Inventaire lexicographique du français calédonien

par Christine Pauleau



Introduction | A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Pour citer ce travail :
PAULEAU, C., Inventaire et observatoire lexicographiques du français calédonien (Nouvelle-Calédonie), bilan sociolinguistique sur le géolecte francocalédonien, Paris, site du laboratoire Modèles Dynamiques Corpus (MoDyCo), UMR 7114 du CNRS/ Université Paris Nanterre, depuis 2022, https://ressources.modyco.fr/dicocaledonien/

Cette oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International. CC BY-NC-ND 4.0

La recherche pour @lettre ^n* a trouvé 80 résultats

Lexique général (gros caractères) - Lexique flore/faune (petits caractères, termes rares en gris)

Entrées et sous-entrées
Items and subitems
974 ::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: N :::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: :

974 N :

Elément linguistique signifiant "langue, parler" dans les langues kanak* du sud. Cet élément se combine en tant que générique avec d'autres éléments pour former les noms de langues kanak* suivants, noms en usage en français :

975

NÂÂ DRUBÉA :

n.m. Peu cour. Ethnolectal kanak* ou Spéc. Domaine : Linguistique. Langue kanak* de la région de Païta et d’Ounya (Haudricourt, 1979 : 72). V. DRUBÉA. Voici un petit dicton en nââ drubea, la langue kanak* parlée à Pwéita (Paita) et à la tribu de Vuunyâ (Ounia) à Yatrë (Yaté). Site de l'Académie des Langues Kanak* (ALK), consultation 10/2022. Le nraa drubea fait partie du sous-groupe des langues kanak de la famille austronésienne de la branche océanienne. Site de l'Académie des Langues Kanak* (ALK), consultation 10/2022.  Variante graphique : Nraa drubea (Ibid.). Nràa drubea (Shintani, 1990). Norme phonétique : [nããndjubea]  (transcription approximative : notamment le [d] est rétroflexe); en alphabet latin, approximativement : "naandjubéa". Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

976

NÂÂ KWÊNYII :

V. NUMÈÈ. Nââ Kwenyii _ chanson de l'ile des pins. (...) La chanson exprime la douleur de Maman Yéwéno (...). Youtube, 09/2022. Le nââ kwényï (...) est essentiellement parlé sur l’île des Pins par environ 1814 locuteurs. Site de l'Académie des Langues Kanak* (ALK), consultation 10/2022.

977

NÂÂ NUMÈÈ :

Variante de NUMÈÈ. V. cette entrée. Le nââ numèè écrit comprend 24 voyelles, dont 12 courtes et 12 longues, et 23 consonnes. Comme dans les autres langues de l’extrême sud, il comprend deux tons distinctifs (...). Site de l'Académie des Langues Kanak* (ALK), consultation 10/2022.

977

NÂÂ WÊÊ :

V. NUMÈÈ. L’Agence de développement de la culture kanak* (ADCK) et le conseil coutumier* Drubéa Kapumë se sont associés à Vale NC pour éditer un conte, Xii, le faucon de l’île Ouen, en nââ wèè, la langue de l’île Ouen. Site dnc.nc, 09/2015.

978

NÂÂ XÂRÂCÙÙ :

Variante de XÂRÂCÙÙ. V. cette entrée. Le nââ xârâcùù compte 5 729 locuteurs âgés de plus de 14 ans (ISEE, 2009). Site de l'Académie des Langues Kanak* (ALK), consultation, 11/2022.

 

979 NAÏ :

n. et adj. A.cour. (tendance ethnolectale : un peu plus cour. chez les Asiatiques –et les Wallisiens*?). Fam. Asiatique. Encycl. : En wallisien fam., on trouve le même mot (et en wallisien standard, "Chine" se dit Siaina [siajna] et désigne globalement l'Asie. / La population asiatique représente aujourd’hui une proportion stable d’environ 5%, son histoire est ancienne dans le pays. L’immigration asiatique (par ordre d’importance  décroissante : indonésienne, vietnamienne, japonaise, chinoise) remonte pour une part à la période de fondation (avant 1900), pour une autre à l’époque coloniale (le Gouverneur Feillet fait recruter notamment des Japonais et des Tonkinois pour l’exploitation minière, mais aussi -surtout les Tonkinois- pour les travaux publics, l’industrie) ; les deux dernières périodes migratoires asiatiques importantes sont l’entre-deux-guerres (le pénitencier est fermé et la population kanak* en déclin, le pays manque donc de main d’oeuvre) et les années 70 (époque du boom économique). Des naïs, y en a aussi beaucoup en France. Oral spontané, s.d. Répertorié à l'écrit par l'Observatoire, 1983 : 152. Variante (moins cour.?) : Naïyoï*. Dynamique : Termes peut-être vieillis?

980

NAÏYOÏ :

Variante de NAÏ. V. cette entrée. Répertorié par l'Observatoire, 1983 : 152. Encycl. : En vietnamien, "oi" est un terme d'adresse –équivalent de "hé!" (Nguyên Phu Phong, 1975).

 

982 NAKAMAL :

n.m. T.cour. Lieu en extérieur où l'on achète et consomme du kava*, boisson aux propriétés éventuellement relaxantes et euphorisantes (V. KAVA) : bar* à kava*. Encycl. : Dans les langues du Vanuatu (notamment bichelamar* et langues mélanésiennes), "nakamal" désigne soit le bar à kava* (à Port Vila, la Capitale) soit la "case des hommes" (en brousse*), case* où, entre autres activités traditionnelles, on boit du kava*./ Les nakamals, qui en Nouvelle-Calédonie, existaient de manière marginale avant les années 90, se sont particulièrement développés depuis les années 2000, notamment à Nouméa (ils sont souvent le fait d'immigrés venant du Vanuatu) : les propriétés enivrantes du kava* et les lieux de rencontre (en extérieur autour d'un feu de bois) que constituent ces bars, font leur succès auprès de tous les groupes culturels, et ont un effet de mode. Elle (…) fit la tournée : courses, nakamal, restau, boîte, (…) la litanie des broussards* occasionnels [note de bas de page : nakamal : lieu de rencontre où l’on boit du kawa* (…)]. Roman Tcherko, 2001 : 28. (…) depuis que le nakamal des Vanuatais* s'était installé (…) on y vendait de tout, du kava* mais aussi de la bière (…). Roman Jacques, 2002a : 19. (…) gros bisous à mon cœur qui va au nakamal. Oral radio, 05/2005 (petites annonces). Une importante quantité d’alcool a été saisie dans une opération de contrôle de sept nakamals. Journal Les Nouvelles, 08/2019. Variante abrégée (cour.) : Nak*. Syn. : Bar* à kava*. Dynamique : Terme récolté en 2005, dont l'emploi reste stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

983

NAK :

Variante de NAKAMAL. V. cette entrée. (…) Siwel (…) se lance dans l'importation de racines [de kava*] (…). Il (…) prospecte auprès des nouveaux naks (…). Roman Jacques, 2002a : 108. Dynamique : Terme probablement plus récent que nakamal*, récolté en 2005 -Pauleau, enquête linguistique, 2005.

 

983 NANA :

Attesté uniquement à l'oral. interj. T.cour. Fam. Plutôt ethnolectal tahitien (moins cour. chez les non Tahitiens). Au revoir. V. TATA. Connotation : Tahitienne. Encycl. : Le tahitien "a nanahi" signifie : "demain" (Lemaître, 1973). [Deux personnes se quittent :] –Allez, nana! –Salut! Oral spontané, s.d. Norme : Chez les non Tahitiens, l'usage de ce terme est plutôt passif. Dynamique : Emploi vieillissant (Pauleau, enquête linguistique, 2005).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

984 NANI :

n.m. Cour. Jeune chevreau, cabri ou chevrette. Encycl. : Le bichelamar* "nani" a le même sens, et l'anglais "nanny goat" également. On trouve également le même mot notamment en iaai* (langue kanak* d'Ouvéa) (Rivierre, 1984). (…) les hommes rôtissent la viande de cerf ou de nani (…). Roman Jacques, 2002a : 199. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

985 NAPOLÉON :

n.m. T.cour. (Cheilinus undulatus Rüpp.). Gros poisson vert pouvant dépasser les 100 kilos. Encycl. : C'est le plus gros spécimen de la famille des Labridés (labres). "(…) il était l'habituel trophée de Monsieur Napoléon, pêcheur et fermier du nord du Territoire." (F.O.L., 1983 : 119). Les principaux maillons de la chaîne alimentaire (…) : (…) napoléon (…). Manuel Ecologie, 1987 : 266. (…) vous pouvez admirer de nombreux grands poissons (raies manta, napoléons (…)). Brochure touristique Province Nord, 2005. Ils sortent d’énormes poissons, loches (…) napoléons (…) de nasses volumineuses (…). Prigent 2006 : 79. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005-2022).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

986 NATA :

n.m. Vx. Missionnaire protestant kanak* formé à Lifou (île Loyauté) au XIXe siècle. Encycl. : En nengone*, langue de Maré, nata signifie « pasteur » (Trabe et alii., 2007). Dans les premières années du XXe siècle (…) les gens de Lifou aiment venir à Nouméa (…). Quand il s’agira d’envoyer des natas sur la Grande-Terre* tout semble se faire naturellement. Entretien Barbançon, 2022 : 132.

986 NATCHA! :

Attesté uniquement à l'oral. interj. Cour. Fam. Exprime la surprise. V. BABYLONE! Connotation : Kanak*. Encycl. : Selon informateurs, en dehu* (langue kanak*), "Enatcha!" (terme absent des dictionnaires consultés) est une interjection de surprise dont on use lorsqu'on rencontre quelqu'un qu'on n'a pas vu depuis longtemps. "Matcha!" (absent des dictionnaires consultés) est aussi une interjection de surprise, troncation de "Wanamatcha!" (même sens; V. aussi WANA!). On note que l'anglais "Watch out!" ("Attention!") se rapproche phonétiquement et sémantiquement de "Matcha"/ "Natcha" (et on sait l'importance des contacts entre anglais et langues kanak* durant l'histoire); on pourrait même rapprocher "Wanamatcha" de "Want to watch out" (selon une prononciation populaire : "Wanna watch out"). Natcha! serait donc une forme issue de ces interjections kanak* et anglaise. Un jour que je rentrais (…) Natcha! J'ai trouvé toi (…) avec Boula. Aouh*! Je vois plus clair, tellement je suis colère! Sketch Ollivaud, 198? Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

987 NAUTOU :

Variante graphique de NOTOU. V. cette entrée. (…) un nautou et tous les oiseaux multicolores de la forêt lui indiquèrent un chemin (…). Album Revol, 2001 : 12. 

989 NEKU :

n.m. Peu cour. Ethnolectal kanak* ou Spéc. Domaine : Linguistique. Langue kanak* de la région de Bourail (Haudricourt, 1979 : 17). Encycl.  : Toutes les langues kanak* sont des langues à tradition orale. Voir à l'article A'JIEË les caractéristiques des langues du centre et du sud de l’archipel (dont le neku fait partie). Nos langues dansent la danse de la terre... (…) Néku, Orowé* (…) Frappez le tronc d'arbre creux Pour cadencer la danse sacrée (…). W.Welepane, 1993 dans Anthologie, 1994 : 249. Le neku comprenait 125 locuteurs de plus de 14 ans (ISEE 2009). Site de l'Académie des Langues Kanak* (ALK), consultation 11/2022. Variantes graphiques : Néku. Nèku. Norme phonétique : [neku] -en alphabet latin, "nékou". Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

990 NÉLÊMWA :

n.m. Peu cour. Ethnolectal kanak* ou spéc. (employé soit par les Kanak* soit en contexte spéc.). Domaine : Linguistique. Variété dialectale du kumak*, langue kanak* parlée dans la région de Koumac et Poum. Le nélêmwa est parlé dans le district coutumier* des Nenema, au nord de la Grande-Terre*; le nixumwak* est parlé dans la région de Koumac. Bril, 2002. Chaque antenne supervise et accompagne les travaux (…) correspondants à son aire linguistique à savoir : (…) le pije*, le fwâi*, le nemi*, le jawe*, le caac*, le nylelâyu*, le nêlêmwa (…) pour l’antenne hoot ma whaap. Site de l'Académie des Langues Kanak* (ALK), consultation 11/2022. Variante : Nénéma. Nenema*. Norme : Les spécialistes emploient nenema (sans accent) pour nommer la région, le district, la population, et nélêmwa pour désigner le dialecte -J’ai mené des recherches intensives entre 1990 et 1995 sur le nêlêmwa, langue de la communauté nenema (…). Bril 2000. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

991 NEM :

1. n.m. ou f. T.cour. Mets vietnamien qui se consomme en entrée : galette de riz roulée autour d'une farce de viande de porc, crabe*, vermicelles* chinois, le tout frit à l'huile. Encycl. : Le mot vietnamien "nem" signifie "hachis de porc (…) croustade farci" (Viên Ngôn Ngu, 1989)./ Les nems se vendent prêts à la dégustation, au comptoir de la plupart des épiceries calédoniennes*, et se consomment à n'importe quelle heure, comme en-cas. Nems. [: étiquette sur une barquette posée sur le comptoir d'une épicerie] BD Berger, 1989 : 8. (…) qui au bar, qui sur les pelouses à se régaler de nems, de boulettes ou de sandwiches. Roman Gorodé, 2019 : 12. Vous voulez un nem avec votre café ou ceb* ? Post humoristique, Facebook, 2022. [A l'épicerie: ] Donnez moi un pain, le journal et trois nems, s'il vous plaît... Norme : Terme de plus en plus en usage dans l'Hexagone, concurrent de "pâté impérial" (le mot "nem" est d'ailleurs dans le Petit Robert en 2004 –il en était absent auparavant- avec la définition "petit pâté impérial"); "pâté impérial" n'est quasiment pas en usage en contexte calédonien*. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2022).  2. Attesté uniquement à l'oral. n.m. A.cour. Ethnolectal non européen* (peu cour. chez les Européens). Plutôt plaisant. Terme d'adresse destiné aux Asiatiques. Connotation : Parfois péjorative. Hé! Nem! Oral d'enquête 1991. Variantes : Nem chaud (cour.). Petit nem (peu cour.).

Norme phonétique : En alphabet latin : "nèm".

992 NÈMI :

n.m. Peu cour. Ethnolectal kanak* ou spéc. (employé soit par les Kanak* soit en contexte spéc.). Domaine : Linguistique. Langue kanak* des régions suivantes : vallée de la Ouaième, haute vallée de la Hienghène, Témala (côte ouest de la Grande-Terre*) (Haudricourt, 1979 : 17). Encycl.  : Toutes les langues kanak* sont des langues à tradition orale. Voir à l'article KUMAK les caractéristiques des langues kanak* du nord dont le nèmi fait partie. Pour six aires linguistiques, voici différents genres (.) : -nemi : Hîngo, "fables, contes, légendes" (.). Ouvrage Anthologie, 1994 : 9. Nos langues dansent la danse de la terre... (.) Fwaî, Némi (.),  Dansez au point du jour (.). W.Welepane, 1993 dans Anthologie, 1994 : 249. Le nèmi est parlé à Voh : Témala, Voh Ouélisse – Ouengo et Hienghène : Pinjé - Tendo (…) par 908 locuteurs de plus de 14 ans. Site de l'Académie des Langues Kanak* (ALK), consultation 11/2022.  Variantes graphiques : Némi. Nemi. Norme phonétique : [nemi] -en alphabet latin : "némi". Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

993 NÉNÉMA :

Variante de NÉLÊMWA. V. cette entrée. Nos langues dansent la danse de la terre... (…) Yuanga*, Kumak*, Nénéma (…), Soufflez le vent du grand* nord (…). W.Welepane, 1993 dans Anthologie, 1994 : 249. 

994 NENGONE :

n.m. A. cour. Plutôt ethnolectal kanak* ou spéc. (employé davantage par les Kanak* ou en contexte spéc.). Domaine : Linguistique.  Langue kanak* de Maré, une des île Loyauté. Encycl.  : Toutes les langues kanak* sont des langues à tradition orale. Voir à l'article DREHU les caractéristiques des langues kanak* des Loyauté. Mentionnons également l'existence d'une variété particulière de nengone, appelée pene iwateno, qui est une forme cérémonieuse de la même langue, employée "à la chefferie ou pour honorer les personnes de marque"  (Haudricourt, 1979 : 18). Pour six aires linguistiques, voici différents genres (.) : -nengone : Yeretit (.) mythes (.). Ouvrage Anthologie, 1994 : 9.  (.) Gulaan (diminutif de Guynedr, son prénom en nengone (.). Journal Tazar*, 06/2005. Les émissions exclusivement en langue kanak* : Trenge Nata [=panier à paroles] (nengone) (.).  Site internet Tjibaou (département Patrimoine), 03/2006. Le nengone désigne à la fois l'île [de Lifou]et le nom de la langue mélanésienne parlée par 8 940 locuteurs déclarés (ISEE 2014). Site de l'Académie des Langues Kanak* (ALK), consultation 11/2022.  Norme phonétique : [nengone] -en alphabet latin : "nèngoné". Dynamique : Emploi qui était davantage ethnolectal ou spéc. autrefois mais qui s’étend peu à peu depuis les années 2000 environ (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).   V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

995 NÉO :

n.  1. Cour. Fam. Néo-Zélandais. (…) le championnat des Iles du Pacifique Sud qui excluait Australiens et Néos. Journal Les Nouvelles, 26/06/1990.  2. Peu cour. Fam. Vieilli. Personne originaire du Vanuatu. V. VANUATAIS et VANUATUAN. Connotation : Parfois péjorative. Encycl. : Avant son indépendance (1980), le Vanuatu s'appelait "Nouvelles-Hébrides" et on appelait ses habitants les "Néo-Hébridais", d'où l'abréviation en Néo. Le Petit Robert, qui mentionnait en 1988 "Néo-Hébridais", ne le mentionne plus aujourd'hui et répertorie par contre "Vanuatuan*", appellation officielle. Ici tu t'appelles (…) Néo ou (…) Big* Nambas (…) Ailleurs (…) Bicot (…) Négro (…). Poèmes Gorodé, 1985 : 36.

Dynamique : Emploi dont l'usage vieillit de plus en plus (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

996 NÉO-CALÉDONIEN,-NE :

n. et adj.  1. A.cour. Sout. Plutôt écrit. Calédonien* : V. CALÉDONIEN (I.). Connotation : Plutôt métropolitaine. (…) à la découverte de terres très différentes avec de gros plans sur l'archipel néo-calédonien. Manuel Education civique, 1990 : 7. Enercal : Société néo-calédonienne d'énergie [ : publicité] Journal Les Nouvelles, 05/2006. Norme : Le Petit Robert cite le terme dans la liste des noms propres de lieux et adjectifs correspondants (fin de volume), on pourrait donc le considérer comme relevant du français de référence. En contexte local, la concurrence de calédonien* est écrasante, le terme néo-calédonien n'étant employé (comme dit ci-dessus) qu'à l'écrit et/ou en registre soutenu, voire avec une connotation non locale (métropolitaine).  2. Vx. Kanak*: V. CALÉDONIEN (II). Les gens de la Grande-Terre* et l'actualité (…) Le Néo-Calédonien au XXe siècle [: titres de chapitres]. Ouvrage d'ethnologie, Leenhardt, 1937 : table.

Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

997 NERË :

n.m. Peu cour. Ethnolectal kanak* ou Spéc. (employé soit par les Kanak* soit en contexte spéc.). Domaine : Linguistique. Langue kanak* de la région de Bourail (Haudricourt, 1979 : 17). Encycl.  : Toutes les langues kanak* sont des langues à tradition orale. Voir à l'article A'JIEË les caractéristiques des langues du centre et du sud de l’archipel (dont le nerë fait partie). Répertorié par Haudricourt, 1979. Norme : Terme absent du site de l’Académie des langues kanak* (consultation 11/2022), ainsi que du site sorosoro.org (consultation 11/2022). Norme phonétique : En alphabet latin, approximativement : "néreu".

998 NET 1 :

Attesté uniquement à l'oral. adj. Cour. Fam.  1. Stupéfait, bouche bée, dans la locution RESTER NET. Encycl. : Le lien de sens avec l'acception suivante (2.) serait l'immobilisation (ici par la surprise)? Quand il m'a dit ça, je suis restée net! Oral spontané, s.d.  2. Fatigué, fourbu. V. VERT (2.). Encycl. : Le lien de sens avec l'acception précédente (1.) serait l'immobilisation (ici par la fatigue)? J' vais me coucher : j' suis net. Oral spontané, s.d.  3. Formidable. V. CHOC. –(Professeur accueillant les élèves après le confinement) C'était comment le confinement? –(Elève) Trop net! Reportage de la chaîne télévisée Nouvelle-Calédonie La 1ère, oct. 2021.    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

999 NET 2 :

1. T.cour. Fam. Sûr, dans les expressions exclamatives des articles ci-après.  2. Cour. Fam. Jeune ? Formidable. V. CHOC.  Trop net beau travail. Commentaire de vidéo (Youtube Cabane squat*, Mumu et co, 09/2020). Haha net tes vidéos. Commentaire de vidéo (Youtube Un zoreil* dans un taxi, Coco Banane, 12/2017). Ha ouais on avait joué à ça c'était trop net! Jeune locuteur de Nouméa -11 ans, 2023.

Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2022).

V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1001

C'EST NET*! :

Exclamation. T.cour. Fam. C'est sûr! C’est net*! Titre d'article, Journal Tazar*, 06/2005. –On s'arrête ici alors? On reprendra la route demain? –C'est net! Equivalent hexagonal : Clair, "C'est clair" (français des jeunes). Dynamique : Cette expression, déjà récoltée en 1990 (Pauleau, enquêtes linguistiques) et datant probablement d'avant les années 1980, est ainsi plus ancienne que les deux autres (Ben net*! et Net*!), qui sont donc ses descendantes.

1002

NET*! :

Exclamation. T.cour. Fam. Plutôt jeune. Bien sûr! Plus facile d'oublier [les périodes politiques douloureuses] pour les jeunes que pour les anciens ? "Net*!", répond-il sans hésiter. Journal Tazar*, 09/2005. [Organisateur de concours de vidéos :] -Si vous arrivez à faire des trucs un peu comiques (…)  [Un des candidats :] -Haa neeet! Vidéo Youtube Le grand concours, Coco Banane, 02/2021. Variante : Ben net*! Dynamique : Expressions récoltées en 2005 (Pauleau, enquête linguistique, 2005), apparemment nouvelles à cette période. Emploi particulièrement fréquent d'abord chez les jeunes (de toutes catégories), de façon quasiment emblématique (Pauleau, ibid.), puis en extension forte au delà du groupe des "jeunes" (Pauleau, enquête linguistique, 2022).

1003

BEN NET*! :

Attesté uniquement à l'oral. Variante de NET*! (au sens de NET 2) : V. NET! –Tu viens avec moi? –Ben net*!

 

1009 NETTOYEUR :

n.m. A.cour. (Labroides sp.). Nom donné à des petits poissons caractérisés par leur habitude de nettoyer les autres poissons de leurs parasites, ils sont en outre ornés d'une bande longitudinale foncée. Encycl. : Famille des Labridés (labres). (…) le nettoyeur débarrasse ses hôtes de leurs parasites et s'en nourrit par la même occasion (…). Manuel Ecologie, 1987 : 171. Syn. (a.cour.) : Poisson* nettoyeur. Composés : V. ci-après :

1010

NETTOYEUR* À DEUX COULEURS :

n.m. Peu cour. Spéc. Domaine : Ichtyologie. (Labroides bicolor Fowler & Bean). Espèce de nettoyeur* au corps partagé verticalement en deux moitiés, une moitié foncée, une moitié claire. Répertorié par Rivaton, 1990 : 122. Syn. : Nettoyeur* (a.cour.). Nettoyeur* bicolore (peu cour.).

1011

NETTOYEUR* À TÂCHE NOIRE :

n.m. Peu cour. Spéc. Domaine : Ichtyologie. (Labroides pectoralis Randall & Springer). Espèce de nettoyeur* ayant une tâche noire ventrale. Répertorié par Laboute, 2000 : 363. Syn. : Nettoyeur* (a.cour.).

1012

NETTOYEUR* À TÊTE ORANGE :

n.m. Peu cour. (Labroides sp.). Espèce de nettoyeur*. Répertorié par Rivaton, 1990 : 122. Syn. : Nettoyeur* (a.cour.).

1013

NETTOYEUR* BICOLORE :

n.m. Peu cour. Spéc. Domaine : Ichtyologie. (Labroides bicolor Fowler & Bean). V. NETTOYEUR À DEUX COULEURS. Répertorié par Laboute, 2000 : 362.

1014

NETTOYEUR* COMMUN :

n.m. Peu cour. Spéc. Domaine : Ichtyologie. (Labroides dimidiatus Valenciennes). Espèce de nettoyeur* dont le corps est partagé en deux parties longitudinales, l'une foncée –partie supérieure, l'autre claire –partie inférieure. Répertorié par Laboute, 2000 : 363. Syn. : Nettoyeur* (a.cour.).

 

1010 NI-VANUATAIS,-E :

Variante de VANUATAIS. V. cette entrée. Encycl.: Dans plusieurs langues mélanésiennes du Vanuatu, le préfixe "ni" est un marqueur nominal (indique que le mot qui suit est un nom). On voit que dans l'adj. ni-vanuatais, ni-vanuataise, le préfixe "ni" est maintenu alors que sa fonction de marqueur nominal est caduque (cas d'emprunt morphologique avec intégration au français). (…) la délégation ni-vanuataise s'est désistée au dernier moment (…). Journal Les Nouvelles 05/2006. (...) le volcanologue Ni-Vanuatais Philipson Bani est de retour au campus scientifique de l’IRD à Nouméa. la1ere.francetvinfo.fr/nouvellecaledonie, 09/2022. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

1011 NI-VANUATU :

Variante de VANUATAIS. V. cette entrée. Encycl. : V. NI-VANUATAIS. (…) un ressortissant ni-vanuatu de onze ans (…). Roman Ohlen, 2000 : 32. (…) elle hébergeait des Ni-vanuatu [sic.] [note de bas de page : Ni-vanuatu : ou Vanuatais*, Vanuatan* : originaire du Vanuatu]. Roman Jacques, 2002a : 43. (…) deux conteurs ni-vanuatu de l'association Titamol (…). Journal Le Pays, 04/2006. (…) il a filé (…) accompagné de John-John (…) un Ni-Vanuatu (…). Roman Simon, 2021 : 244. Norme : Cet ethnonyme est le plus usité au Vanuatu bien que l'ethnonyme officiel soit Vanuatuan* (Wauthion, 2001 : 100). Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

1012 NI-VAT :

Variante de VANUATAIS. V. cette entrée. Raoul, c'est un Ni-vat. Norme : Ethnonyme réservé aux Mélanésiens au Vanuatu (Wauthion, 2001). Norme phonétique : [nivat] (le "t" final se prononce). Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

1003 NIAOULI :

n.m.  1. T.cour. (Melaleuca quinquenervia (Cav.) S.T. Blake.). Arbre au tronc blanchâtre, à l'écorce feuilletée, au branchage torturé, dont le feuillage est d'un vert argenté et les fleurs blanches : c'est l'arbre le plus typique de la savane calédonienne*. Encycl.: Le mot yâlayu* (langue kanak*) "yaûli" désigne le même arbre (Observatoire, 1988 : 52). / Possède des propriétés médicinales (Rageau, 1973 : 53) et est utilisé en outre de manières diverses, le bois est par exemple apprécié pour la fabrication des poteaux et le charbon de bois. V. également ci-après ESSENCE/ PEAU/ THÉ DE NIAOULI. J'ai aspiré les gouttes parfumées des fleurs de niaouli (…). Poèmes Gorodé, 1985 : 59. (…) la cabane (…) que des niaoulis cachaient (…). Roman Jacques, 2002 : 21. Pourquoi le niaouli résiste-t-il au feu? Contes Buchert, 2004 : 35. (…) pas mal de niaoulis y a beaucoup de savane ici. Vidéo youtube, magazine Wéari, 03/2016. Ici, les paysages sont faits de savanes herbeuses parsemées de niaoulis (…). Brochure touristique d’Aircalin, 2022. Norme : Mentionné par le Petit Robert comme "mot de Nouvelle-Calédonie". Composés : V. articles ci-après. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).  2. A.cour. Vieilli. Personne relevant de la deuxième génération de l'immigration c'est-à-dire personne née dans le pays mais dont les parents sont immigrés et spécialement : personne née dans le pays mais dont les parents sont immigrés d'Indonésie. Encycl. : Ce dernier sens est le sens originel : on dit que les mères indonésiennes avaient l'habitude d'attacher leurs bébés aux troncs des niaoulis pendant qu'elles travaillaient. Toi t'es une niaouli... Oral spontané, s.d. Quand G.Simonin chante "Niaouli", il célèbre tout autant l'arbre endémique (…) que l'enfant (…) né sur le Territoire*. Ouvrage Anthologie, 1994 : 177. (…) les Niaoulis n’avaient besoin de personne en tant que main d’œuvre, faisant tout par eux-mêmes. Roman Simon, 2021 : 207. Syn. (peu cour.) : Gaïac*.

V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1003

ESSENCE DE NIAOULI* :

n.f. T.cour. Produit obtenu par distillation des feuilles de Melaleuca quinquenervia, le niaouli*. Encycl.: Produit de base du "goménol", préparation pharmaceutique mentionnée par le Petit Robert, qui précise que ce mot est forgé à partir du toponyme "Gomen", "localité de Nouvelle-Calédonie", et que ce "liquide huileux [est] employé comme désinfectant en gouttes nasales". L'essence de niaouli est utilisée également dans les stations* d'élevage, contre les tiques du bétail. (…) les derniers paysans (…) emploieraient leurs talents à distiller de l'essence de niaouli (…). Roman Sénès, 1987 :

1004

NIAOULI* BLANC :

n.m. Ethnolectal kanak* (a. cour. chez les Kanak*, peu cour. dans les autres groupes). Niaouli* à l'écorce plus blanche que les autres, dont les feuilles sont utilisées pour faire le thé* de niaouli. Répertorié par Hollyman, 1977 : 22). Syn. : Niaouli* (plus cour.).

1005

NIAOULI* NAIN :

n.m. A.cour. Ethnolectal kanak* (moins cour. chez les non Kanak*) ou spéc. Domaine : Botanique. (Melaleuca gnidioides  Brongn. & Gris.). Variété de niaouli* (V. ce mot) de petite taille. Fourrés (essentiellement avec niaoulis nains) (…).  Manuel Ecologie, 1987 : 240.  Syn. (t.cour.) : Niaouli*.

1006

NIAOULI* ROUGE :

n.m. A.cour. (Identification scientifique?). Variété de niaouli* (V. ce mot) poussant à partir de 200m d'altitude, aux fleurs rouges et au bois plus foncé (Hollyman, 1977 : 22). Répertorié également par B.Suprin –botaniste, parc forestier de Nouméa. Syn. (t.cour.) : Niaouli*.

1008

PEAU* DE NIAOULI* :

V. PEAU.

1009

SAVANE À NIAOULIS* :

n.f. Cour. Ethnolectal ? (moins cour. chez les Kanak* et les Polynésiens). Savane constituée principalement d'arbres appelés niaoulis* (V. cette entrée). Blême, la savane à niaoulis émergea du brasier. Roman Sénès, 1987 : 67. (…) lorsque le soleil brûle la savane à niaoulis*, c’est Jean-Pierre qui apporte les eaux d’eau au cheval (…). Récits Juncker, 2018 : 118. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2022).

 

1007 NIATER :

Attesté uniquement à l'oral. v.intr. A.cour. Fam. Tendance ethnolectale (peu cour. chez les Kanak*?).  1. Etre fort, intense, élevé... V. CAILLASSER (2.). Ouhlaa ça niate dans ce magasin! [=c'est cher]   2. Sentir mauvais. V. BOUCANER. Elles niatent, tes chaussures!

V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1011 NID D'OISEAU :

n.m. Peu cour. (Asplenium nidus L.). V. LANGUE DE BOEUF.  Répertorié par : FOL 1983 104. Variante (attestée uniquement à l'oral, peu cour.) : Nid* de notou.

1012

NID DE NOTOU* :

Variante de NID D'OISEAU. V. cette entrée. C'est des nids de notou. Oral d'enquête, 1990.

 

1008 NID DE GUÊPES :

n.m. T.cour. Fam. Jeune. Action consistant à sauter à plusieurs sur une ou deux personnes ainsi immobilisées au sol. Encycl. : Avant les années 90, faire nid de guêpes constituait un jeu amical et non violent, il semble qu'aujourd'hui ce jeu a pris d'autres proportions. (…) je trouve qu'on est quand même violents entre nous. Le nid de guêpes surtout (…) [: collégienne]. Journal Tazar*, 07/2005. Il y a recrudescence de la violence cette année. La nouvelle mode c'est le "nid de guêpes", vous connaissez? Cinq-six gamins sautent sur un ou deux élèves isolés... jusqu'à former un nid de guêpes... Cela peut être très dangereux. [: Principal de collège]. Journal Tazar*, 07/2005. Coup d'botte* dans la gueule. Nidguêp' [sic.] (...) Caillassage* (...). Enumération d'actions de violence dans un post humoristique sur Facebook, 2022. Dérivé : Nidguêper*. Collocation fréquente : Faire* nid de guêpes. Norme : Possible en français hexagonal? (selon informateur). Dynamique : Emploi croissant depuis les années 1970 (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

1009

FAIRE NID DE GUÊPES :

loc.verbale. T.cour. Fam. Jeune (?). Faire l'action appelée nid* de guêpes : V. cette entrée. Viens on fait nid de guêpes sur lui!

1010

NIDGUÊPER :

Variante de FAIRE NID DE GUÊPES. V. cette entrée. Tout le quartier parle de nous. Alors elles t'ont nidguêpée. Pour que tu arrêtes. [note de bas de page : Nidguêper : expression du français calédonien* signifiant fondre à plusieurs sur une proie et la rouer de coups (...)]. Théâtre, Duchesne, 2014.

 

1010 NID DE ROUSSETTE* :

V. ROUSSETTE.

1013 NIXUMWAK :

n.m. Peu cour. Ethnolectal kanak* ou Spéc. Domaine : Linguistique. Variété dialectale du kumak*, langue kanak* parlée dans la région de Koumac et Poum. Le nélêmwa* est parlé dans le district coutumier* des Nenema, au nord de la Grande-Terre*; le nixumwak est parlé dans la région de Koumac. Ouvrage Bril, 2002, présentation. Le nixumwak est rattaché au groupe des langues kanak* du Nord de la Nouvelle-Calédonie. Il est parlé à Koumac : Galagaoui, Pagou, Paop, Wanap I, Wanap II.  Site de l'Académie des Langues Kanak* (ALK), consultation 10/2022. Encycl. : Toutes les langues kanak* sont des langues à tradition orale. Les langues du nord (dont le kumak fait partie -V. carte en introduction) ont pour caractéristique leur grand nombre de consonnes, comprenant des formes différentes de la même consonne (par exemple [p] aspiré : prononcé avec un souffle comme en anglais "pea"; [p] labio-vélarisé : prononcé comme avec un [w], comme dans "poids"...etc. ) (d'après Haudricourt, 1979). Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

1013 NODDI :

n.m. Rare. Spéc. Domaine : Ornithologie. (Anous tenuirostris minutus) (Hannecart, 1983 : 104). Oiseau, sterne noire à long bec dont le dessus de la tête est teinté de blanc. Elle fréquente le lagon en troupes importantes "tantôt survolant les bancs de bonites, tantôt posées sur les flots" (Ibid.), et niche en colonies sur les îlots : elle est donc bien connue des plaisanciers. Encycl. : Famille des Laridés.  Voletant autour d'eux, un nuage de noddis, hirondelles de mer, piaille et fiente à qui mieux mieux (…). P.Rancurel, 1973 dans Manuel Lectures : 74. Variante et composé : Noddi à cape blanche.

1015 NOIR :

n.m. Peu cour. Cerf en très bonne condition. V. GADIN. Répertorié par Observatoire, 1990 : 171.

1014 NOIR DE POULPE :

n.m. Cour. Substance foncée sécrétée par le poulpe, qui, après avoir été séchée et préparée, sert à fabriquer une pâte utilisée comme appât, notamment pour la pêche au picot* gris (F.O.L., 1983 122). J'vais faire tourner l'propulseur! [pour partir à la pêche]...(…) On a oublié le noir d'poulpe! BD Teg, 2002 : 18.

1015 NOIX DE BANCOULE :

n.f. Cour. Fruit de l'arbre Aleurites moluccana appelé bancoulier*, noix qui se mange crue ou grillée. (…) les gens d'Ouvéa grillèrent de la noix de coco et de la noix de bancoul. J.Mariotti, 1952, dans Manuel Lectures : 176. Finies les rougailles* aux noix de bancoule râpées dans un bol de piments rouges (…) Wanacha mange (…) du jambon sous cellophane (…). Roman Sénès, 1987 : 252. (…) elles [les vagues sur la plage] palpent doucement le noir (…) des noix de bancoule (…). Roman Gorodé, 2005 : 27. Variante graphique : Noix de bancoul. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1015 NOLÉ :

n.m. Rare. (Semecarpus atra Vieil.). V. ACAJOU. Encycl. : En yâlayu* (langue kanak*), "nôôle" désigne le même arbre (Observatoire, 1985 : 129). Répertorié par Observatoire, op.cit.

1015 NONO :

n.m. A.cour.  1. Moustique2. Moucheron.

Ouh lala! Y a des nonos ici, viens on s'en va! Oral spontané, s.d. Répertorié à l'écrit par Observatoire, 1990 : 188.

1016 NORDISTE :

Attesté uniquement à l'oral. n. Cour. Fam.  1. Personne originaire du nord de la Grande-Terre*, donc de la province (brousse*) isolée. C'est des mecs du nord, des nordistes de Boat Pass [lieu dit de l'extrême nord de la Grande-Terre*].  2. Par extension : Provincial (broussard*). Y a mes cousins nordistes qui viennent à Nouméa...

Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

1017 NOTOU :

n.m.  1. T.cour. (Ducula goliath Gray.). Gros pigeon –le plus gros pigeon arboricole du monde (50 cm), visible dans toutes les forêts de la Grande-Terre*, au plumage bleuté, au chant puissant et caverneux rappelant la sirène d'un bateau. Encycl. : Terme apparu probablement dès le XIXe siècle (Hollyman, 1971 : 917). Langoureuse voix de cascade/ Chant d'amour du notou (…). Poèmes Gorodé, 1985 : 62. Le notou, fier de lui, s'envola vers la grotte. Contes de Thio, 1997 : 59. (…) la faible diversité d'espèces chassables au petit plomb de chasse (notous, roussettes*, canards, dindes) (…). Journal L'Ecrit des chasseurs, 04/2006. (…) un véritable sanctuaire pour les oiseaux endémiques, dont le cagou* et le notou. Brochure touristique d’Aircalin, 2022. Dans les discours on dit que la parole du chef* est « la bouche du notou, l’oiseau symbole des origines (…). Le notou et la conque font la paire car l’un est la forêt et l’autre la mer. Etiquette expliquant le mythe du premier homme Téâ Kanaké, Centre culturel Tjibaou, 2022. GRIS NOTOU. Dénomination de la couleur grise, dans le choix des couleurs de t-shirts  de la marque By Mai Nem -marque dont l’une des particularités est d’adapter les mots commerciaux au contexte culturel local, Nouméa, 2023.   Syn. spéc. (rare) : Carpophage* géant. Composés : V. articles ci-après. Encycl. : L'espèce est en voie de disparition et, de ce fait, très protégée. / En numèè* (langue kanak*) "nrùtù" désigne le même oiseau (Observatoire, 1983 : 169).  2. Cour. (Ducula pacifica pacifica Gm.). Pigeon, espèce de notou autrefois commun aux Iles Loyauté, mais aujourd'hui peu courant. Les notous sont en voie de disparition, surtout le notou* des îles*. Oral d'enquête 1990. Syn. : Notou* des Iles (cour.). Notou* de Lifou, notou* des Loyauté (rares).

Variante graphique (t.cour.) : Nautou*.

Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2023).

V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1018

NOTOU* DE LIFOU :

n.m. Rare. (Ducula pacifica pacifica Gm.). V. NOTOU (2). Répertorié notamment par Observatoire, 1990 : 188.

1018

NOTOU* DES ÎLES* :

n.m. Cour. (Ducula pacifica pacifica Gm.). V. NOTOU (2). Répertorié par Hannecart, 1983 : 50.

1019

NOTOU* DES LOYAUTÉ :

n.m. Rare. (Ducula pacifica pacifica Gm.). V. NOTOU (2). Répertorié notamment par Observatoire, 1990 : 188.

 

1019 NOUMÉEN,-NE :

n.et adj. T.cour. Personne originaire de Nouméa./ Relatif à Nouméa. C'est là que les Nouméens ont lu la nouvelle. Journal Les Nouvelles, 29/06/1990. (…) les roulottes* (…) le vrai fast food pour beaucoup de nouméens [sic.]. Recettes Moglia, 2004 : 64. Samedi matin, 746 familles nouméennes de bébés nés entre juin 2019 et mai 2019 ont été invitées par la ville. Journal Les Nouvelles, 09/2019. Les Nouméens et les habitants du Caillou* auront l’impression de reconnaître leur cité (…). Roman Simon, 2021 : 9. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

 

1020 NOUS AUTRES :

Ci-dessus : Carte postale (2020) présentant diverses expressions du français calédonien*, en haut à droite, comme un titre :  Lôngage* à* nouzautes ("Notre langage"). Crédit : Footprint Pacifique.

 

V. AUTRES (NOUS -).

 

1021

NOUS AUT’ :

Variante graphique de NOUS AUTRES : V. AUTRES (NOUS).  Les baby-cars* s’appellent « Casse* pas la tête » (…) « Ma jolie chérie », « Mon Dieu là-haut, Poisson* la mer », « Tous les nous* aut’ » (…). Prigent, 2006 : 98.

1021

NOUS AUTES :

Variante graphique de NOUS AUTRES : V. AUTRES (NOUS -). Vous l'avez amené dans les palétuviers*! [où on se fait piquer par les moustiques] Vous savez très bien qu'une peau de zoreille* c'est pas comme nous autes! BD Teg, 2002 : 56.

1022

NOUZAUTES :

Variante graphique de NOUS AUTRES : V. AUTRES (NOUS -). Lôngage à nouzautes! Titre d'une carte postale rassemblant diverses expressions locales, depuis 1992.

1023

NOUZÔTS :

Variante graphique de NOUS AUTRES : V. AUTRES (NOUS -). (…) t'as pas l'droit d'voter aux élections à nouzôts. BD Gielbé, 2004 : 21.

 

1024 NOYER :

n.m. Peu cour. (Neoguillauminia cleopatra Croiz). Grand arbre des forêts au latex caustique. Répertorié par Rageau, 1973 : 80. Syn. (rare) : Arbre* à lait.

1024 NUMÈÈ :

n.m. A.cour. Ethnolectal kanak* ou spéc. (employé soit par les Kanak* soit en contexte spéc.). Domaine : Linguistique. Langue kanak* de la région de Goro, Touaourou, comprenant les dialectes nââ* kwênyii -ou kwênyii*- (de l'Ile des Pins) et nââ* wêê –ou wêê*- (de l'Ile Ouen) (Haudricourt, 1979 : 17). Encycl.  : Toutes les langues kanak* sont des langues à tradition orale. Voir à l'article A'JIEË les caractéristiques des langues kanak* du sud dont le numèè fait partie. Nos langues dansent la danse de la terre... Kwènyii* [sic.], Wêê*, Numèè, Caac*, Le mât est planté sur la terre, Dans l'aire de la danse (…). W.Welepane, 1993 dans Anthologie, 1994 : 249. Aire coutumière drubea-kapumë [:] drubea* [/] kwényïï* [/] numèè. Site de l'Académie des Langues Kanak* (ALK), consultation 10/2022. Variante : Nââ* numèè. Norme phonétique : En alphabet latin, approximativement : "noumèè" (le "è" est prononcé plus ouvert qu'en français). Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

1025 NYÊLAYU :

n.m. Peu cour. Ethnolectal kanak* ou Spéc. Domaine : Linguistique. Langue kanak* de la région de Balade, Arama, et des Iles Belep (Haudricourt, 1979 : 17). Encycl.  : Toutes les langues kanak* sont des langues à tradition orale. Voir à l'article KUMAK les caractéristiques des langues kanak* du nord dont le yâlayu fait partie. Nos langues dansent la danse de la terre... (…) Nyâlayu, Jawé*, Soufflez le vent du grand* nord (…). W.Welepane, 1993 dans Anthologie, 1994 : 249. Le nyêlayu est parlé à Belep (pooc/haat) (...), Balade (...), Tiari et Arama (...). Site de l'Académie des Langues Kanak* (ALK), consultation 10/2022. Variantes : Nyâlayu*. Yâlayu. Yalâyu. Norme phonétique : [jãlaju] (en alphabet latin : "yanlayou" - le "â" étant une nasale correspondant à la graphie "an" du français). Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

1026 NYMPHIQUE :

n.f. Rare. Spéc. Domaine : Ornithologie. Nom donné à certaines perruches endémiques de Nouvelle-Calédonie et entrant dans la composition de leurs noms. Composés : v. ci-après.

1027

NYMPHIQUE* CORNUE :

n.f. Rare. Spéc. Domaine : Ornithologie. (Eunymphicus cornutus cornutus). V. PERRUCHE DE LA CHAINE. Répertorié par F.O.L., 1983 : 132.

1028

NYMPHIQUE* D'OUVÉA :

n.f. Rare. Spéc. Domaine : Ornithologie. (Eunymphicus cornutus uveaensis Layard). V. PERRUCHE D'OUVÉA. Répertorié par Observatoire, 1990 : 193.

 

1029

1029

MoDyCo

MoDyCo


Université Paris Nanterre
Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS
- MODYCO UMR 7114

MoDyCo

MoDyCo


Université Paris Nanterre
Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS
- MODYCO UMR 7114