Inventaire lexicographique du français calédonien

par Christine Pauleau



Introduction | A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Pour citer ce travail :
PAULEAU, C., Inventaire et observatoire lexicographiques du français calédonien (Nouvelle-Calédonie), bilan sociolinguistique sur le géolecte francocalédonien, Paris, site du laboratoire Modèles Dynamiques Corpus (MoDyCo), UMR 7114 du CNRS/ Université Paris Nanterre, depuis 2022, https://ressources.modyco.fr/dicocaledonien/

Cette oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International. CC BY-NC-ND 4.0

La recherche pour @lettre ^r* a trouvé 102 résultats

Lexique général (gros caractères) - Lexique flore/faune (petits caractères, termes rares en gris)

Entrées et sous-entrées
Items and subitems
1232 ::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: R :::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: :

1205 RADIO COCOTIER :

n.propre. Cour. Fam. Moyen imaginaire par lequel se transmet très rapidement une rumeur, circulant en réalité de bouche à oreille. Pour une fois, « Radio Cocotier » ne fonctionnait pas [note de bas de page : radio cocotier : le téléphone arabe]. Roman Tcherko, 2001 : 50. Consciente du regard, des dires et des ondes de radio-cocotier (…). Roman Gorodé, 2005 : 85. Le rédacteur (…) reprend les colportages des rumeurs de radio cocotier (…) et a le culot d'appeler [cela] des informations. Journal Kanak*, 03/2006. Equivalent hexagonal : Le téléphone arabe (DEL). Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

1206 RAIE :

n.f. T.cour. Terme du français de référence nommant les Batoïdes et entrant dans la composition de certaines lexies :

1207

RAIE* À LONGUE QUEUE :

n.f. Peu cour. (Himantura sp.). Raie de couleur sombre caractérisée par sa très longue queue. Répertorié par Laboute, 2000 : 102.

1208

RAIE* À POINTS NOIRS ET BLEUS :

n.f. Rare. Spéc. Domaine : Ichtyologie. (Dasyatis kuhlii Muller& Hendle). Raie de la famille des Dasyatidés, très fréquente, de couleur beige avec des points noirs et bleu-clair. Répertorié par Laboute, 2000 : 100.

1209

RAIE* À TÂCHES NOIRES :

n.f. Peu cour. (Taeniura meyeni Müller & Henle). Raie de la famille des Dasyatidés, au dos noir ou gris avec des tâches noires. Répertorié par Laboute, 2000 : 101.

1210

RAIE* ÉVENTAIL :

n.f. Peu cour. (Pastinachus sephen Forsskal). Raie de la famille des Dasyatidés, reconnaissable à une large membrane située sur l'extrémité de sa queue. Répertorié par Laboute, 2000 : 101.

1211

RAIE* GUITARE :

n.f. Peu cour. (Rhynchobatis djiddensis Forsskal). Raie de la famille des Rhinobatidés, dont la tête triangulaire est prolongée par des nageoires pectorales élargies, et qui possède aussi des nageoires dorsales ressemblant à celles des requins. Répertorié notamment par Laboute, 2000 : 100.

1212

RAIE* LÉOPARD :

n.f. Peu cour. (Aetobatus narinari Euphrasen). Grande raie (2,5m d'envergure) au dos foncé tâcheté de clair, avec une très longue queue munie de deux à six dards. Un cortège de raies léopard survole la passe de Motu Waaünyi. Récits Juncker, 2018 : 151. Dynamique : Emploi qui semble peu courant dans les pratiques, mais assez bien répertorié (notamment par Laboute, 2000 : 102) -Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2022.

1213

RAIE* MANTA :

n.f. Cour. (Manta birostris Donndorf). Raie gigantesque (en moyenne 4m d'envergure et jusqu'à 6m) à queue courte, sans dard. Répertorié par Laboute, 2000 : 105. Variante (a.cour.) : Manta*.

 

1206 RÂLE :

n.m. Cour. (Piliolimnas sp. / Porzana sp. / Rallus sp. / Tricholimnas sp.). Nom donné aux oiseaux de genres divers (tels que ceux précités), fréquentant en général les marais. Encycl. : Famille des Rallidés. Tu en as vu déjà des râles dans les marécages? Tu sais il y a le grand râle* et le petit* râle*... Oral d'enquête, 1991. Répertorié à l'écrit par Hannecart, 1980 : 66. Composés : V. ci-après. Norme : Il ne s'agit pas du même oiseau que le "râle" mentionné par le Petit Robert.

1207

GRAND* RÂLE* :

n.m. A.cour. Spéc. Domaine : Ornithologie. (Tricholimnas lafresnayanus Verr. et des Murs). Espèce de râle* (V. ce mot), d'une quarantaine de centimètres de hauteur, oiseau endémique, fréquentant les forêts et les marais, inapte au vol. Encycl. : Famille des Rallidés. Cette espèce, que l'on croyait disparue, semblerait être encore vivante (V. RÂLE DE LAFRESNAYE).  Tu en as vu déjà des râles* dans les marécages? Tu sais il y a le grand râle* et le petit* râle*... Oral  d'enquête, 1991. Syn.: Râle* (cour.). Râle* de Lafresnaye (rare, spéc.) (Hannecart, 1983 : 67).

1208

PETIT RÂLE* :

n.m. Peu cour. (Poliolimnas cinereus tannensis Forst.). Espèce de râle* (V. ce mot), d'une vingtaine de centimètres de hauteur, à ventre et "sourcils" blancs, peu répandu mais mentionné dans tout le Pacifique, fréquentant les étendues d'eau douce (Hannecart, 1983 : 66). Encycl. : Famille des Rallidés. Tu en as vu déjà des râles dans les marécages? Tu sais il y a le grand râle* et le petit* râle*... Oral spontané 1991. Syn. : Râle (cour.). Râle à sourcils blancs (rare, spéc.).

1209

RÂLE* À SOURCILS BLANCS :

n.m. Rare. Spéc. Domaine : Ornithologie.  (Poliolimnas cinereus tannensis). V. PETIT RÂLE. Répertorié par Hannecart, op.cit. Syn. (cour.) : Râle*.

1210

RÂLE* DE LAFRESNAYE :

n.m. Rare. Spéc. Domaine : Ornithologie.  (Tricholimnas lafresnayanus Verr. et des Murs). V. GRAND RÂLE. Des animaux que l'on croyait disparus (…) Le râle de Lafresnaye, qui n'avait pas été observé depuis une cinquantaine d'années serait encore présent dans la région du Mont Panié puisqu'un individu a été observé en novembre 1984. Manuel Ecologie, 1987 : 23. Syn. (cour.) : Râle*.

1211

RÂLE* NOIR :

n.m. Peu cour. (Porzana tabuensis tabuensis). Espèce de râle* (V. ce mot) de couleur noire. Répertorié par Observatoire, 1990 : 203. Syn. (cour.) : Râle*. 

 

1212 RALIA :

n.m. Peu cour. (Araliacées : Schefflera sp. / Myodocarpus sp.). Tout arbre de la famille des Araliacées et spécialement des genres Schefflera et Myodocarpus. Encycl. : Le nom scientifique "Araliacées" donne le nom commun ralia par troncation. / La famille des Araliacées est l'une des plus caractéristiques de la flore néo-calédonienne, (…) représentée par près de cent espèces d'arbustes et d'arbres, presque tous endémiques (Rageau, 1973 :67).  1. (Schefflera sp.) Arbre de forêt. Encycl. : Cet arbre est "l'essence la plus répandue" sur l'île de Lifou (Schmid, 1981 : 58). Répertorié par Schmid, op.cit.  2. (Myodocarpus sp.). V. BOIS-CAROTTE. Répertorié notamment par F.O.L., 1983 : 22.

1207 RALLIER LE BÉTAIL :

loc. verbale. Cour. Spéc. Domaine : Elevage. Conduire, guider, "rassembler le bétail à partir de différents points de stationnement" (F.O.L., 1983 : 17). C'est à cheval que le stockman* rallie le bétail dispersé. Répertorié à l'écrit également par Glasgow, 1968. Syn. (a.cour.) : Manier le bétail.

1208 RAMASSER :

v.intr. Cour. Fam. Etre sévèrement critiqué ou encore réprimandé, corrigé, battu. –J'espère qu'ils vont pas trop raconter de conneries [sur nous] –(…) C'est qu'à chaque fois on ramasse, nous! BD Berger, 2004 : 50. (…) mêle toi de tes affaires sinon tu vas ramasser! Roman Tcherko, 2003 : 86. -C'est ça le tableau que tu as peint? C'est nul! [une tierce personne :] -Là t'as ramassé hein? [=La critique a été dure]. Oral spontané, s.d. -Il devait leur annoncer aujourd'hui qu'il a raté son examen, il a dû ramasser! [= il a dû se faire réprimander]. Equivalents hexagonaux approximatifs : En prendre plein la gueule (DFNC). En prendre pour son grade (Ibid.). Prendre cher. Norme : Possible en français hexagonal mais peu cour. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

1209 RAMBOUTAN :

n.m. A.cour. (Nephellium lappaceum L.). Grand arbre originaire de Malaysie, au fruit ressemblant au letchi mais recouvert de long poils rouges, ce qui lui vaut son surnom de "letchi chevelu" dans certains pays. Encycl. : Le malais "rambut" signifie "cheveu". / Famille des Sapindacées. (…) des mélanges extraordinaires (…) des corossols*, des jacques*(…) des longanes ou des ramboutans (…). Moglia, 2004 : 99.

1209 RASCASSE :

1. n.f. Cour. (Synanceja verrucosa Bloch. & Schn.). V. STONE FISH. Les poissons peuvent (…) s'envenimer, rascasses scélérates (…). Roman Sénès, 1987 : 363. Composés : V. ci-après. Norme : Le mot rascasse désigne aussi, comme en français de référence, les scorpènes (poissons à grosse tête hérissée d'épines -Petit Robert).  2. Terme générique entrant dans la composition des noms de divers scorpènes : V. ci-après :

1210

RASCASSE* À BOSSE :

n.f. Peu cour. (Scorpoenopsis gibbosa). Poisson, espèce de rascasse* au dos bossu. Répertorié par Observatoire, 1990 : 203.

1211

RASCASSE* À FILAMENTS :

n.f. Peu cour. (Scorpoenopsis cirhosa). Poisson, espèce de rascasse* portant de nombreuses excroissances de peau à la tête. Répertorié par Observatoire, 1990 : 203.

1212

RASCASSE* CAILLOU :

n.f. A.cour. (Synanceja verrucosa Bloch. & Schn.).V. STONE FISH. La rascasse* caillou ou poisson pierre (stone* fish) (…) la rascasse caillou est un prédateur glouton (…).  Manuel Ecologie, 1987 : 62.

1213

RASCASSE* POULE :

n.f. Peu cour. (Pterois lunulata Schleg.) Rivaton, 1990 : 113. Poisson, espèce de rascasse* aux longues et élégantes nageoires filamenteuses et venimeuses, rayées de blanc et d'ocre. La rascasse poule est l'un des poissons les plus admirés à l'aquarium de Nouméa. On la trouve dans les passes et à l'extérieur du récif jusqu'à 40m de profondeur. Manuel Ecologie, 1987 : 63.

 

1210 REBARRER :

v.intr. T.cour. Repartir, retourner. V. BARRER. -Eh!* Quand tu vas rebarrer en Frônce [=en France] les mecs vont être fin* étonnés (…). BD Berger, 1989 : 28. Norme : Possible en français hexagonal pop. (selon informateurs) mais beaucoup moins courant. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2022).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1211 RELÉGUÉ :

n.m.  1. Vx. A l'époque du bagne, délinquant récidiviste, condamné en correctionnelle à être exilé dans une colonie, soit interné dans un établissement pénitentiaire de cette colonie, soit, s'il peut exercer une profession, livré à la vie publique et subsistant par ses propres moyens (d'après Barbançon, 1990 : 11). Un relégué offrait le lait de ses chèvres rétives. Roman Sénès, 1987 : 203.  2. T.cour. Vieilli. Insulte (Espèce de relégué!). Comme un concours de rhétorique entre les deux hommes, l’alcool faisant son effet. (…) - Figure de rélégué !  - Figure de tinette qui déborde ! Kurtovitch, 2013 : 38.  3. A.cour. (Therapon jarbua Forsskal). Poisson orné de trois bandes noires. Encycl. : Terme apparu probablement dès le XIXe siècle (Hollyman, 1971 : 917), ayant pour origine le nom d'une catégorie de détenus du bagne : V. ci-dessus. Répertorié notamment par F.O.L., 1983 : 150.  Syn.: Poisson-violon* (peu cour.). Gendarme* (rare).

Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2022).

1212 RÉMORA :

n.m. A.cour. (Echeneis naucrates L.). Poisson dont la tête est pourvue d'une ventouse qui lui permet de s'attacher à d'autres poissons. Encycl. : Ancien nom latin, souvent considéré (par erreur) comme mot tahitien (Observatoire, 1988 136). Famille des Echeneididae (Rivaton, 1990 : 118).  - (...) comment s'appelle-t-elle cette pièce? - Le jour où les rémoras lâcheront les requins*. Roman Derne, 2019 : 41. Quand on attrapait un rémora, on ne le tuait jamais sur le bateau parce que c’est plein de sang, un rémora. Barbançon, 2022 :  97. Syn.: Poisson* pilote, poisson-ventouse* (cour.).

1220 REQUIN :

Ci-dessus : Extrait du journal Les Nouvelles calédoniennes, 2012. Crédit : Gielbé.

 

n.m. T.cour. Terme du français de référence nommant les poissons de l'ordre des Pleurotrèmes et entrant dans la composition de certaines lexies :

 

1220

GRAND REQUIN* BLANC :

Variante de REQUIN BLANC. V. cette entrée. Les plus gros requins qui se nourrissent de plancton sont inoffensifs. Seules 35 espèces sont connues pour attaquer l'homme. Le grand requin blanc (mort* blanche ou mangeur* d'homme) et le requin* tigre sont réputés comme étant les plus dangereux. Manuel Ecologie, 1987 : 180.

1221

GRAND REQUIN* MARTEAU :

n.m. Peu cour. (Sphyrna mokarran Rüppell). Espèce de requin* marteau de grande taille. Répertorié par Laboute, 2000 : 97.

1222

REQUIN* À AILERON BLANC DU LAGON :

n.m. Rare. Spéc. Domaine : Ichtyologie. (Triaenodon obesus  Rüpell). V. POINTE BLANCHE. Encycl.: Famille des Hemigaleidae. Répertorié par Laboute, 2000 96.

1222

REQUIN* À HAUTE DORSALE :

n.m. Rare. Spéc. Domaine : Ichtyologie. (Carcharhinus plombeus Nardo). Espèce de requin* à la nageoire dorsale haute et très avancée. Répertorié par Laboute, 2000 93.

1222

REQUIN* À MUSEAU POINTU :

n.m. Rare. Spéc. Domaine : Ichtyologie. (Carcharinus limbatus Mull & Henle). Espèce de requin* de lagon, au museau pointu. Répertorié notamment par  Observatoire, 1988 136.

1222

REQUIN* À NAGEOIRES RONDES :

n.m. Rare. Spéc. Domaine : Ichtyologie. (Carcharinus longimanus Poey). Espèce de requin du large, dont les nageoires ont les extrémités arrondies. Répertorié par  Observatoire, 1988 136.

1222

REQUIN* À POINTE* BLANCHE :

Variante de POINTE BLANCHE et REQUIN POINTE BLANCHE. V. ces entrées. Répertorié par Observatoire, 1988 : 136.

1222

REQUIN* À POINTE* NOIRE :

Variante de POINTE NOIRE et de REQUIN POINTE NOIRE. V. ces entrées. Répertorié par Observatoire, 1988 : 136.

1223

REQUIN* BALEINE :

n.m. A.cour. (Rhinchodon typus Smith). Espèce de requin de la famille des Rhinchodontidae : "le plus grand requin tropical" (Observatoire, 1988 : 136). Répertorié notamment par Observatoire, op.cit.

1223

REQUIN* BLANC :

n.m. T.cour. Spéc. Domaine : Ichtyologie. (Carcharodon carcharias Linné.). Requin* de grande taille réputé dangereux pour l'homme. Encycl. : Famille des Lamnidae (Rivaton, 1990 : 84). Répertorié par Observatoire, 1990 : 204. Syn. : Requin* (t.cour.). Mangeur* d'homme, mort* blanche (rares, spéc.). Variantes : Grand* requin blanc (t.cour.). Grand* blanc (cour.). Requin blanc de la mort (rare, spéc.).

1224

REQUIN* BLANC DE LA MORT :

Variante de.REQUIN BLANC. V. cette entrée. Répertorié par Observatoire, 1990 : 204.

1224

REQUIN*-BOULEDOGUE :

n.m. Cour.(Carcharhinus leucas Müller&Henle). Requin* au grand corps trapu dont le haut est gris et le bas blanc. Jeudi dernier un requin-bouledogue a été signalé entre la Baie-des-Citrons et l’Anse-vata. Journal Les Nouvelles, 29/07/2019. La pêche aux requins-bouledogue a repris – 8/11/2019 (titre d'un extrait du journal d'information de NC1ere sur Youtube). Norme : Terme stable (selon la récolte de données de 2019).

1225

REQUIN* CHAT À TÂCHES BLANCHES :

n.f. Rare. Spéc. Domaine : Ichtyologie. (Aulohalaelurus kanakorum  Séret). Espèce de requin* nocturne, au corps brun avec des tâches blanches et rondes. Encycl. : Famille des Scyliorhinidae. Répertorié par Laboute, 2000 : 88. Syn. (peu cour.) : Roussette* à tâches blanches.

1225

REQUIN* CITRON :

n.m. A.cour. (Negaprion acutidens Rüppell). Espèce de requin* généralement inoffensif mais à la gueule et aux dents recourbées très impressionnantes. Encycl. : Famille des Carcharhinidae. Répertorié par Laboute, 2000 : 95.

1225

REQUIN*-CORAIL :

n.m. A.cour. V. POINTE BLANCHEAutour de la 4e bouée, des loches*, des requins-corail (…) vous accueillent autour d’une « patate »*. Origin’air Magazine, juin 2022. Norme : Terme stable (selon la récolte de données de 2022).

1226

REQUIN* DE RÉCIF :

n.m. A.cour. (Carcharodon carcharias Linné.). V. REQUIN GRIS. On a vu un requin de récif quand on est venus là hier. Oral spontané, 1990.

1227

REQUIN* DE RÉCIF À AILERON NOIR :

n.m. Rare. Spéc. Domaine : Ichtyologie. (Carcharinus melanopterus Quoy & Gaim.). V. POINTE NOIRE. Répertorié par Laboute, 2000 : 92.

1227

REQUIN* DORMEUR :

n.m. A.cour. (Nebrius ferrugineus Lesson). Espèce de requin*, qu'on trouve au repos le jour sous les massifs coralliens. Encycl. : Famille des Ginglymostomatidae. Répertorié par Laboute, 2000 : 86. Syn. (peu cour.) : Requin* nourrice.

1228

REQUIN* GRIS :

n.m. T.cour. (Carcharinus amblyrhynchos Bl.). Espèce de requin* le plus commun aux alentours des récifs. Encycl. : Famille des Carcharhinidés. (…) d'autres requins comme le requin gris, semblent avoir une activité sédentaire. Manuel Ecologie, 1987 :179. On se donnait des airs de caïds jusqu'à cette histoire de requin gris. Récits Juncker, 2018 : 51. Syn. : Requin* (t.cour.). Requin* de récif (peu cour.). Variante (peu cour.) : Requin* gris de récif.

1229

REQUIN* GRIS DE RÉCIF :

Variante de REQUIN GRIS. V. ce mot. Répertorié par Laboute, 2000 : 90.

1229

REQUIN* LÉOPARD :

n.m. A.cour. (Stegostoma fasciatum Hermann). Requin inoffensif au ventre blanc et à la robe léopard (le juvénile est zébré noir et blanc d'où son autre nom commun de requin zèbre). Le requin-léopard reste couché sur le fond, indifférent au plongeur. Récits Juncker, 2018 : 156.  Syn. : Requin* zèbre. Variante graphique : Requin-léopard. Dynamique : Emploi stable, répertorié par Observatoire, 1988 : 137, attesté en 2018 (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2022).

1230

REQUIN* MAKO :

n.m. A.cour. (Isurus oxyrhinchus Rafinesque). V. VEAU DE MER. Répertorié par Laboute, 2000 : 88.

1231

REQUIN* MARTEAU :

n.m. A.cour. (Sphyrna lewini Griffith & Smith). Espèce de requin* dont "le bord antérieur de la curieuse tête est plutôt convexe" (Laboute, 2000 : 97). Encycl. : Famille des Sphyrnidae. Un escadron de requins marteaux surgit derrière l’épaule de Siméon. Récits Juncker, 2018 : 152. Composé: Grand requin* marteau. Dynamique : Emploi stable -Répertorié notamment par Laboute, op.cit.- (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2022).

1233

REQUIN* NOURRICE :

n.m. Peu cour. (Nebrius ferrugineus Lesson). V. REQUIN DORMEUR. Répertorié par Laboute, 2000 : 86.

1233

REQUIN* PEAU BLEUE :

n.m. Peu cour. (Prionace glauca Linnaeus). Espèce de requin* au corps élancé, au museau long et pointu, au dos bleu nuit. Encycl. : Famille des Carcharhinidae. Répertorié par Laboute, 2000 : 96. Variante : (peu cour.) : Peau* bleue.

1234

REQUIN POINTE BLANCHE :

Variante de POINTE BLANCHE. V. cette entrée.

1235

REQUIN POINTE NOIRE :

Variante de POINTE NOIRE. V. cette entrée. Tu connais les requins pointes noires? Oral spontané s.d.  Il ralentit le pas pour ne pas interrompre les remous (…) Un requin qui agitait la queue en l’air, un requin pointe noire.  Récits Juncker, 2018 : 89. Dynamique : Variante qui reste stable, peu courante.

1236

REQUIN* RENARD :

n.m. Peu cour. (Alopias vulpinus Bonnaterre). Espèce de requin à petite gueule (donc inoffensif) et à longue queue (lui servant d'arme pour rassembler et assommer ses proies). Le chasseur ressentit une vive frappe sur la cuisse (...) un grand requin  (...) sa queue était immense ... un requin-renard. Récits Juncker, 2018 : 86. Encycl. : Famille des Alopidae. Norme : Terme peu répertorié -répertorié par Laboute, 2000 : 87. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

1236

REQUIN* TIGRE :

n.m. T.cour. (Galeocerdo cuvieri Le Sueur) (Observatoire, 1988 : 138.). Espèce de requin* au corps orné de bandes verticales. Encycl. : Famille des Carcharinidés. Le grand* requin blanc (…) et le requin tigre sont réputés comme étant les plus dangereux. Manuel Ecologie, 1987 : 180. Mardi, un requin-tigre et ses petits ont été aperçus par drone au large de la plage du Méridien. Journal Les Nouvelles, 08/2019. Norme : Terme stable (selon la récolte de données de 2019).

1237

REQUIN* ZÈBRE :

V. REQUIN* LÉOPARD.

 

1216 RÉRÉ :

Attesté uniquement à l'oral. n.m. Cour. Fam. Homosexuel. Connotation : Tahitienne. Il fait plein de manières, il est pas un peu réré? Oral spontané, s.d. Encycl. : Lemaître (1986) mentionne le mot tahitien raerae : homosexuel. Norme phonétique : Se prononce en roulant le "r" (à la tahitienne) ou non. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

1217 RÉSIDENCE (LA -) :

n.f.déf. Cour. Vieilli. Le Haut commissariat de la République. V. HAUT- COMMISSARIAT. Ils s'arrêtèrent quelques secondes devant le haut-commisariat*, et le champion (…) enleva ostensiblement son maillot jaune pour l'accrocher aux grilles de la résidence en signe d'écoeurement. L.Leroux, 1986 dans Anthologie, 1994 : 227.    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1218 RESTER :

v.intr. T.cour. Fam. ou sociolectal (pop.) Ethnolectal non européen. Habiter. Encycl. : Archaïsme en usage dans bien d'autres régions francophones, notamment les Antilles et l'Afrique. (…) je reste en ce moment à Koumac avec mon père car il a trouvé du travail à la mine de la Thiébaghi. Album Sebban, 1984 : 5. (…) il [ton fils]. ne reste pas chez toi. Roman Sénès, 1987 : 199. Tu restes où? Oral spontané, s.d. Locution : Rester net* -V NET 1; rester avec -V. ci-après. Norme : Mentionné par le Petit Robert comme terme régional. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1219

RESTER AVEC :

loc.verbale. Cour. Fam. ou sociolectal (pop.). Ethnolectal non européen. Vivre avec, en concubinage. (…) il reste avec ma grand-mère mais je ne suis pas sa petite fille. Roman Gorodé, 2005 : 140. Dynamique : Selon l'enquête de 2005, terme apparemment stable.

 

1219 RHIPIDURE À COLLIER :

n.m. Rare. Spéc. Domaine : Ornithologie. (Rhipidura spilodera verreauxi). V. PETIT LÈVE-QUEUE. Répertorié notamment par Hannecart, 1980 : 13.

1219 RHIPIDURE TÂCHETÉ :

n.m. Rare. Spéc. Domaine : Ornithologie. (Rhipidura spilodera verreauxi).V. LÈVE-QUEUE. Répertorié notamment par Hannecart, 1980 : 53.

1219 RIZ-BAMBOU :

n.m. Peu cour. (Oryza neocaledonica). Variété de riz endémique à la Nouvelle-Calédonie, adapté à la sécheresse. Encycl. : Famille des Graminées. / Cette variété a été découverte en 1993 à Pouembout (site foretseche.nc, 2006). Oryza neocaledonica, le riz-bambou. Site foretseche.nc, 2006.

1219 ROBE MISSION :

n.f. T.cour. Robe ample de coton très léger, imprimé de fleurs aux couleurs vives (généralement des hibiscus*), et bordée de dentelle blanche, qui se porte étoffée de jupons : elle fut imposée par les missionnaires aux femmes kanak* pour couvrir leur nudité. Aujourd'hui, la robe mission se confectionne avec des tissus plus colorés et avec moins de dentelles : très confortable par temps chaud, elle est portée par nombre de femmes kanak* et également dans les autres groupes culturels. V. MANOU. Les produits comme (…) les robes mission (…) ont rencontré le succès habituel. Journal Les Nouvelles, 23/06/1990. (…) une femme sortit sur le seuil, s’essuyant les mains sur sa robe mission [note de bas de page : robe mission ou robe* popinée* : a été imposé par les missionnaires pour cacher la nudité des femmes (…)]. Roman Tcherko, 2001 : 54. Ils laissent passer les femmes élégamment vêtues de robes mission en soie. Gorodé, 2019 : 17. [Le jeu vidéo calédonien* Tchia] s’est largement inspiré (…) de nombreuses références locales comme le bibiche*, les claquettes* et la robe mission. Site la1ere.francetvinfo.fr, 11/2023. Syn. (t.cour.) : Robe* popinée*. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2023).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1221

ROBE POPINÉE* :

n.f. T.cour. Fam. V. ROBE MISSION. (…) s’essuyant les mains sur sa robe* mission [note de bas de page : robe* mission ou robe popinée* : a été imposé par les missionnaires pour cacher la nudité des femmes (…)]. Roman Tcherko, 2001 : 54. (…) on se taillait nous-mêmes nos petits modèles d'ensembles ou de robes popinées (…). Roman Gorodé, 2005 : 69. Les femmes choisissent leur robe popinée dans les mêmes palettes de couleur (…). Récits Juncker, 2018 : 154. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).  V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

 

1227 ROSE DE BOIS :

n.f. A.cour. (Merremia tuberosa L.). Liane aux feuilles palmées, aux fleurs jaunes et aux fruits entourés de cinq pétales rigides couleur bois. Encycl. : Famille des Convolvulacées. / L'anglais "wood rose" désigne la même plante. Répertorié notamment par Godard, 1978 : 224.

1221 ROSEAU :

n.m. T.cour. (Graminées : Arundo donax L. / Miscanthus floridulus Warb.  / Phragmites australis Trin. ) (Rageau, 1973 : 135 / Toutain, 1989 :7). Toute plante des marais ou des terrains humides, à tiges droites et de section ronde et spécialement les Graminées cités ci-avant. Elle [la rivière] épousait la brise (…)  faisait vibrer les roseaux. Roman Sénès, 1987 : 275. Syn. (cour.) : Jonc*. Composés : V. ci-après.

1222

ROSEAU* À BALAIS :

n.m. Peu cour. (Graminée). Variété de roseau*. Répertorié par B.Suprin, botaniste du parc forestier de Nouméa. Syn. (t.cour.) : Roseau*.

1223

ROSEAU* À PERLES :

n.m. Peu cour. (Graminée). Variété de roseau*. Répertorié par B.Suprin, botaniste du parc forestier de Nouméa. Syn. (t.cour.) : Roseau*.

1224

ROSEAU* CANAQUE :

n.m. Rare. (Miscanthus japonicus Anders.). Variété de roseau* poussant surtout en brousse (selon informateur). Répertorié par B.Suprin, botaniste du parc forestier de Nouméa. Répertorié également par Lormée, 2011 : https://books.openedition.org/irdeditions/37527. Syn. (t.cour.) : Roseau*. Variante : La variante « roseau kanak » n’est pas attestée (Pauleau, enquête linguistique, 2022).

1225

ROSEAU* DE MARAIS :

n.m. Peu cour. (Cladium mariscus Pohl.). Variété de roseau* poussant en milieu humide. Répertorié par B.Suprin, botaniste du parc forestier de Nouméa. Syn. (t.cour.) : Roseau*.

1226

ROSEAU* DU JAPON :

n.m. Peu cour. (Graminée). Variété de roseau*. Répertorié par B.Suprin, botaniste du parc forestier de Nouméa. Syn. (t.cour.) : Roseau*.

 

1221 ROSSIGNOL :

n.m. A.cour. (Eopsaltria flaviventris Sharpe). Petit oiseau (15cm) endémique dont le plumage du ventre est jaune, "visible en forêt, souvent au sol à la recherche de sa nourriture" (Hannecart, 1980 : 48) et seulement sur la Grande-Terre* (Observatoire, 1983 : 174). Encycl. : Famille des Muscicapidés. Répertorié par Hannecart, op.cit. Le rossignol à ventre jaune. (…) Régime alimentaire : le rossignol est insectivore (…). Pancarte dans un parc naturel (Rivière bleue), 2022.  Syn. (rare, spéc.) : Rossignol* à ventre jaune.

1221

ROSSIGNOL* À VENTRE JAUNE :

n.m. Rare. Spéc. Domaine : Ornithologie. (Eopsaltria flaviventris Sharpe). V. ROSSIGNOL. Les oiseaux forestiers et leurs nids : rossignol à ventre jaune (…). Manuel Ecologie, 1987 : 118. Le rossignol à ventre jaune. (…) Chant : chants puissants mélodieux très variés (…). Pancarte dans un parc naturel (Rivière bleue), 2022.

 

1222 ROUGAIL :

n.m. Cour. Plat d'accompagnement d'origine indienne, servi en particulier avec le curry*. En Nouvelle-Calédonie, il peut agrémenter tout plat de poisson ou de viande, et ses ingrédients varient de la tomate à l'aubergine, la papaye verte, ou la mangue, qui sont ainsi préparées crues ou cuites, "avec force piment, ail, huile" (F.O.L., 1983 : 153). Encycl. : Terme en usage évidemment dans les pays francophones de l'océan indien, notamment l'Ile Maurice (Nallatamby, 1995) et La Réunion (site BDLP, 2006). / Le tamoul "uru-kay" désigne le même plat (Nallatamby, 1995). Rougail de mangue* [: titre de recette]. (…) Vous pouvez servir ce poisson avec un rougaïe de tomates (…). Recettes Masachs, 1980 : 48;67. (…) on se repaît de rougailles de mangues* (…). Roman Sénès, 1987 : 331. Variantes graphiques : Rougaïe, rougaille.

1223 ROUGE GORGE :

n.m. Peu cour. (Myzomela dibapha caledonica Forbes). Très petit oiseau (10cm) dont la tête et le haut du corps sont rouge vif, visible sur la Grande-Terre* et à l'Ile des Pins, en forêt comme en savane, dans les arbres en fleurs dont il suce le nectar (Hannecart, 1980 : 70). Encycl. : Famille des Méliphagées. Répertorié par Observatoire, 1983 : 162. Syn. : Colibri*, oiseau –mouche*(peu cour.). Sucrier écarlate* (rare).

1223 ROUGET :

n.m. T.cour. (Lutjanus sp. -Lutjanidés, Parupeneus sp., Upeneus sp. -Mullidés, Nemipterus peroni Val. -Némiptéridés). Nom donné aux poissons de couleur rougeâtre ou rose, et spécialement ceux cités ci-dessus. Vous savez quand on sort un rouget de l'eau c'est un vrai bijou : il ouvre ses nageoires qui prennent dans la lumière les reflets de l'arc en ciel. Album Sebban, 1984 : 19. (…) c’est pas comme la pêche au (…) rouget (…) c’est une tout autre pêche… Récits Juncker, 2018 :16. Rouget fumé aux feuilles d’acacia* (…) Ingrédients : 1 kg de rouget, 300g d’épinard* kanak*, (…). Origin’air Magazine, juin 2022. Composés : V. ci-après (remarque : le composé "rouget-barbet" relève du français méditerranéen et n'est donc pas traité ici -Laboute, 2000 : 279). Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1224

ROUGET *DE JOUR :

n.m. T.cour. (Nemipterus peroni Val.). Petit poisson (rouget*) rose à reflets dorés, pêché le plus souvent pendant la journée. Encycl. : Famille des Némiptéridés. Le temps a l'air bon, il n'y a pas de vent, on pêchera les"'rougets de jour". Album Sebban, 1984 : 18. Prix annuels (…) prix mini (…) rouget de jour 950 [F C.F.P.*] (…). Document du gouvernement de Nouvelle-Calédonie : dam.gouv.nc, 2020. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1225

ROUGET *DE NUIT :

n.m. T.cour. (Lutjanus amabilis De Vis). Petit poisson (rouget*), brillant, à bande latérale jaune, facilement pêché à la ligne, souvent de nuit, à la chair très appréciée. Encycl. : Famille des Lutjanidés. Tu viens avec nous ce soir, on va faire les rougets de nuit? Oral spontané, s.d. Rouget de nuit : 980F[C.F.P.*]/KG. Journal Les Nouvelles, 05/2005. Les poissons récifo-lagonaires vendus en filet : (…) le rouget de nuit (…). Document du gouvernement de Nouvelle-Calédonie : dam.gouv.nc, 2020. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1226

ROUGET* DE PALÉTUVIER* :

n.m. A.cour. (Lutjanus argentimaculatus Forssk.). Poisson (rouget*) rougeâtre, rouge ou rose. On a l’habitude de pêcher ce genre de poissons. C’est principalement des picots* (…) des rougets de palétuvier* (…). la1ere.francetvinfo.fr, 01/2022. Syn.: Vieille* (a.cour.). Vieille* de palétuvier (peu cour.). Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2022).

 

1227 ROUGETTE :

n.f. A.cour. (Euphorbia neocaledonica Boiss.). Herbe basse des pelouses de villages de brousse ou des terraines vagues. Encycl. : Rageau (1973 : 77) donne l'identification Euphorbia prostata AIT. / Possède des propriétés médicinales. Répertorié notamment par Observatoire, 1990 80.

1226 ROULER + complément + À COUPS DE BOTTES :

Attesté à l'oral uniquement. T.cour. Fam. ou sociolectal (pop.). Battre, frapper. V. ASTIQUER (I.1.). J'ai pris la roussette* j'lai roulée à coups d' bottes (…) après la roussette* elle demandait pardon! Sketch Valéry, 1989.

1227 ROULOTTE :

n.m. Cour. Fam. Camionnette de marchand ambulant. V. CAMION. Elément incontournable de la vie nocturne à Nouméa, les roulottes, où jusqu'à une heure avancée de la nuit on vous sert à manger pour pas cher dans des barquettes à emporter. [note de bas de page : on dit d'ailleurs indifféremment : "Aller aux roulottes" ou 'Aller au porc* au sucre"]. Recettes Moglia, 2004 : 64. Collocation fréquente : V. ci-après. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1228

ALLER AUX ROULOTTES* :

loc. verbale. Cour. Fam. Aller acheter à manger aux camionnettes de marchand ambulants : V. ROULOTTE. (…) les roulottes où jusqu'à une heure avancée de la nuit on vous sert à manger (…) on dit d'ailleurs (…) : "Aller aux roulotte" (…). Recettes Moglia, 2004 : 64. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

 

1229 ROUSSETTE :

 1. n.f. T.cour. (Pteropus spp. / P. ornatus). Nom donné aux grandes chauve-souris, notamment du genre Pteropus et spécialement Pteropus ornatus : nocturnes et frugivores, les roussettes (dont la chasse est réglementée) sont très recherchées pour leur chair fine et parfumée. Encycl. : Terme apparu probablement dès le XIXe siècle (Hollyman, 1971 : 917). / La chasse à la roussette est très réglementée afin de protéger ce mammifère, dont on compte quatre ou cinq espèces dans le pays, dont certaines sont endémiques. Droits de chasse : (…) –Les roussettes du 1er avril au 1er juin (de 6h à 18h). Journal Les Nouvelles, 02/06/1990. C'est la saison des roussettes. Nouvelles Ihage-Gorodé, 2002 : 19. Vente de produits, (…), restauration (roussettes, anguilles…). Programme culturel de la Province Sud, 04/2005. (…) on y accède par le col des Roussettes (…). Brochure touristique d’Aircalin, 2022. Les Kanak* considèrent la forêt comme un temple vivant (…) Les animaux  y incarnent l’esprit des divinités, à l’instar du grand lézard, du notou* et de la roussette. Etiquette de l’exposition Mue, faire corps, Centre culturel Tjibaou, 2022. Composés : V. ci après. Norme : En français hexagonal, ce mot est d'usage cour. au sens de "poisson", mais rare au sens de "chauve-souris", les deux sens étant toutefois répertoriés par le Petit Robert. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).  2. Peu cour. Nom donné à certains requins : v. ROUSSETTE* À TÂCHES BLANCHES, ci-après.  3. Attesté à l'oral uniquement. n.f. Peu cour. Fam. Femme (jeune fille/petite fille) kanak*. Connotation : Souvent péjorative. C'est pas une blanche c'est une roussette... Syn. : V. PONOCHE.

V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1230

NID DE ROUSSETTE* :

n.m. A.cour. Regroupement de roussettes* à un même endroit (arbre, grotte...). Un braconnier (…) peut faire des ravages dans un nid de roussettes* comme celui-ci et décimer des dizaines d'animaux [: légende d'illustration]. (…) Nous allons réaliser (…) un inventaire des nids (…). Journal Le Pays, 04/2006.    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1231

ROUSSETTE* À QUEUE :

n.f. Peu cour. (Identification scientifique?). Espèce de roussette* ayant une queue, comparable à celle des rongeurs. Une des plus curieuses [roussette*] est la roussette* à queue, qui possède une queue libre comme celle d'un rongeur, de 5 à 6 cm. Elle vit dans certaines grottes, à Poya,  Hienghène et au col d'Amieu. Journal Le pays, 04/2006. Syn. : Roussette* (t.cour.).

1232

ROUSSETTE* À TACHES BLANCHES :

n.f. Peu cour. (Aulohalaelurus kanakorum  Séret). V. Requin* chat à tâches blanches. Répertorié par Laboute, 2000 : 88.

1233

ROUSSETTE* DES ROCHERS :

n.f. Peu cour. (Pteropus macmilliani). V. ROUSSETTE DES CAILLOUX. La roussette* des rochers  (…) cette espèce est endémique au Territoire* où elle voisine avec trois ou quatre espèces. Manuel Ecologie, 1987 : 281. Variante : Roussette des roches.

1234

ROUSSETTE* DES CAILLOUX :

n.f. Peu cour. (Pteropus macmilliani) (CTRDP, 1987 : 281). Espèce de roussette* endémique, de petite taille. Syn. : Roussette* (t.cour.). Roussette des roches, roussette* des rochers (peu cour.).

1235

ROUSSETTE* DU PACIFIQUE :

n.f. Peu cour. (Pteropus tonganus). Espèce de roussette* très répandue en Océanie. La roussette* du Pacifique (…), répandue dans beaucoup d'archipels du Pacifique, est également présente dans l'archipel calédonien*. Journal Le pays, 04/2006. Syn. : Roussette* (t.cour.).

1236

ROUSSETTE* ROUSSE :

n.f. Peu cour. (Pteropus ornatus). Espèce de roussette* la plus répandue, endémique, au poil roux et long lui donnant une allure ébouriffée, à la chair très appréciée (la chasse à la roussette est une chasse réglementée). La roussette* rousse, endémique, est la plus répandue et la plus recherchée par les amateurs de gibier (Pteropus ornatus et Ptéropus ornatus auratus). Journal Le pays, 04/2006. Syn. : Roussette* (t.cour.).

 

1237 ROUTE À HORAIRE :

n.f. T.cour. Route réglementée par un horaire autorisant le passage alternativement dans un sens puis dans l’autre, car trop étroite pour permettre les deux sens. Encycl. : L’horaire est en général de trente à cinquante minutes dans chaque sens. Il ne reste en 2019 qu’une seule route à horaires en Nouvelle-Calédonie, celle de Nakety. La dernière route à horaires de Nouvelle-Calédonie (…). Les obstacles restent néanmoins nombreux à certains passages, d'autant que le lieu abrite des endroits tabous* inviolables. La route restera en circulation alternée.  Site la1ere.francetvinfo.fr/nouvellecaledonie, 04/2019.

1231 RPC :

sigle. Vx. Rassemblement pour la Calédonie* : parti politique des années 1970 prônant une société multiculturelle (multiethnique, selon un terme davantage usité à cette époque). Encycl. : Parti dont la durée de vie est écourtée (1977-1978).   1978 : […) le RPC devient le RPCR* (…)  avec l’emprise du RPR de Jacques Chirac (…). Essai Mokaddem, 2018 : 72.

1231 RPCR :

sigle. Vieilli. Rassemblement pour la Calédonie* dans la république  : parti politique loyaliste*. Encycl. : Ce parti prend le nom de Rassemblement-UMP de 2004 à 2014. Au congrès*, le RPCR a la majorité. Journal Bwenando 07/1986. Campagne électorale : RPCR et FLNKS* seuls sur les ondes. Journal Les Nouvelles, 10/1988.

1231 RUAMM :

sigle. T.cour. Régime unifié d'assurance maladie et maternité : assurance maladie de la CAFAT* -v. cette entrée. Il aurait fallu que l’on puisse disposer d’un ou deux ans de plus pour aller au bout des réformes. Par exemple, la réforme de la CAFAT*, ce qu’on appelle aujourd’hui le RUAMM (…) nous n’avons pas eu le temps de la mettre en place. Entretien Barbançon, 2022 : 232. Les soins délivrés hors de la Nouvelle-Calédonie peuvent également vous être remboursés par le RUAMM. Site cafat.nc, 2023.

1231 RUN :

n.m. Peu cour. Spéc. Domaine : Elevage. Grand enclos pour les bovins. Encycl. : Le terme run "a été emprunté en Nouvelle-Calédonie à l'Australie (…). (…) dans la plupart des cas, cette dénomination est réservée aux grands enclos (par opposition aux petits enclos ou paddocks*)". Glasgow, 1968 : 57;287. (…) on peut le voir (…) épiant les colons sur leurs runs de cinq cents à mille hectares (…). Roman Sénès, 1987 : 65. (…) il a ouvert les barrières des runs, poussé le bétail dans les paddocks* (…). Nouvelles Jacques, 2000 : 28. Norme phonétique : En alphabet latin, "reune" ou "rone".    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1231

1231

MoDyCo

MoDyCo


Université Paris Nanterre
Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS
- MODYCO UMR 7114

MoDyCo

MoDyCo


Université Paris Nanterre
Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS
- MODYCO UMR 7114