Observatoire, 1990 179.

952

LIANE AURORE :

n.f. Cour. Ethnolectal européen* (bien moins cour. chez les non Européens). (Pyrostegia ignea Vell.). Liane aux fleurs en grappes d'un rouge-orange flamboyant, ornant souvent grilles et balcons. Encycl. : Apparu probablement dès le XIXe siècle (Hollyman, 1971 : 917). Grand choix de plantes vertes : (…) Lianes aurore (…). Journal Les Nouvelles, 08/10/1988. Syn. : Liane* (t.cour.). Liane* du 14 juillet (a.cour.).

953

LIANE BLEUE :

n.f. A.cour. (Petrea volubilis). Liane robuste aux fleurs très nombreuses bleues ou violettes, en grappe. Encycl. : Famille des Verbénacées. Répertorié par Godard, 1978 : 223.

954

LIANE CAOUTCHOUC :

n.f. Peu cour. (Cryptostegia grandiflora R.Br.) (Schmid, 1981 : 154). Liane à fleurs roses et au latex très toxique. Encycl. : Famille des Asclépiadacées. Répertorié notamment par Observatoire, 1990 : 179 et B.Suprin (botaniste -parc forestier de Nouméa). Syn. : Liane* de Gatope (rare).

955

LIANE CIRE :

n.f. Peu cour. (Hoya carnosa R.Br./ Stephanotis floribunda Brongn. (Hollyman, 1977 : 19)). Lianes ornementales aux fleurs blanches cireuses. Répertorié notamment par B.Suprin (botaniste -parc forestier de Nouméa). Syn. : Liane* (t.cour.).

956

LIANE CORAIL :

n.f. Peu cour. (Antigonum leptopus Hook. & Arn. (Hollyman, 1977 : 19)). Liane ornementale* à fleurs rouges (ou blanches). Répertorié notamment par B. Suprin (botaniste -parc forestier de Nouméa). Syn. : Liane* (t.cour.).

957

LIANE D'ARGENT :

n.f. Peu cour. (Argyreia nervosa Burm.). (Hollyman, 1977 : 19). Liane ornementale aux fleurs mauves, dont le dessous des feuilles est couvert d'un fin feutrage argenté, elle est souvent plantée sur les tonnelles. Encycl.: Familles des Convolvulacées. Répertorié notamment par : B.Suprin (botaniste- parc forestier de Nouméa). Syn. Liane* (t.cour.).

958

LIANE DE GATOPE :

n.f. Rare. (Cryptostegia grandiflora R.Br.). V. LIANE CAOUTCHOUC. Répertorié notamment par Observatoire, 1990 : 179 et B.Suprin (botaniste -parc forestier de Nouméa).

959

LIANE DE TAHITI :

n.f. Peu cour.   1. (Allamanda cathartica L.). V. LIANE JAUNE. Répertorié par Observatoire, 1990 : 179.   2. (Alamanda violacea Gardn.) (Holllyman, 1977 : 19). Liane ornementale aux fleurs violettes. Encycl. : Famille des Apocynacées. Répertorié notamment par B.Suprin (botaniste -parc forestier de Nouméa).   3. (Solanum seaforthianus Andr.). V. LIANE POMME DE TERRE. Répertorié par Godard, 1978 : 220.

Variante : Liane* Tahiti.

960

LIANE DU 14 JUILLET :

n.f. A.cour. (Pyrostegia ignea Vell.). V. LIANE AURORE. Encycl. : Nom tahitien (selon informateur). / Terme apparu probablement dès le XIXe siècle (Hollyman, 1971 : 917). Répertorié notamment par Observatoire, 1990 : 179.

961

LIANE EAU :

n.f. Rare. (Maesa novocaledonica Mez.). (Hollyman, 1977 : 19). Liane contenant une sève abondante pouvant épancher la soif. Répertorié notamment par B.Suprin, botaniste –parc forestier de Nouméa. Syn. : Liane (t.cour.).

962

LIANE GOUSSE :

n.f. Peu cour. (Mucuna benettii). "Liane robuste portant des inflorescences spectaculaires" (Godard, 1978 : 226), aux fleurs rouges vernissées recourbées rappelant des griffes, elle est peu cultivée malgré la beauté de ses fleurs à cause de leurs poils, dangereux notamment pour la peau. Encycl. : Famille des Légumineuses papilionoidées. Répertorié par Godard, op.cit. Syn. (peu cour.) : Griffe* du diable.

963

LIANE JAUNE :

n.f. A.cour. (Allamanda cathartica L.). Liane ornementale aux grosses fleurs jaunes, très communément cultivée dans les jardins. Encycl. : Famille des Apocynacées. / Plante introduite de Tahiti. Attention! Ne touche pas la sève de la liane jaune, c'est du poison... Oral spontané, s.d. Syn. : Liane* (t.cour.). Alamanda*, liane* de Tahiti, monette* jaune (peu cour.).

964

LIANE LAMPION :

n.f. Peu cour. (Thumbergia mysorensis). Liane grimpante ornementale aux fleurs en cascade orange et jaunes (en forme de sabots). Encycl. : Famille des Acanthacées. Répertorié par Godard, 1978 : 212. Syn. (peu cour.) : Liane* sabot.

965

LIANE PERRUCHE :

n.f. A.cour. (Oxera pulchella). Liane de la forêt sèche, aux grappes de fleurs blanches. La liane perruche (Oxera pulchella) [: légende d'illustration]. Site foretseche.nc, 2006.

966

LIANE POMME-DE-TERRE :

n.f. A.cour. (Solanum seaforthianus Andr.). Liane ornementale aux petites fleurs violettes pendantes, suivies de baies rouges. Encycl. : Famille des Solanacées. / Plante introduite de Tahiti. Répertorié notamment par F.O.L., 1983 : 105. Syn. (peu cour.) : Liane* de Tahiti. Norme : La liane pomme de terre est identifiée par Godard (1978 : 224) comme Solanum Wendlandii et ainsi bien distinguée de la liane* de Tahiti.

967

LIANE RÉGLISSE :

n.f. Rare. (Abrus precatorius L.). (Hollyman, 1977 : 19). Liane aux graines rouges tâchées de noir. Répertorié notamment par B.Suprin, botaniste –parc forestier de Nouméa. Syn. : Liane* (t.cour.). Fausse* réglisse (rare).

967

LIANE SABOT :

n.f. Peu cour. (Thumbergia mysorensis). V. LIANE LAMPION. Répertorié par Observatoire, 1988 : 98.

968

LIANE TAHITI :

Variante de LIANE DE TAHITI. V. cette entrée. Répertorié par Observatoire, 1988 : 98.

 

953 LICORNE :

n.f. Rare. (Naso unicornis Forsskal). V. DAWA. Répertorié par Observatoire, 1988 : 179.

954 LILAS :

n.m. T.cour. (Melia azedarach L.). Arbre ornemental aux petites fleurs blanches (ou bleu-violet) en bouquets, très parfumées, qui rappellent le lilas de l'Hexagone. Encycl. : Famille des Méliacées. Possède des propriétés médicinales (Rageau, 1973 : 61). Les fleurs bleues ne sont pas légion sur le Territoire* (…) on connait bien-sûr (…) le lilas (…). Journal Les Nouvelles, 06/1990 (rubrique "Notre nature"). Composé : V. ci-après. Syn. : Lilas* des Indes (t.cour.). Faux* lilas (a.cour.). Norme : Cette plante est appelée "faux lilas" dans l'Hexagone (F.O.L., 1983 : 106).

954

LILAS DE PERSE :

n.m. Peu cour.  Spéc. Domaine : Horticulture. (Duranta repens Linn.). Arbuste décoratif à petites fleurs en grappes bleu-mauve ou blanches et à baies sphériques jaune orangé. Encycl. : Famille des Verbénacées. Garden center (…) Plantes pour haies : (…) Lilas de Perse (…).  Journal Les Nouvelles, 08/10/, 1988 : (publicité). Norme : Terme mentionné par le Petit Robert en exemple (donc sans précisions) à l'article "Lilas".

954

LILAS DES INDES :

n.m. T.cour. (Melia azedarach L.). V. LILAS. Répertorié par Godard, 1978 : 61.

 

955 LIMON :

n.m.  1. T.cour. (Citrus medica L.). V. CITRONNIER (2.).  2. Fruit de l'arbre Citrus medica (V.CITRONNIER (2.)) : gros citrons jaunes et boursouflés, au goût plus doux que les citrons* des autres variétés de Citrus.

Répertorié notamment par F.O.L., 1983 : 106.

Encycl. : A l'Ile Maurice, "limon" désigne au contraire un citron acide à peau mince et verte , fruit de Citrus aurantifolia Christm. (Nallatamby, 1995).

Syn. : Citron* (t.cour.), gros* citron (a.cour.), citron* doux (peu cour.).

953 LINGE (LE -)/ LINGES (LES -) :

n.m.déf./ n.m.pl. Cour. Les vêtements. Encycl. : Archaïsme en usage dans d'autres régions francophones, notamment à La Réunion, à l'Ile Maurice, à Madagascar (site BDLP, 2006), aux Antilles également. Il enleva tous ses "linges" et plongea nu dans l'eau. Récits Collégiens, 1995 : 58. Les visages noircis (…), les linges complètement mouillés, il ressemblaient à des loques humaines [les mineurs]. J.Vanmaï, 1980 dans Anthologie, 1994 : 189. La case* à linge. Enseigne, boutique de mode, Nouméa, 2006. Demain je vais faire les boutiques pour m'acheter du linge [=pour m'acheter de nouveaux vêtements]. Norme : Dans l'Hexagone, on emploie ce mot uniquement avec une valeur générique, dans des expressions comme "laver/étendre/ranger le linge". Dynamique : Emploi relativement stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

956 LINNIEN :

interj. (terme de salutation). T.cour. Fam. Ethnolectal (kanak*) ou plutôt plaisant. Au revoir. V. TATA. Encycl. : En drehu*, langue kanak* de Lifou, "iahni" signifie : au revoir (Sam, 1980). / Les lycéens enquêtés en 2005 écrivent : "elahnyë", ce qui se prononcent [elanjɛ] (Pauleau, enquête linguistique, 2005). -Allez à demain! -Lin nien! Oral spontané, 1990. Norme phonétique : En alphabet latin : "lin gnin". Dynamique : Emploi stable toujours nettement ethnolectal, et connu comme tel par les locuteurs (Pauleau, enquête linguistique, 2005).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

956 LIS :

n.m. T.cour. (Crinum  sp.). Nom donné à certaines plantes, notamment aux plantes à bulbe ou à tronc à la "longue hampe florale terminée par une ombrelle de grandes fleurs rappelant les lis" (Godard, 1978 : 181), on les trouve dans les jardins mais aussi à l'état spontané en zone humide et en bordure des plages (Ibid.). Encycl. : L'anglais "St Joseph's lily" désigne la même plante. / Famille des Amaryllidacées. Répertorié par Observatoire, 1990 : 101. Syn. (peu cour.) : Lis* de Saint Joseph. Composé : Lis* rampant.

956

LIS DE SAINT JOSEPH :

n.m. Peu cour. (Crinum  sp.). V. LIS. Répertorié par Godard, 1978 : 181.

956

LIS RAMPANT :

n.f. Peu cour. (Glorosia superba L.). V. FLEUR-IGNAME. Encycl. : L'anglais "climbing lily" désigne la même plante (Hannecart, 1978 : 213). Répertorié par Hannecart, op.cit.

 

956 LISERON DE MER :

n.m. Peu cour. (Ipomoea pes-caprae R.BR.). Plante rampante commune au bord de mer. Encycl. : Famille des Convolvulacées. / Possède des propriétés médicinales. Répertorié notamment par Rageau, 1973 : 100.

956 LKS :

sigle. T.cour. Libération kanak* socialiste : parti politique indépendantiste. L’alliance RPCR*, UC* et LKS, qui avait permis au maire (…) d’être élu (…). Journal Les Nouvelles, 06/1990. Aux îles*, Louis Kotra Uregei conduira la liste d’alliance avec le LKS de Basile Citre. Site la1ere.francetvinfo.fr, 04/2019. Le LKS célèbre ses 40 ans à Maré. Site la1ere.francetvinfo.fr, 09/2021. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2023).

957 LOCHE :

n.f. T.cour. (Epinephelus sp. et Cephalophis sp.). Poissons de mer en général de la famille des Serranidés, principalement des genres Epinephelus et Cephalophis mais également Anyperodon, Cromileptes, Diploprion, Gracila, Diagramma, Plectorhinchus (Rivaton, 1990 : 120/132). -Vas-y, remonte vite, ne laisse pas de mou! -Je ne peux pas, cette fois-ci c'est un requin...ou peut-être une grosse loche! Gorsky 1965, dans Manuel Lectures : 157. Loche au court bouillon. Recettes Masachs, 1980 : 50. [Prix du marché :] Loche 1250F[CFP*]/KG. Journal Les Nouvelles, 05/2005. Autour de la 4e bouée, des loches (…) vous accueillent autour d’une « patate »*. Origin’air Magazine, juin 2022. I LOCHE YOU FOREVER. Autocollant à l’arrière d’une voiture, avec l’image d’une loche, Nouméa, 2023. Syn. (cour.): Mérou. Dérivé: Lochon* (a.cour.). Composés : V.articles ci-après. Norme : Dans l'Hexagone, la loche est un "petit poisson d'eau douce" (Petit Robert). Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2023).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

957

LOCHE* À BANDES MARRON :

n.f. Rare. Spéc. Domaine : Ichtyologie. (Cephalopolis boenak Valenciennes). Poisson : espèce de loche* possédant deux livrées principales, l'une unie marron, l'autre à rayures. Répertorié par Laboute, 2000 : 178.

957

LOCHE* À HEXAGONES :

n.f. Rare. Spéc. Domaine : Ichtyologie. (Epinephelus hexagonatus Bloch  & Schneider). Poisson : espèce de loche* au corps couvert de tâches hexagonales bien nettes et régulières. Répertorié par Laboute, 2000 : 183.

957

LOCHE* À LIGNES BLANCHES :

n.f. Rare. Spéc. Domaine : Ichtyologie. (Anyperodon leucogrammicus Valenciennes). Poisson : espèce de loche* à petites tâches rouges et à lignes claires supérieures. Répertorié par Laboute, 2000 : 177.

957

LOCHE* ARÉOLÉE :

n.f. Rare. Spéc. Domaine : Ichtyologie. (Epinephelus aerolatus Forsskal). Poisson : espèce de loche* dont le corps de couleur marron est couvert d'alvéoles claires. Les poissons récifo-lagonaires vendus en filet : (…) la loche aréolée (…). Document du gouvernement de Nouvelle-Calédonie : dam.gouv.nc, 2020. Dynamique : Usage rare, peu répertorié ; répertorié par Laboute, 2000 : 181. / Terme certes rare et spécialisé mais dont l’attestation ci-avant montre un usage dans d’autres domaines que la stricte ichtyologie. La vitalité du terme est donc confirmée (Pauleau, enquête linguistique, 2022).

957

LOCHE* À SELLE NOIRE :

n.f. Rare. Spéc. Domaine : Ichtyologie. (Epinephelus howlandi Günther). Poisson : espèce de loche* claire à tâches foncées, avec une tâche plus grosse sur le dos. Répertorié par Laboute, 2000 : 183.

957

LOCHE* À SEPT BANDES :

n.f. Rare. Spéc. Domaine : Ichtyologie. (Epinephelus septemfasciatus Forrsk.). V. LOCHE BAGNARD. Répertorié par Laboute, 2000 : 492.

957

LOCHE* À TACHES BLANCHES :

n.f. Peu cour. Spéc. Domaine : Ichtyologie.  (Epinephelus caeruleopunctatus Bloch.). V. LOCHE PIE. Répertorié notamment par Observatoire, 1988 : 123.

958

LOCHE* BAGNARD :

n.f. Cour. ((Epinephelus septemfasciatus Forrsk.). (Rivaton 132). Poisson : espèce de loche* de couleur grise, vivant en eaux profondes. La nouvelle unité de la flotte calédonienne* de pêche hauturière s'intéressera uniquement aux poissons (…) à pêcher à des profondeurs variant de 300 mètres à 1000 mètres : (…) la loche bagnard (…). Journal Les Nouvelles, 22/06/1990. Loche bagnard. Etiquette au marché de Nouméa, 05/2005. Les poissons récifo-lagonaires vendus entiers : (…) la loche bagnard (…). Document du gouvernement de Nouvelle-Calédonie : dam.gouv.nc, 2020. Syn. : Loche* (t.cour.). Loche* à sept bandes (rare, spéc.). Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2022).

959

LOCHE* BLEUE :

n.f. T.cour. (Epinephelus cyanopodus Richardson). Poisson : espèce de loche* de couleur bleutée. La pêche commence (…) on remplit le bateau de merveilles (…) il y a là des rougets (…) une petite loche bleue (…). Album Sebban, 1984 : 19. Poissonnerie La Loche Bleue. Enseigne, Nouméa, 1991. Les poissons récifo-lagonaires vendus en filet : (…) la loche bleue (…). Document du gouvernement de Nouvelle-Calédonie : dam.gouv.nc, 2020. Syn. (t.cour.) : Loche*. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2022).

959

LOCHE* CASSE-TÊTE :

Variante de LOCHE* CASTEX. V. cette entrée. Répertorié auprès d'informateurs (Pauleau, enquête linguistique, 1990). Norme : Ce terme est un barbarisme (forme erronée de loche* castex).

960

LOCHE* CASTEX :

n.f. Cour. (Haemulidae : Diagramma pictum (Thunb.)/ Plectorhinchus picus (Cuv.)...). (Laboute, 2000 : 261). Nom donné aux poissons appelés loches* lorsqu'ils ont une gueule pourvue de "grosses lèvres" : il s'agit de six espèces de loches* d'aspects divers (tâchetées, rayées...). Encycl. : Le nom Castex rend hommage à un pêcheur, Emile Castex (1898-1963) (Ibid.). / Précisons que malgré la description ci-avant, le terme grosse* lèvre est attribué à d'autres espèces d'Haemulidae (Ibid.). Les poissons récifo-lagonaires vendus en filet : (…) la loche castex (…). Document du gouvernement de Nouvelle-Calédonie : dam.gouv.nc, 2020. Syn. : Loche* (t.cour.). Variante : Castex* (cour.). Loche* casse-tête (peu cour., variante altérée). Norme : La graphie loche castex (sans majuscule au nom propre Castex est quasiment la seule graphie). Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2022).

961

LOCHE* CRASSEUSE :

n.f. Cour. (Epinephelus polyphekadion Bleeker). (Laboute, 2000 : 187). Espèce de loche* brune à tâches claires, fréquemment vendue au marché de Nouméa. (Ibid.). Répertorié notamment par Laboute, 2000 : 187. Syn.: Loche* de fond (a.cour.). Loche* mouchetée (rare).

961

LOCHE* DE FOND :

n.f. A.cour. (Epinephelus polyphekadion Bleeker). V. LOCHE* CRASSEUSE. Répertorié auprès d'informateurs (professionnels de la pêche).

961

LOCHE* FRAISE :

n.f. Peu cour. (Cephalopolis spiloparaea Valenciennes). Poisson : espèce de loche* de couleur orange (?).Répertorié par Laboute, 2000 : 179.

961

LOCHE* GÉANTE :

n.f. Rare. Spéc. Domaine : Ichtyologie. (Epinephelus lanceolatus Postel.) V. MÈRE LOCHE. Répertorié par Observatoire, 1988 : 124.

961

LOCHE* GRISETTE* :

n.f. A. cour. (Epinephelus maculatus Bloch.). Poisson : espèce de loche* brune tâchetée de blanc. Loche grisette 1500F[C.F.P.*]/KG. Journal Les Nouvelles 04/2005(prix du marché). Cannelloni de loche* grisette chou* kanak et peau de perroquet* (…) Ingrédients : (…) 250g loche grisette filet (…). Origin’air Magazine, juin 2022. Syn. : Loche* (t.cour.). Loche* uitoé (a.cour.). Grisette* (peu cour.). 

962

LOCHE* HIRONDELLE :

n.f. A.cour. (Variola louti Forssk.). V. SAUMONÉE* HIRONDELLE. Répertorié notamment par Observatoire, 1990, 180.

962

LOCHE* MARBRÉE :

n.f. Peu cour. (Epinephelus fuscoguttatus Forsskal). Poisson : espèce de loche* de couleur foncée, marbrée (tâchée) de clair, qui est observée par grands rassemblements dans les passes en octobre-novembre. Répertorié par Laboute, 2000 : 183.

962

LOCHE* MARTINIQUAISE :

n.f. A.cour. (Cephalopolis sonnerati Valenciennes). Poisson : espèce de loche* de couleur rouge à l'âge adulte, mais bleue lorsqu'elle est jeune. Répertorié par Laboute, 2000 : 177.  Syn. (peu cour.) : Loche* tomate.

962

LOCHE* MOUCHETÉE :

n.f. Rare. (Epinephelus polyphekadion Bleeker). V. LOCHE* CRASSEUSE. Répertorié auprès d'informateurs (professionnels de la pêche). Norme : Laboute (2000 : 189) donne une autre identification scientifique : Epiniphelus tauvina Forssk. mais la photographie montre un poisson ressemblant à E. polyphekadion : les confusions peuvent donc être possibles.

962

LOCHE* PIE :

n.f. A.cour. Spéc. Domaine : Pêche. (Epinephelus caeruleopunctatus Bloch.). Poisson : espèce de loche* dont le corps brun est semé de tâches d'un blanc éclatant. Répertorié auprès d'informateurs (pêcheurs). Syn.: Loche* (t.cour.). Loche* à tâches blanches (peu cour.).

962

LOCHE* PAON :

n.f. Peu cour. (Cephalopolis argus Bloch & Shneider). Poisson : espèce de loche* dont le corps vert foncé est couvert de petits points bleus cernés de noir, avec des bandes verticales claires postérieures. Répertorié par Laboute, 2000 : 177.

962

LOCHE* RONDE :

n.f. A.cour. (Epinephelus cylindricus Postel.) V. MÈRE LOCHE*. Loche ronde 1200F [C.F.P.*]/KG. Journal Les Nouvelles, 04/2005 (prix du marché). Fréquence d'observation annuelle des poissons récifo-lagonaires vendus entiers (…) loche ronde 70% (…). Document du gouvernement de Nouvelle-Calédonie : dam.gouv.nc, 2020. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2022).

962

LOCHE* ROUGE (DU LARGE) :

n.f. Peu cour. (Epinephelus fasciatus Forsskal). Poisson : espèce de loche* de couleur marron-rouge, qui fréquente le large mais aussi les récifs côtiers. Les poissons récifo-lagonaires vendus en filet : (…) la loche rouge (…). Document du gouvernement de Nouvelle-Calédonie : dam.gouv.nc, 2020. Dynamique : Usage peu courant, peu répertorié ; répertorié par Laboute, 2000 : 182. / Terme certes peu courant mais dont la vitalité est confirmée (Pauleau, enquête linguistique, 2022).

962

LOCHE* SANGUINE :

n.f. Peu cour. (Cephalopolis miniata Forsskal). Poisson : espèce de loche* à la livrée rouge à points bleus, qui peut instantanément s'orner de rayures. Fréquence d'observation annuelle des poissons récifo-lagonaires vendus entiers (…) loche sanguine 27% (…). Document du gouvernement de Nouvelle-Calédonie : dam.gouv.nc, 2020. Syn. : Mérou *céleste. Dynamique : Usage peu courant, peu répertorié; répertorié par Laboute, 2000 : 178. / Terme certes peu courant mais dont la vitalité est confirmée (Pauleau, enquête linguistique, 2022).

963

LOCHE* SAUMONÉE :

n.f. Cour. (Cephalophis argus Schneid.). V. SAUMONÉE. Encycl. : Apparu probablement dès le XIXe siècle (Hollyman, 1971). [Prix du marché :] Loche saumonée 1650F[C.F.P.*]/KG. Journal Les Nouvelles, 04/2005. Les loches saumonées (...) vagabondent avec nonchalance (...). Récits Juncker, 2018 : 31.

963

LOCHE* TOMATE :

n.f. Peu cour. (Cephalopolis sonnerati Valenciennes). V. LOCHE* MARTINIQUAISE. Répertorié par Laboute, 2000 : 177.

963

LOCHE* TRUITE :

n.f. Peu cour. (Cromileptes altivelis (Val.)(Laboute, 2000 : 180). Poisson : espèce de loche* claire à points noirs, peu consommée, dont la nageoire dorsale est développée en forme de voile. Les poissons récifo-lagonaires vendus en filet : (…) la loche truite (…). Document du gouvernement de Nouvelle-Calédonie : dam.gouv.nc, 2020. Dynamique : Usage peu courant mais répertorié par Laboute, 2000 : 180 et endemia.nc. / Terme dont la vitalité est confirmée (Pauleau, enquête linguistique, 2022).

963

LOCHE* UITOÉ :

n.f. A. cour. (Epinephelus maculatus Bloch.). V. LOCHE* GRISETTE. Répertorié par Laboute, 2000 : 176.

964

MÈRE LOCHE* :

n.f. T.cour. Nom donné aux poissons appelés loche* lorsqu'ils dépassent la vingtaine de kilos, le plus souvent Epinephelus cylindricus Postel. (dite aussi loche* ronde) ou Epinephelus lanceolatus Bloch. (loche* géante, qui peut atteindre 400 kilos). Encycl. : Posés sur le fonds et très impressionnants, ces poissons sont difficiles à pêcher car ils sont agressifs, susceptibles d'attaquer l'homme, ils possèdent une force étonnante (selon informateurs). (…) vous pouvez admirer de nombreux grands poissons (raies manta (…) mères loches etc.) (…). Brochure touristique Province Nord, 2005. Il déroulait alors le fil de sa mémoire, exposant san retenue (...) l'évolution de la robe de la mère loche (...). Récits Juncker, 2018 : 8. Syn. : Loche* ronde (a.cour.). Loche* géante (rare, spéc.).

 

964 LOCHON :

n.m. A.cour. (Eleotris fusca Schneid.). Poisson d'assez petite taille vivant en eau douce. Encycl. : Terme apparu probablement dès le XIXe siècle (Hollyman, 1971 : 917). / Il est probable que lochon soit, du point de vue sémantique, plutôt dérivé du terme hexagonal "loche" (désignant un poisson d'eau douce -Petit Robert) que du terme calédonien* loche* (qui désigne un poisson d'eau de mer). / Famille des Eleotridés. La palourde et le lochon. Contes Thio, 1997 : 5 (titre). Ceux-ci [ses frères] le ramènent à ses souvenirs d'enfance (…), aux lochons et aux anguilles dans le creek*. Roman Gorodé, 2005 : 10. Ceux-ci le ramènent à ses souvenirs d’enfance (…) aux parties de pêche aux crevettes, aux lochons (…) dans le creek*. Gorodé, 2019 : 14. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2023).

964 LOI DU PAYS :

n. f. T.cour. Acte quasi-législatif adopté par le Congrès*. Les lois du pays sont publiées au Journal officiel de la Nouvelle-Calédonie (JONC). (…) le Congrès* approuve le projet de loi du pays porté par Nina Julié, alors élue provinciale*. Journal Les Nouvelles, 28/04/2022. Variante (moins soutenu ?) : Loi* pays.  Encycl.  : Le terme de loi du pays est pour la première fois employé dans l'accord* de Nouméa signé le 5 mai 1998 par l'État, les anti-indépendantistes du Rassemblement pour la Calédonie* dans la République (RPCR*) et les indépendantistes du Front de libération nationale kanak* et socialiste (FLNKS*). Son titre 2.1.3 précise en effet : « Certaines délibérations du Congrès* auront le caractère de loi du pays et de ce fait ne pourront être contestées que devant le Conseil constitutionnel avant leur publication, sur saisine du représentant de l'État, de l'Exécutif de la Nouvelle-Calédonie, d'un président de province*, du président du Congrès* ou d'un tiers des membres du Congrès* » (Accord de Nouméa, Legifrance).

964

LOI PAYS :

V. LOI DU PAYS. Un avant-projet de loi pays pour les produits phyto. Site agriculture.nc, 15 juin 2016. Le congrès* (…) a institué par la loi pays du 27 mars 2003 une taxe de soutien aux actions de lutte contre les pollutions. Site du South Pacific Regional Environment Program  -SPREP.org, 26 août 2019. Une Loi Pays pour pérenniser la caisse des retraites. Journal en ligne outremers360.com, 29/04/2022. Il y a eu des échanges sur les lois pays mais aussi sur la vente du nickel (…). Journal Les Nouvelles, 28/04/2022.

 

964 LONG-BEC :

n.m. Peu cour. (Lichmera incana incana Latham). V. SUCEUR. Répertorié par F.O.L., 1983 : 163.

964 LONG-COU :

n.m. T.cour. (Ardea sacra albolineata Gray.). Grand héron (50cm) au plumage gris ou blanc, fréquentant en général les îlots ou les plages, cherchant sa nourriture sur le récif (Hannecart, 1980 : 142). Encycl. : Famille des Ardéidés. (…) la Ouaménie, rivière dite "aux oiseaux" parce que sans cesse remontée par des vols de longs-cous (…). Roman Sénès, 1987 : 37. D'ici, on peut voir les marais, les longs-cous (…). Roman Ohlen, 2000 : 31. La pointe aux longs-cous. Nom d'un quartier de Nouméa. Syn. (rare, spéc.) : Aigrette* des récifs.

964 LORIQUET CALÉDONIEN* :

n.m. Rare. Spéc. Domaine : Ornithologie. (Trichoglossus haematodes deplanchei). V. PERRUCHE ÉCOSSAISE. Répertorié par Hannecart, 1980 : 69.

966 LOS ANGELES :

Attesté uniquement à l'oral. n.pr. Peu cour. Fam. Ethnolectal non européen? Souvent plaisant. La prison de Nouméa. V. CAMP EST. Il est à Los Angeles [=Il est en prison].

967 LOUP (LE -) :

n.m. T.cour. Jeu de poursuite pratiqué couramment par les enfants dont le but est de toucher (de cuire) celui qu'on poursuit (jeu appelé "chat" dans l'Hexagone). Encycl. : Le loup-baissé*, le loup-courir*, le loup-maillon*, le loup-perché* sont des variantes du même jeu. Venez on joue au loup! c'est qui le loup en premier? [: enfants] Oral spontané, s.d. Norme : On dit jouer au loup (le jeu s'appelle donc le loup), alors qu'en français hexagonal, on dit "jouer à chat" (le jeu s'appelle donc "chat"). Composés : V. ci-après. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

968

LOUP-BAISSÉ (LE -) :

n.m. T.cour. Jeu de poursuite -V. LOUP (LE)- dans lequel on doit s'accroupir pour se mettre hors d'atteinte (F.O.L., 1983 : 107). Moi j'aime pas le loup-baissé, je préfère le loup-courir*... Répertorié à l'écrit par F.O.L., 1983 : 107. Syn. (t.cour.) : Loup* (le).

968

LOUP-COURIR (LE -) :

Attesté uniquement à l'oral. n.m. T.cour. Jeu de poursuite -V. LOUP (LE)- dans lequel on doit courir en permanence. On joue au loup-courir ou au loup-maillon*? [: enfants] Oral spontané, s.d. Syn. (t.cour.) : Loup* (le).

969

LOUP-MAILLON (LE -) :

n.m. T.cour. Jeu de poursuite -V. LOUP (LE)- dans lequel "le loup* fait équipe avec celui qu'il a cuit pour pourchasser les autres" (F.O.L., 1983 : 107). Pourquoi tu veux toujours jouer au loup-maillon? [: enfant] Oral spontané, s.d. Répertorié à l'écrit par F.O.L., 1983 : 107. Syn. (t.cour.) : Loup* (le).

970

LOUP-PERCHÉ (LE -) :

n.m. T.cour. Jeu de poursuite -V. LOUP (LE)- dans lequel on doit se mettre hors d'atteinte en restant sur un endroit surélevé. On joue au loup perché? [: enfant] Oral spontané, s.d. Répertorié à l'écrit par F.O.L., 1983 : 107. Syn. (t.cour.) : Loup* (le).

 

971 LOYALISTE :

n. et adj. Cour. Fidèle au gouvernement français. V. ANTI-INDÉPENDANTISTE. Encycl. : En anglais, "loyalist (…) 1717 [s'emploie] en parlant des Américains fidèles au gouvernement anglais" (Petit Robert). (…) se renseigner (…) auprès des tout premiers rôles (Loyalistes et Indépendantistes*) (…). Journal Les Nouvelles, 09/06/1990. Les Loyalistes ont présenté leur projet de société. Titre sur la1ere.francetvinfo.fr, 09/2020. Dynamique : Emploi qui semble vieillissant en 2005 (Pauleau, enquête linguistique, 2005). Cette tendance est infirmée en 2022, le terme est toujours d’un usage courant (Pauleau, enquête linguistique, 2022).

972 LOYALTIEN,-NE :

n. et adj. A.cour. Personne originaire des Iles Loyauté./ Relatif aux Iles Loyauté. Encycl. : Les Iles Loyauté sont les petites îles situées à l'est de la plus grande île (la Grande-Terre*). (…) c'est dans une des îles Loyauté (…) avec un président de la province loyaltien (…) que nous réalisons cette grande première (…). Journal Les Nouvelles, 26/10/1990. (…) l'élue provinciale s'est déclarée heureuse de cette grande réunion de la jeunesse sportive loyaltienne (…). Journal Construire les Loyauté, 01/2005. (...) on reconnaissait la marque du protestantisme loyaltien. Il avait gardé des pasteurs ce débit lent et quelque peu solennel. Entretiens Barbançon, 2022 : 13. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005-2023).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

973 LUFFA :

n.m. A.cour.  1. (Luffa aegyptiaca Mill.). Plante de la famille des Cucurbitacées. Au fil des échanges, l’association a réussi à dénicher quelques perles. « Il y a des choses que les gens ne trouveront tout simplement pas en magasin. Le luffa par exemple. ». Journal Les Nouvelles, 29/07/2019. Encycl. : On utilise la pulpe séchée du fruit pour divers usages, par exemple comme éponge végétale, usage remontant à l'Egypte ancienne.  2. Pulpe séchée de Luffa aegyptiaca, dont on fait divers usages. Le porte-savon en luffa absorbe l'eau (…) votre savon sera toujours au sec. https://www.bioattitude.nc (consultation 29/04/2021).

973 LUNETTE :

n.m. A.cour. (Zosterops). Petit oiseau endémique, commun autour des maisons, aux yeux cerclés de blanc. Le dimanche matin les ruelles sont réservées aux oiseliers. (…) merles* des Moluques, grives, bengalis* (…), lunettes (…), enfermés dans des cages (...). Prigent, 2006 : 49. Syn. spéc. : Zostérops* à dos vert. Lunette* à dos vert. Norme : Répertorié par Hannecart, 1980 : 17. / Dans d’autres espaces géographiques sont attestés des noms d’oiseaux comportant le mot lunette (par exemple tisserin à lunettes -oiseau qui n’est pas un Zosterops) mais pas l’usage de lunette comme nom complet comme c’est le cas pour ce calédonianisme.   V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

973

LUNETTE* À DOS VERT :

n.f. Rare. Spéc. V. LUNETTE. Lunette à dos vert. (…). Chant : cris aigus chevrotants. Chant varié et puissant. Pancarte dans un parc naturel (Rivière bleue), 2022. 

 

974 LUTJAN :

n.m. Peu cour. (Lutjanus spp.). Nom donné aux poissons d'eau saumâtre de la famille des Lutjanidés. Encycl. : V.VIVANEAU. Les harengs comme beaucoup de poissons (lutjans, (…)) se déplacent généralement en bancs (…). Manuel Ecologie, 1987 : 182. Composés : V. articles ci-après.

975

LUTJAN* À CINQ BANDES BLEUES :

n.m. Rare. Spéc. Domaine : Ichtyologie. (Lutjanus quinquenileatus Bloch). V. DORADE* À TRAITS BLEUS. Répertorié par Laboute, 2000 : 247.

975

LUTJAN* À LIGNE JAUNE :

n.m. Rare. Spéc. Domaine : Ichtyologie. (Lutjanus lutjanus Bloch). Poisson : espèce de lutjan* (30cm) argenté et jaune, qui se déplace toujours en groupe. Répertorié par Laboute, 2000 : 247.

975

LUTJAN* À QUEUE BLEUE :

n.m. Rare. Spéc. Domaine : Ichtyologie. . (Lutjanus russelli Bleeker). Poisson : espèce de lutjan* (45cm) argenté à queue bleutée. Répertorié par Laboute, 2000 : 248.

975

LUTJAN* À QUEUE NOIRE :

n.m. Rare. Spéc. Domaine : Ichtyologie. . (Lutjanus fulvus  Bloch & Schneider). Poisson : espèce de lutjan* (40cm) jaune à queue foncée. Répertorié par Laboute, 2000 : 245.

975

LUTJAN* À TÂCHE NOIRE :

n.m. Rare. Spéc. Domaine : Ichtyologie. (Lutjanus monostigma Cuvier). Poisson : espèce de lutjan* (45cm) jaune orné d'une tâche noire. Répertorié par Laboute, 2000 : 247. Syn. (cour.) : Dorade*.

975

LUTJAN* ROUGE :

n.m. Rare. Spéc. Domaine : Ichtyologie. (Lutjanus bohar Forsk.). V. ANGLAIS. Répertorié par Rivaton, 1990 : 124.

975

LUTJAN* À FILAMENTS :

n.m. Rare. Spéc.  Domaine : Ichtyologie. (Symphorus nematophorus  Bleeker). V. BARBILLON. Répertorié par Rivaton, 1990 : 124.

975

LUTJAN* ÉCRITURE :

n.m. Rare. Spéc.  Domaine : Ichtyologie. (Lutjanus rivulatus Cuvier). Poisson : espèce de lutjan* (65cm) gris argenté à nageoires jaunes. Répertorié par Laboute, 2000 : 248. Syn. : Lutjan* maori.

975

LUTJAN* MAORI :

n.m. Rare. Spéc. Domaine : Ichtyologie. (Lutjanus rivulatus Cuvier). V. LUTJAN ÉCRITURE. Répertorié par Laboute, 2000 : 248.

975

LUTJAN* QUEUE EN PAGAIE :

n.m. Rare. Spéc.  Domaine : Ichtyologie. (Lutjanus gibbus Forsskal). Poisson : espèce de lutjan* (50cm) avec une queue très échancrée. Répertorié par Laboute, 2000 : 247.

976

976

MoDyCo

MoDyCo


Université Paris Nanterre
Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS
- MODYCO UMR 7114

MoDyCo

MoDyCo


Université Paris Nanterre
Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS
- MODYCO UMR 7114