Inventaire lexicographique du français calédonien

par Christine Pauleau



Introduction | A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Pour citer ce travail :
PAULEAU, C., Inventaire et observatoire lexicographiques du français calédonien (Nouvelle-Calédonie), bilan sociolinguistique sur le géolecte francocalédonien, Paris, site du laboratoire Modèles Dynamiques Corpus (MoDyCo), UMR 7114 du CNRS/ Université Paris Nanterre, depuis 2022, https://ressources.modyco.fr/dicocaledonien/

Cette oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International. CC BY-NC-ND 4.0

La recherche pour @lettre ^s* a trouvé 121 résultats

Lexique général (gros caractères) - Lexique flore/faune (petits caractères, termes rares en gris)

Entrées et sous-entrées
Items and subitems
1291 ::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: S :::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: :

1232 SABOT DE SAINT JOSEPH :

n.m. A.cour.  (Angelonia salicariaefolia). Plante aux fleurs panachées de blanc et violet, disposées en grappes terminales. Encycl. : Famille des Scrophulariacées. Répertorié par Godard, 1978 : 176.

1233 SABRE D'ABATTIS :

n.m. T.cour. Sabre utilisé pour tous types de travaux, en particulier pour nettoyer les terrains envahis de végétation (débroussage*). Encycl. : Fait partie, avec la barre* à mine (V. ce mot), des outils préférés du Calédonien*, omniprésents dans la vie quotidienne du broussard*. Faucillée au sabre d'abattis, la luzerne sentait bon. Roman Sénès, 1987 : 45. (…) donne moi le numéro du mec au sabre d’abattis (…). [: auditeur] Oral radio, 05/2005 (petites annonces). Et chez nous, les conflits se règlent souvent à coup de sabre d'abattis... Journal Le Pays, 04/2006. La petite troupe égarée dans une jungle inconnue (…) Dommage qu’ils n’aient plus le sabre d’abattis (…). Roman Simon, 2021 : 223. Syn. : Coupe-coupe* (t.cour.). Tamioc* (cour.). Grand* couteau (cour.). Couteau* (a.cour.). Variante : sabre (cour.).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1234 SAFRAN :

n.m. Cour.  1. (Curcuma longa L.). Plante aromatique. Trocas* au riz (…) Ajoutez la racine de safran rapée (…). Recettes Masachs, 1980 : 14.  2. Aromate extrait des stigmates de la plante décrite en 1., appelé "curcuma" en français hexagonalDans les plats indiens, nous [les Calédoniens*] on met du safran. Oral spontané, 1990. (…) le safran calédonien* : (…) largement utilisé dans la cuisine calédonienne* sous le nom de safran. Journal Votre économie, 06/2005. Moules, safran, choux-chine*, au cours de la journée, les équipes sont allées faire des courses au marché. Journal Les Nouvelles, 08/2019. Norme : V. CURRY.

Encycl. : Terme en usage notamment à La Réunion et à Madagascar (site BDLP, 2006), ainsi qu'à l'Ile Maurice (Nallatamby, 1995).

Syn. : Curry* (cour.). Curry* calédonien (a.cour.).

Variantes : faux* safran, safran* calédonien, safran* du pays (a.cour.).

Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1235

FAUX* SAFRAN* :

Variante de SAFRAN. V. ce mot. Répertorié par Observatoire, 1990 : 165.

1236

SAFRAN* CALÉDONIEN* :

Variante de  SAFRAN. V. ce mot. (…) le safran calédonien*  : (…) largement utilisé dans la cuisine calédonienne* (…). Journal Votre économie, 06/2005.

1237

SAFRAN* DU PAYS :

Variante de  SAFRAN. V. ce mot. Répertorié par F.O.L., 1983 : 155.

 

1235 SAGAÏE :

n.f. T.cour. Sagaie : lance au manche de bois terminé par plusieurs pointes de métal, utilisée en particulier pour la pêche. (…) on a piqué* des crabes* à la sagaïe (…). A.D.G., 1988 dans Littérature NC : 52. Le pêcheur prit aussitôt sa sagaïe (…)[note de bas de page : sagaïe : lance (…)]. Roman Drozd, 2000 : 8. Les garçons (...) taquinaient Alain sur la petite taille du poisson qu'il avait piqué à la sagaïe (...). Récits Juncker, 2018 : 32. Couvrir à l’épervier une boulette* de picots* ! (…). Piquer à la sagaïe un poulpe (…).  La pêche a gravé en moi des images de la Calédonie* (…). Entretien Barbançon, 2022 : 100.  Norme phonétique : [sagaj] (en alphabet latin : "sagaille"). Locution : V. ci-après. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1236

BARRER* COMME UNE SAGAÏE* :

V. BARRER.    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1237 SAGOUTIER :

n.m. Rare. (Metroxylon warburgii (Heim.) Beccari) (Walter, 2003 : 162). Palmier arborescent à la grosse inflorescence érigée à son sommet poussant en milieu humide. Encycl. : Famille des Metroxylinae. / Arbre rare dans l'archipel calédonien* (?). Répertorié par Observatoire, 1990 : 80. Variante (rare) : Sagou*.

1238

SAGOU :

Variante de SAGOUTIER. V. cette entrée. Répertorié par Walter, 2003 : 162.

 

1238 SAINBOIS :

n.m. A.cour. (Wickstroemia viridifolia MEISN) (Rageau, 1973 : 57). Petit arbrisseau commun dont l'écorce est fortement toxique (Ibid.). Encycl. : Rageau (op.cit.) donne aussi l'identification : W. indica C.A.mey. / Famille des Thyméléacées. / Possède des propriétés médicinales. Répertorié notamment par F.O.L., 1983 : 155.

1237 SAISON :

n.f. T.cour. Terme du français de référence entrant dans la composition des lexies désignant les différentes saisons australes, les quatre mots "printemps, été, automne, hiver" n'entrant pas, en contexte calédonien*, dans le même système d'usage qu'en français hexagonal (les mots "printemps" et "automne" étant notamment d'usage rare) :

1238

SAISON* CHAUDE :

n.f. T.cour. Eté austral, de décembre à mars, caractérisé par une montée de la température (en moyenne 30 degrés) et des précipitations plus fréquentes. Cette période, plus chaude et humide que les autres, est donc également appelée "saison* des pluies", bien que n'ayant rien à voir avec les périodes de fortes précipitations des pays tropicaux. Encycl. : V. SAISON FRAICHE. Les amplitudes thermiques entre la saison* chaude et la saison* fraîche restent faibles (…). Essai Barbançon, 1988 : 29. Syn. : Eté, saison* cyclonique, saison* des pluies (cour.). Ant. : Hiver, saison* fraîche, saison* sèche. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1239

SAISON* CYCLONIQUE :

n.f. Cour. Eté austral. V. SAISON CHAUDE. (…) des plaisanciers calédoniens* (…) qui se sont mis à l’abri (…) pour passer la saison cyclonique. Journal Les Nouvelles, 06/2005. Variante : Saison des cyclones. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

1240

SAISON* DES PLUIES :

n.f. A.cour. Eté austral. V. SAISON CHAUDE. (…) les variations saisonnières (…) se traduisent plutôt par l'alternance de la saison* sèche et de la saison des pluies. Essai Barbançon, 1988 : 29.

1241

SAISON* FRAÎCHE :

n.f. T.cour. Hiver austral, de juin à septembre, caractérisé par une baisse de température (en moyenne de 20 à 25°) et des précipitations moins fréquentes. Cette période, plus fraîche et sèche que les autres (la côte ouest de la Grande-Terre* connaît de fortes sécheresses), est donc également appelée "saison sèche", bien que n'ayant rien à voir avec les périodes de sécheresse des pays continentaux. L'année divisée en quatre saisons, le renouveau du printemps, le froid piquant la peau en hiver, rien de tout cela n'existe ici. Les amplitudes thermiques entre la saison* chaude et la saison fraîche restent faibles et il n'y a pas de saisons intermédiaires. En fait, les variations saisonnières dépendent autant des précipitations que des températures, et se traduisent plutôt par l'alternance de la saison* sèche et de la saison* des pluies. Essai Barbançon, 1988 : 29. C'est la saison fraîche en NC. Commentaire de vidéo (Youtube LComment faire quand il fait chaud, Coco Banane, 06/2021). Syn. : Hiver (cour.). Saison* sèche (a.cour.). Ant. : Eté. Saison* chaude. Saison* cyclonique. Saison* des pluies. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1242

SAISON* SÈCHE :

n.f. A.cour. Hiver austral. V. SAISON FRAICHE. (…) les variations saisonnières (…) se traduisent plutôt par l'alternance de la saison sèche et de la saison* des pluies. Essai Barbançon, 1988 : 29.

 

1243 SAKAOULÉ :

Attesté uniquement à l'oral. n. Cour. Fam. Antillais. Connotation : Souvent péjorative. V. DOUDOU. [En Calédonie*] y a les Wallis*, les Cacanes* et les Viets, les Sakaoulés, les Zoreilles* (…). Sketch Ollivaud, 198?    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1244 SALADE TAHITIENNE :

n.f. T.cour. Salade de poisson cru mariné au citron et trempé de lait* de coco. Notre plateau spécial fruits de mer: (…) crabe (…) salade tahitienne (…). Journal Les Nouvelles, 23/06/1990. Salade tahitienne. Recettes Moglia, 2004 : 11. Syn. : Salade de poisson (cour.). Dynamique : Selon l'enquête de 2005, terme stable.

1245 SALICORNE :

n.f. Rare. (Salicornia australis SOL.). V. HERBE À CRABES. Répertorié par Rageau, 1973 : 33.

1246 SALSEPAREILLE :

n.f. Peu cour. (Smilax spp.). Nom donné aux lianes qui festonnent les hautes branches des arbres, aux variétés très nombreuses en Nouvelle-Calédonie et de formes diverses (lianes épaisses aux larges feuilles ou lianes minces aux petites feuilles par exemple…), quelques-unes étant endémiques. Encycl. : Famille des Smilacacées. / Possèdent des propriétés médicinales (Rageau, 1973 : 23). (…) avec des tiges de liseron et des lianes de salsepareille. Roman Sénès, 1987 : 31. Syn. : Guirlande*.

1244 SANDAL :

Variante de SANTAL. V. cette entrée. Répertorié par Hollyman, 1977.

1245 SANTAL :

n.m. Cour. (Santalum austro-caledonicum Vieil.). Arbre au port en boule, aux petites feuilles, au bois jaune, poussant dans les régions littorales, et exploité, autrefois surtout, pour son bois odorant. Encycl. : Famille des Santalacées. Possède des propriétés médicinales (Rageau, 1973 : 29)./ Cet arbre est aujourd'hui exploité et cultivé sur l'île de Maré (île Loyauté) pour l'industrie du parfum de luxe, notamment pour le parfum Bleu de Chanel (Briffa, J., documentaire Trésors du Caillou*, C+, 2020).  Le santal, arbre des forêts côtières, est recherché pour son bois et son essence (…). Manuel Education civique, 1991 : 53. (…) des rêves accrochés à l'essence des (…) santals (…). Roman Jacques, 2002a : 16. Cet arbre est aujourd'hui exploité et cultivé sur l'île de Maré (île Loyauté) pour l'industrie du parfum de luxe, notamment pour le parfum Bleu de Chanel (Briffa, J., documentaire Trésors du Caillou*, C+, 2020). Variantes: Bois* de santal, santal* calédonien* (cour.). Arbre* de sandal, arbre de santal, sandal (peu cour.). Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

1246

SANTAL* BLANC :

n.m. Rare. (Santalum album Lour.). Variété de santal*, appelée "santal" en français hexagonal. Répertorié notamment par B.Suprin, botaniste du parc forestier de Nouméa. Syn.: Santal (cour.).

1247

SANTAL* CALÉDONIEN* :

Variante de SANTAL. V. ce mot. Répertorié notamment par B.Suprin, botaniste –parc forestier de Nouméa.

1248

SANTAL* CITRIN :

n.m. Rare. (Santalum sp.?). Variété de santal*. Répertorié par B.Suprin, botaniste du parc forestier de Nouméa. Syn. (cour.) : Santal*.

1249

SANTAL* DES INDES :

n.m. Rare. (Santalum sp.?). Variété de santal*. Répertorié par B.Suprin, botaniste du parc forestier de Nouméa. Syn. (cour.) : Santal*.

1250

SANTAL NÉO-CALEDONIEN* :

Variante de SANTAL* CALEDONIEN*. V. cette entrée. Répertorié par Bourret, 1981 : 107.

1251

SANTAL* POUILLEUX :

n.m. Rare. (Santalum sp.?). Variété de santal*. Répertorié par B.Suprin, botaniste du parc forestier de Nouméa. Syn. (cour.) : Santal*.

 

1246 SAO :

n.m. T.cour. Sorte de biscottes importées d’Australie. (…) en France, dans un pays qui fabrique les meilleurs biscuits du monde, notre plaisir était de recevoir un colis de Nouméa avec des Sao et du Milo*. Entretien Barbançon, 2022 : 22. Pour le petit-déjeuner : un café au lait et des sao, deux collés au beurre et deux pétés dans le bol ! Blague récurrente sur les habitudes alimentaires des broussards*, s.d. Norme : Les Sao font partie des aliments emblématiques de la culture calédonienne*. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2023).

1247 SAOUÈTE :

Attesté uniquement à l'oral. n. m. ou f. Cour. Fam.  1. Personne extravagante, drôle; amuseur. On rigole toujours avec lui, c'est le vrai saouète hein? Oral spontané, s.d.  2. Personne incapable et grossière. Elle arrivera jamais à rien, c'est une saouète! Oral spontané, s.d.

Encycl. : En nemi* (langue kanak* de la région de Hienghène), "sawet" signifie "clone d'igname*" (Haudricourt, 1982); terme à rapprocher de l'usage du mot manioc* (V. ÊTRE UN SACRÉ MANIOC), la métaphore des racines alimentaires n'étant apparemment pas rare pour décrire les personnes.

1248 SAPIN :

n.m. Cour.   1. (Araucaria cookii R.Br.). V. ARAUCARIA (2.). (…) la case* du chef* , c’est la grande là- bas, à côté des sapins (…). Roman Tcherko, 2001 : 54. Le pin* colonnaire (…) incarne le pouvoir du chef* ; quand un chef* meurt on dit : ‘les bourgeons des sapins tombent à terre’. Etiquette expliquant le mythe du premier homme Téâ Kanaké, Centre culturel Tjibaou, 2022. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022). V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.   2. Terme du français de référence entrant en tant que générique dans la composition de termes de la flore. V. ci-après.  

1249

SAPIN* CANDÉLABRE :

n.m. A.cour. (Araucaria rulei Muell.). V. ARAUCARIA (1.). Répertorié par F.O.L., 1983 : 156.

1250

SAPIN* JAPONAIS :

n.m. Peu cour. (Kalanchoe tubuliflora  HAM.). Plante crassulescente poussant dans les villages de brousse* et au bord des chemins. Encycl. : Famille des Crassulacées. / Possède des propriétés médicinales. Répertorié par Observatoire, 1988 : 101.

 

1251 SAUMON DES DIEUX :

n.m. A.cour. (Lampris guttatus Brunnich).  Poisson du large et des profondeurs (200 à 300m), de belle taille (jusqu'à 2m), aux couleurs bleu, rose et argenté et aux nageoires rouge vif, à la chair appréciée. Production totale (…) Divers (mahi-mahi*, wahoo*, saumon des dieux) 156 tonnes en 2019. Document du gouvernement de Nouvelle-Calédonie : dam.gouv.nc, 2020. Dynamique : [Terme assez peu répertorié (?) : répertorié par Laboute, 2000 : 483.] / Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2022).

1249 SAUMONÉE :

n.f. T.cour. Poisson (loche* : V. ce mot) tacheté de bleu.   1. (Cephalophis argus Schneid.). Saumonée de petite taille (F.O.L., 1983 : 157).   2. (Plectropomus leopardus Lacép.). Saumonée plus grosse mais ne dépassant pas les dix kilos.

"La Saumonée" Chasse sous-marine Nouvelle-Calédonie. Tibarama Spearfishing, Youtube, 2018, titre d’une vidéo de pêche. Les produits récifo-lagonaires vendus entiers les plus observés sont la saumonée et le bossu* : 98% de présence sur les étals. Document du gouvernement de Nouvelle-Calédonie : dam.gouv.nc, 2020.

Syn. : Loche*, loche* saumonée, mérou (t.cour.); saumonée* léopard (peu cour.).

Variante graphique : Saumonnée*.

Dérivé : Saumonette*.

Composés : V. ci-après.

Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).

V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1251

SAUMONÉE* GROS POINTS :

n.f. A.cour. (Plectromopus melanoleucus). Saumonée* dépassant les quinze kilos. Répertorié par F.O.L., 1983 : 157. Syn. (a.cour.) : Saumonée* grosse race.

1252

SAUMONÉE* GROSSE RACE :

n.f. A.cour. (Plectromopus melanoleucus). V. SAUMONÉE GROS POINTS. Répertorié par F.O.L., 1983 : 157.

1253

SAUMONÉE* HIRONDELLE :

n.f. A.cour. (Variola louti Forssk.). Saumonée* tacheté d'orange et de rouge, à la chair très appréciée. Répertorié notamment par Laboute, 2000 : 193. Syn. (a.cour.) : Loche* hirondelle.

1254

SAUMONÉE* LÉOPARD :

n.f. Peu cour. (Plectropomus leopardus Lacép.). V. SAUMONÉE (2.). Répertorié par F.O.L., 1983 : 157.

1255

SAUMONNÉE :

Variante graphique de SAUMONÉE. V. cette entrée.. Curry* de bec* de cane (…) On peut faire aussi ce curry* avec des (…) saumonnées. Recettes Masachs, 1980 : 47. Coupez le poisson (pouatte*, saumonnée,…). Recettes Moglia, 2004 : 38.

 

1255 SAUMONETTE :

n.f. A.cour. (Squalus megalops Macleay). Poisson de profondeur recherché pour sa chair. Encycl. : Famille des Squalidés. (…) poissons à pêcher à des profondeurs variant de 300 à 1000m  : (…) la saumonette, etc. Journal Les Nouvelles, 22/06/1990.    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1255 SAUTER DANS MON SLIP/ SHORT :

loc.verbale. A.cour. Fam. « Aller au diable » : exprime une réaction négative : refus, rejet, désapprobation, mécontentement, agacement, jugement négatif,...etc. Désinscrivez-vous de Facebook ou alors sautez dans mon short. Vidéo Kingtäz, Parodie Pub "Bav’la Canne*", 2023. Dynamique : Emploi récent en 2023 (Pauleau, enquête linguistique, 2023).

1251 SAUTERELLE DE COCOTIER :

n.f. A.cour. (Pseudophyllanax imperialis Montr.). Orthoptère tettigoniidé : grosse sauterelle (50cm environ) se nourrissant souvent des feuilles des cocotiers.  Si tu veux trouver une sauterelle de cocotier, il faut chercher les branches de cocotier qui sont toutes mangées, tu vois? Oral spontané, s.d. Répertorié à l'écrit par F.O.L., 1987 : 157. Syn. : Grande* sauterelle, grande* sauterelle verte (a.cour.). Grosse* sauterelle, cigale* de cocotier (peu cour.). Variante (moins cour.) : Sauterelle* des cocotiers.

1252

SAUTERELLE DES COCOTIERS :

Variante de SAUTERELLE DE COCOTIER. V. cette entrée. (…) sauterelle des cocotiers, espèce endémique, la 2e au monde. Manuel Ecologie, 1987 : 20.

 

1252 SAUTEUR :

n.m. T.cour. (Strombus gibberulus L., Strombus luhuanus L.). Nom donné aux coquillages (mollusques) qui se retournent en appui sur leur pied, et spécialement : Strombus gibberulus L., Strombus luhuanus L. Leur chair est très appréciée. Encycl. : Famille des Strombidés. Salade de coquillages [Ingrédients:] Palourdes, sauteurs, (…). Recette Masachs, 1980 : 21. Les produit le moins fréquemment observés sont le sauteur, l’huître* de palétuvier*, la grisette* et l’araignée* : seulement 2% de présence sur les étals. Document du gouvernement de Nouvelle-Calédonie : dam.gouv.nc, 2020. Ramasser des touques* de sauteurs (…). Piquer à la sagaïe* un poulpe (…). La pêche a gravé en moi des images de la Calédonie* (…). Entretien Barbançon, 2022 : 100. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2022).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1251 SAUVAGE :

adj. A.cour. Spéc. Domaine : Elevage.  Laissé(e) en liberté. C'est un gaillard indomptable [le stockman*], enfourchant les cavales les plus rétives pour aller chasser le bétail sauvage égaré dans les gorges ou perdu sur les hauteurs, afin de le rassembler, l'adoucir*, le marquer, le recenser, le castrer et l'acheminer (…). Roman Sénès, 1987 : exergue. Ant. : Doux*. Composé : Bétail* sauvage.    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1252

BÉTAIL* SAUVAGE* :

n.m. A.Cour. Spéc. Domaine : Elevage. Bovins laissés (volontairement ou non) en liberté. Encycl.: Les méthodes d'élevage extensif laissaient (autrefois surtout) une grande liberté aux bêtes, qui pouvaient alors devenir "sauvages", c'est-à-dire non maîtrisables, souvent dangereuses, et le rester jusqu'à ce qu'on les reprenne en main, qu'on les "adoucissent". V. ADOUCIR. Ces bêtes, parfois laissées volontairement en liberté, sont chassées (de nos jours encore) pour être consommées : c'est la chasse* au bétail. Remarque : Terme absent chez Glasgow (1968), qui ne mentionne que "bétail* doux". Paul Bazart (…) a fléché un bétail sauvage sur une propriété (…) de Poya. (…) la chasse au bétail sauvage est peu répandue en Calédonie*. Journal L'Ecrit des chasseurs, 04/2006. Ant. : Bétail*  doux*. Norme : Terme comptable ou non (du bétail  sauvage ou un/des bétail/s sauvage/s) : V. BÉTAIL.    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

 

1253 SAVANE À NIAOULIS* :

V. NIAOULI.

1254 SAVATE :

Attesté uniquement à l'oral. n.f.  1. T.cour. Sandale ouverte pour homme. V. CLAQUETTE EN CUIR. T'as vu son père, il met toujours des savates là...Oral spontané, s.d.  2. Peu cour. "Tongue". V. CLAQUETTE. Tu mets tes savates, sinon tu vas avoir mal aux pieds sur le corail.

V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1255 SAVONNETTE :

n.f. A.cour. (Tapes literatus  L.) ( Salvat, 1988 : 133). Coquillage bivalve habitant les fonds vaseux, sa coquille est ornée de tracés ramifiés. Encycl. : Famille des Vénéridés. Coquillages à l'ail (…) [Ingrédients : ] 2kg de savonnettes (…). Recettes Masachs, 1980 : 45. Syn. (a.cour.) : Palourde* savonnette.

1255 SCORPION :

n.m. Rare. Spéc. (Lambis scorpio). V. ARAIGNÉE. Répertorié par Observatoire, 1990 : 207.

1255 SCOTCH FINGER :

n.m. T.cour. Biscuits importés d’Australie. Aujourd’hui je continue à prendre mon petit-déjeuner avec des Scotch Fingers. Entretien Barbançon, 2022 : 22. Norme : Les Scotch Fingers font partie des aliments emblématiques de la culture calédonienne*. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2023).

1255 SEE YOU :

interj. A.cour. Fam. Au revoir. V. TATA. (…) un grand bonjour à ma cousine ! See you ! Oral radio, 05/2005 (Messages téléphonés). –Salut! –Ouais, see you! Oral spontané, s.d. Norme phonétique : [siju] (en alphabet latin : "sillou").    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1256 SEL :

n.m. Cour. Sociolectal (pop.)?. Ethnolectal (non européen)?. Bol de kava* (V. KAVA). Encycl. : Le même mot "sel" a le même sens en bichelamar* (langue du Vanuatu) et plus globalement le sens de "contenant" (il est issu de l'anglais "shell", prononcé en bichelamar* avec un [s] initial -"sel" en alphabet latin) (Crowley, 2003). Ce qu'il aimerait maintenant c'est une One [Number One : marque de bière locale] ou un sel. Roman Jacques, 2002a : 108. Variante : Shell* -variante réanglicisée.    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1257

SHELL :

Variante de SEL. V. cette entrée. (…) dans un petit nakamal* près de la mangrove où il passait (…) avec ses copains (…) pour quelques shells. [notes de bas de page : nakamal* : bar à kava* en bichelamar* / shell : bol à kava* en bichelamar*]. Roman Gorodé, 2005 : 63. Grands corps gaspillés qui lèvent leur shell de kava* face à la mer. Théâtre, Duchesne, 2014. Norme phonétique : Se prononce souvent "sel", comme en bichelamar*.

 

1256 SENSITIVE :

n.f. T.cour. (Mimosa pudica L.). Terme du français de référence, en usage plus courant en français calédonien* (désignant des plantes  dont les feuilles se referment quand on les touche), et entrant en tant que générique dans la composition des termes ci-après. Encycl. : Famille des Mimosées. Syn.  (peu cour.) : Sensitive* rouge.

1257

SENSITIVE* BLANCHE :

n.f. Rare. (Mimosa invisa Mart.). V. SENSITIVE GÉANTE (1.). Répertorié par F.O.L., 1983 : 157.

1258

SENSITIVE* GÉANTE :

n.f. T.cour.  1. (Mimosa invisa Mart.). Plante, variété de sensitive* haute et sans épines. Encycl. : Famille des Mimosées. Il rampa dans l'herbe, décidé à tourner le dos au buisson de sensitives géantes (…). Roman Sénès, 1987 : 322. Syn.: Sensitive* (t.cour.). Sensitive* blanche, sensitive* sans piquant (rares).  2. (Caesalpinia sepiara Roxb. ou Caesalpinia bonduc (L.) Roxb). Plante envahissante formant des fourrés épineux impénétrables (F.O.L., 1983 : 157).  Il courait, tombait, et ne pleura que piqué par un buisson de sensitives géantes. Roman Sénès, 1987 : 243. Syn. : Sensitive* (t.cour.). Herbe* à piquants (cour.). Accroche-coeur*, arrête-toi-là* (peu cour.).

Norme : Le terme "sensitive" relève du français de référence (terme mentionné par le Petit Robert sans marque d'usage particulière).

V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1259

SENSITIVE* ROUGE :

V. SENSITIVE. Répertorié par F.O.L., 1983 : 157.

1260

SENSITIVE* SANS PIQUANT :

n.f. Rare. (Mimosa invisa Mart.). V. SENSITIVE GÉANTE (1.). Répertorié par F.O.L., 1983 : 157.

 

1261 SERPENT :

n.m. T.cour. Terme du français de référence en usage en contexte calédonien* (nommant les reptiles squamifères ophidiens) et entrant en tant que générique dans la composition de lexies désignant les divers serpents marins (V. ci-après). Encycl. : V. aussi TRICOT RAYE.

1262

SERPENT BLEU :

n.m. A.cour. (Emydocephalus annulatus). Serpent marin, il se nourrit notamment d'oeufs de poisson (Observatoire, 1985 : 210). Répertorié notamment par F.O.L., op.cit.

1263

SERPENT GRENOUILLE :

n.m. A.cour. (Pelamis platurus). Serpent marin au dos noir et au ventre jaune, dont la tête rappelle celle de la grenouille. Répertorié notamment par F.O.L., 1983 : 159.

1264

SERPENT GRIS :

n.m. A.cour. (Aypisurus laevis). Serpent marin de couleur grise. Répertorié notamment par F.O.L., 1983 : 159.

1265

SERPENT-TÊTE-DE-DRAGON :

n.m. A.cour. (Acalyptophis peroni). Serpent marin hérissé d'écailles pointues. Répertorié notamment par F.O.L., 1983 : 159.

 

1258 SHELL :

V. SEL.

1258 SHH! :

T.cour. Fam. ou sociolectal (pop.). Ethnolectal kanak* (moins cour. dans les autres groupes). Terme d’adresse permettant d’interpeller quelqu’un de loin. Encycl.  : A l’origine, ce terme d’adresse était plus franchement ethnolectal (employé par les Kanak* –et les Polynésiens ? et repris par les autres groupes). ). Shhh eh c’est Aircalin ici pas Zoreil* Airlines… Post humoristique, Facebook, 2022. Sshh*! Pia fais vite là! [= Psst! Allez connard fais vite!]  Post Facebook, 2022. Shhh toi là!!! Arrête de boire bêtement KAITAE [= Psst! Hé toi! Arrête de boire bêtement! Nique ta mère!]. Post Facebook, 2023, mème anti-alcoolisme. - Ch! Hé! Toi là!  - C’est* quoi ? [= - Psiiit! Hé! Ho!  - Qu'est-ce qu'il y a?]. Oral spontané, s.d. Equivalent hexagonal : Psiiit!  Variantes graphiques : Sh, sshh, ch* …etc. Dynamique : Terme toujours en pleine vitalité, toujours emblématique de l’usage familier local (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2022).

1258 SHOIN :

n.m. A.cour. Ethnolectal kanak*. V. IGNAME SAUVAGE. Répertorié par F.O.L., 1983 : 159. Variante (peu cour.?) : Soa*.

1259 SHOOTER :

v.tr.dir.  1. T.cour. Fam. Cogner, heurter (spécialement en engin automobile). (…) le conducteur (…) s'avance (…) et plaf, il se fait rentrer dedans ou il shoote quelqu'un. Journal Les Nouvelles, 08/10/1988 (billet satirique). Norme : Possible en français hexagonal.  2. Attesté uniquement à l'oral. Cour. Fam. Battre, frapper. V. ASTIQUER (I.1.). Quand il est pas content, il shoote sa femme...   V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1260 SHOP :

n.m. Peu cour. Vieilli? Magasin. Ship shop services. Nom d'une boutique, 2006. Les shops sont fermés à cette heure-ci non? Syn. (peu cour.) : Store*.

1261

SHOP CENTER :

n.m. A.cour. Centre commercial. Pour la fête des pères (…) le shop center Vata expose l'Alfa Roméo 75 (…). Journal Les Nouvelles, 15/06/1990. Norme : Possible en français hexagonal mais moins cour., alors que les principaux centres commerciaux de Nouméa se nomment Shop center Foch, Shop center Vata (1991)... Dynamique : Terme décrit comme très courant en 1990 (Pauleau, enquête linguistique), mais dont l'usage chez les locuteurs a particulièrement changé et vieilli, surtout chez les Kanak* -Pauleau, enquête linguistique, 2005.

1262 SHOYU :

Variante de SOYO. V. cette entrée. Piments au shoyu. Recettes Masachs, 1980 : 66. Shoyu Kikkoman 500ml 335F. Journal Les Nouvelles, 08/10/1988.

1263 SIBANNAC :

n.m. A.cour. Ethnolectal kanak*. Chanvre. V. PAKALOLO. Encycl. : Mot formé par inversion des lettres. Sibannac, envole moi (…) il aspira une longue goulée (…). Roman Jacques, 2002a : 158.    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1263 SIFFLEUR :

n.m.  1. Rare.  (Pachycephala rufiventris xanthetraeaa) (Hannecart, 1980 : 26). V. SOURD. (…) ayant capturé un couple de siffleurs au filet (…). Manuel Ecologie, 1987 : 181. Composés : V. ci-après.  2. Peu cour.  (Coracina caledonica caledonica). Oiseau de forêt (34cm) de couleur foncée, à l'oeil jaune et au bec épais, courant dans tout l'archipel. Encycl. : Famille des Campephagidés. Répertorié notamment par F.O.L., 1983 : 160. Syn. (spéc.) : Echenilleur* calédonien.

1263

SIFFLEUR* À VENTRE ROUX :

Variante de SIFFLEUR. V. cette entrée et V. SOURD. Le siffleur à ventre roux est un passereau très répandu en Nouvelle-Calédonie. Manuel Ecologie, 1987 : 181.

1263

SIFFLEUR* CALÉDONIEN* :

n.m. Rare. Spéc. Domaine : Ornithologie. (Pachycephala caledonica) (Hannecart, 1980 : 181). V. SOURD (3.).  Les oiseaux forestiers et leurs nids (…) siffleur calédonien* (…). Manuel Ecologie, 1987 : 119. Le siffleur calédonien. (…). Statut : espèce endémique commune. Pancarte dans un parc naturel (Rivière bleue), 2022.

1264

SIFFLEUR* DE MONTAGNE :

n.m. Peu cour. (Coracina analis). Oiseau (28cm) de la forêt dense, aux couleurs foncées, se nourissant de baies sauvages comme d'insectes, il est endémique à la Grande-Terre*. Répertorié par Hannecart, 1983 : 55. Syn. (spéc.) : Echenilleur* de montagne.

1265

SIFFLEUR* DES LOYAUTÉS :

n.m. Rare. Spéc. Domaine : Ornithologie. (Pachycephala pectoralis littayei). V. CACIOU. Répertorié par Hannecart, 1983 : 52.

 

1264 SIGNER LA CROIX BLEUE :

Attesté uniquement à l'oral. loc. verbale. Cour. Fam.  1. Signifier que l'on prend une bonne résolution (par exemple, arrêter de boire, de jouer...) en signant un registre dressé à cet effet, dans un établissement religieux.  2. Par extension : Prendre une bonne résolution (par exemple, arrêter de boire, de jouer...).

Tu bois pas un coup avec nous? Ça y est t'as signé la croix bleue, ou quoi?

1265 SIKIS :

Attesté uniquement à l'oral. n.m. A.cour. Vieillissant? Coup de poing. Encycl. : Terme de cricket issu de l'anglais "six" désignant le "nombre de points maximum [marqués] quand la balle déborde les limites du terrain sans toucher terre" (F.O.L., 1983 : 64). Il lui a mouillé* un sikis! Syn. : Sikol*. V. CANON. Norme : Figure de façon emblématique sur une carte postale -depuis 1992- qui rassemble diverses expressions du pays, avec le titre : Lôngage [langage*] à nouzautes*.    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1266

SIKOL :

n.m. A.cour. Vieillissant? Coup de poing. V. SIKIS. Quand je trouvais toi à la maison tu plantais un sikol dans mes dents! Sketch Ollivaud, 198?

 

1267 SILVER GRASS :

n.f. A.cour. (Dichanthium aristatum) (Toutain,1989 : 28). Herbe de pâturage, rampante, très commune, aux épillets par paires. Les températures élevées (…) ont favorisé la repousse du silver grass (…) "fourrages" constituant l'alimentation de base des cerfs(…). Journal L'Ecrit des chasseurs, 04/2006.

1267 SÎSHËË :

n.m. Peu cour. Ethnolectal kanak* ou spéc. (employé soit par les Kanak* soit en contexte spéc.). Domaine : Linguistique. Langue kanak* de l'aire ajië-arhö, parlée autour de Moindou et Bourail, mais moribonde (sorosoro.org). Le sîshëë comprenait 19 locuteurs selon le dernier recensement ISEE (2009). Site de l'Académie des Langues Kanak* (ALK), consultation 10/2022. Encycl.  : Toutes les langues kanak* sont des langues à tradition orale. Voir à l'article A'JIEË les caractéristiques des langues du centre et du sud de l’archipel (dont le sîshëë fait partie). Dynamique: Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2022).

1267 SIX QUARTIERS (LES -) :

n.pr. Peu cour. Fam. Ethnolectal non européen? La prison de Nouméa. V. CAMP EST. Camp* Est, Far West*, Ile* de l’Oubli, Après-le-pont*, Stop-vacances*, Bon-courage*, les Six Quartiers, une litanie que se répétait Erwann (…) à son arrivée à la prison. Roman Jacques, 2002a : 129. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

1267 SLN :

sigle. T.cour. Société Le Nickel, à laquelle appartient la plupart des usines de traitement du minerai de nickel*. (…) SLN trois lettres incandescentes indélébiles / dans la chair les entrailles du pays. Gorodé, 1985 : 59. Il existe [des pompiers] aussi dans les Centres de la SLN (mais organisés par la société elle-même). Manuel Education civique, 1990 : 88. (…) comme cette école se trouvait à proximité des villas de la SLN, la Société Le Nickel, elle accueillait entre autres les enfants des directeurs de la SLN. Entretien Barbançon, 2022 : 23. Entreprise calédonienne*, filiale du groupe Eramet, la Société Le Nickel est le premier producteur mondial de ferronickel. Site snl.eramet.com, consultation 2023. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2023).

1267 SOA :

Variante de SHOIN. V. cette entrée. (…) le soa (…) se trouve encore parfois, dans les champs, mêlé à l'igname*. Leenhardt, 1937 : 59.

1267 SOLITUDE (LA -) :

Attesté uniquement à l'oral. n.pr. A. cour. Fam. Ethnolectal non européen? La prison de Nouméa. V. CAMP EST. Bonjour aux parents du côté de la Solitude. Oral radio, 05/2005 (messages d'auditeurs).

1268 SONORISTE :

n. Cour. Adepte du tuning (passion pour les accessoires automobiles). L'ALLIANCE DES SONORISTES DE NOUVELLE-CALEDONIE : Combattre la délinquance chez les jeunes et chez l'adulte en leur proposant des occupations autour de la sono et du tunning lors des week-ends., site assoce.fr, 2022. Un sonoriste ivre mort arrêté à Nouville (...). Journal Les Nouvelles, 10/2022. V. CACANE.   V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1268 SORBET :

n.m. T.cour. Crème glacée, glace. Pour le dessert, y a du sorbet maison fait avec du lait frais... Oral spontané, s.d. Répertorié à l'écrit par F.O.L., 1983. Norme : Le mot "glace" est peu employé en français calédonien*.

1269 SORGHO SUCRÉ :

n.m. Peu cour. (Sorghum vulgare Pers. var. sacharatum (L.) Boerl.). Variété de sorgho doux. Encycl. : Famille des Graminées. Répertorié notamment par F.O.L., 1983 : 161. Syn. (a.cour.) : Faux* sorgho. Variante : Sorgho* à sucre.

1270

FAUX* SORGHO :

n.m. A.cour. (Sorghum vulgare Pers. var. sacharatum (L.) Boerl.). V. SORGHO SUCRÉ. Répertorié par Observatoire, 1983 : 192.

1271

SORGHO* À SUCRE :

Variante de SORGHO SUCRÉ. V. cette entrée. Répertorié par Observatoire, 1990 82.

 

1269 SOUQUER :

I. v.tr.dir. ou intr. Cour. Fam. En parlant d'un chien, attaquer ou faire mine d'attaquer (aboyer, montrer les dents). Chaque fois qu'elle passe là, le chien, il la souque... Oral spontané, 1990. Moi quand on me dit de souquer, je souque! [: un chien]. BD Teg, 2002 : 16. Souque! [: le maître à son chien]. BD Teg, 2002 : 46. Collocation fréquente : A l'impératif, avec complément inexprimé, s'adressant au chien, comme dans l'illustration précédente.   II. v.intr.  1. A. peu cour. Ramer. Il a fallu souquer ferme pour rattraper les autres... Oral spontané, 1990.  2. Peu cour. Tirer. (…) le chef* accusa l'homme (…) qui était le premier à tirer sur la liane* (…) de l'empêcher [le rocher] de bouger (…) il refit souquer sur les lianes* mais le menhir ne bougea encore pas. G.Baudoux 1919 dans Journal Les Nouvelles, 10/1988.

Encycl. : Le Petit Robert mentionne ce terme comme relevant du vocabulaire de la marine, avec le sens de : "tirer fortement sur les avirons".

1269 SOURD :

n.m. Peu cour.  1. (Pachycephala rufiventris xanthetraeaa). V. SIFFLEUR. Répertorié par Hannecart, 1980 : 26.  2. (Pachycephala rufiventris xanthetraeaa). Petit oiseau (15cm) de la savane, gris foncé au ventre roux, visible sur toute la Grande-Terre* (Ibid.). Encycl. : Famille des Muscicapidés. Syn. : Siffleur*, siffleur* à ventre roux (rares).  3. (Pachycephala caledonica). Petit oiseau (15cm) des forêts, siffleur* gris au ventre orange, endémique et répandu sur toute la Grande-Terre* et à l'Ile des Pins (Hannecart, 1980 : 181). Encycl. : Espèce de la famille des Muscicapidés. Répertorié notamment par F.O.L., 1983 : 160. Syn. (rare, spéc.) : Siffleur* calédonien.

1270 SOYO :

Ci-dessus : Dans une épicerie de Nouméa, affichage des plats à emporter annonçant du poulet au soyo. Crédit : C. Pauleau.

 

n.m. T.cour. Sauce de soja : assaisonnement d'origine japonaise, très utilisé en Nouvelle-Calédonie. [les crabes*] arrosés de soyo Hmmm! BD Berger, 1989 : 7. (…) inutile de saler, à cause du soyo. Recettes Moglia, 2004 : 3. (…) quelques milliers de francs, ça paye le soyo, c'est toujours ça de pris. Journal Le Chien bleu, 06/2006. (…) un des plats que je préfère au monde et qui symbolise pour moi la Nouvelle Calédonie : le poulet au soyo ! Blog de recettes, jujube-en-cuisine, 2017. Poulet Soyo 750. Affichage des plats à emporter dans une épicerie, Nouméa, 2022. NOIR SOYO. Dénomination de la couleur noire, dans le choix des couleurs de t-shirts  de la marque By Mai Nem -marque dont l’une des particularités est d’adapter les mots commerciaux au contexte culturel local, Nouméa, 2023. Norme : Commence à entrer dans l'usage en français hexagonal du fait des contacts interculturels de plus en plus fréquents entre culture asiatique et culture française dans l'Hexagone (Pauleau, enquête linguistique, 2005). Variantes : Shoyu*. Soyou*. Dynamique : Emploi stable en contexte calédonien* (Pauleau, enquêtes linguistiques, 1990-2023).

1271

SOYOU :

Variante de SOYO. V. cette entrée. (…) le sel, le poivre, le soyou et le Maggi [: sur la table]. Roman Gorodé, 2005 : 158.

 

1272 SPA POOL :

n.m. Cour. Bain à remous. Encycl. : Le Harrap's mentionne le terme anglais "spa" : source/station thermale (et "pool" : piscine). Superbe propriété 200 ares (…) patio, spa pool (…). Journal Les Nouvelles, 10/10/1988 (petites annonces). Norme : Le terme de "bain à remous" est également absent du Petit Robert. Variante : Spa (a.cour.).

1273 SQUASH :

n.f. T.cour. (Cucurbita maxima Lam./ C. moschata. Duchesne / C. pepo. L.?). Nom donné aux courges rondes à la peau vert foncé et à la chair jaune orangé, cultivées et commercialisées en Nouvelle-Calédonie. Encycl. : Famille des Cucurbitacées. / Terme absent du Petit Robert comme du Harrap's, mais en usage en anglais (?). Le mot amérindien (Massachuset) "askutasquash" nomme la même plante et signifie : "mangé cru ou nature". Perroquet* à la squash (…) Chez nous (…) la squash est une cucurbitacée qui se consomme avec la peau (…) En 2002, la Nouvelle-Calédonie a exporté plus de 3000 tonnes de squash à destination du Japon et de la Nouvelle-Zélande. Recettes Moglia, 2004 : 47. Il s’agit (…) D’autre part, de favoriser le développement des cultures à l’exportation (squash, aubergine, poivron,…) au niveau des techniques culturales, mais aussi des conditions de post-récolte. Site Institut Agronomique Calédonien*, 08/2006. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1274 SQUAT :

n.m. T.cour. Bidonville constitué de cabanes, souvent en bois et tôles. Encycl. : Même si les bidonvilles sont par définition installés de façon délictueuse sur des terrains qui n'appartiennent pas à leurs habitants, c'est tout de même ce trait qui est retenu pour les appeler squats en contexte calédonien* alors qu'en français de l'Hexagone, ce sont non pas les terrains mais les bâtiments qu'on appelle "squats" lorsqu'ils sont occupés de façon délictueuse. V. aussi BASE-VIE. (…) le squat était devenu un quartier mal famé (…). Roman Jacques, 2002a : 20. (…) y a eu une bagarre dans le squat où reste* ton père (…) plusieurs hommes sont en prison. Roman Tcherko, 2003 : 66. (…) imagine un peu la tête à nos copines si on débarquait au squat avec cette moto! BD Gielbé, 2004 : 13. Variante graphique : Squatt*. Dérivé : Squatter* (t.cour.). Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1275

SQUATT :

Variante de SQUAT. V.cette entrée. Comment faire lorsque les loyers sont supérieurs au SMIC (…)? Il ne reste aux foyers modestes, kanak* ou océaniens, qu'à aller grossir les squatts. Journal Le Pays, 06/2006.

 

1276 SQUATTER :

n.m. T.cour. Habitant de bidonville. V. SQUAT. Squatters égalent profiteurs, avait elle entendu un jour dans un commerce. Roman Jacques, 2002a : 21. (…) l’association des squatters de Tina proteste (…). Oral radio, 06/2005. Norme phonétique : [skwatœr] (en alphabet latin : "skouateur"). Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

 

1278 STATION D'ÉLEVAGE :

n.f. Cour. Ferme d'éleveur. Encycl. : L'élevage est la principale activité rurale calédonienne*. V. STATION. Lui avait une station d’élevage de plusieurs centaines de têtes de bétail (…) Roman Tcherko, 2001 : 30. Variante (t.cour.) : Station*. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1279

STATION :

n.f. T.cour. Variante de STATION D'ÉLEVAGE. V. cette entrée. Encycl. : L'élevage est la principale activité rurale calédonienne*. / Le Harrap's mentionne l'anglais austral "station" : ferme (et ses dépendances). "Issu d'un vocabulaire urbain, le mot station désigna en Australie un pénitencier, créé loin de tout autre établissement, complètement autonome, vivant de ses propres moyens. Le terme en vint à être employé pour les établissements isolés des éleveurs de boeufs et de moutons (…). Cette extension eut lieu à l'époque de grande exploration de l'intérieur du continent australien. (…) Station paraît [d'abord] dans les textes néo-calédoniens* en 1865, avec le sens d'établissement isolé' (…)." Glasgow, 1968 :48-49. (…) avec son éolienne et sa maison souvent pionnière faite de torchis et de chaume au coeur des bois de petits eucalyptus, de niaoulis* des savanes, (…) la station, première concession coloniale ouverte à l'aventure de l'Occident sur la terre mélanésienne, au bout du monde. Roman Sénès, 1987 : exergue. Les femmes de la station (…) se prirent peu à peu d’amitié. Roman Tcherko, 2001 : 11. Le travail sur la station remplit les jours. Nouvelles Jacques, 2000 : 8. Chaque année la station vend des reproducteurs mâles et femelles (…). Les mâles sont vendus aux enchères à la station (…).   Magazine local, 2020. Norme : Alors que la prép. "à" est employée en français de référence avec "ferme" ("à la ferme"), c'est la prép.sur qui fonctionne souvent avec station en français calédonien* : sur la station. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).   V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

 

1279 STOCK :

n.m. A.cour. Spéc. Domaine : Elevage, course hippique. Parcours tous terrains, à cheval./ Pratique de ces parcours. Encycl. : Le Harrap's mentionne l'anglais "stock" (vocabulaire de l'élevage). Ce terme entre, en anglais australien, dans la composition de lexies telles que "grazing stock" (bétail), "stock farm(ing)" (élevage), "stock riden" (cow-boy)... ainsi que les mots "stockman*", "stockyard*", que l'on retrouve en français calédonien*. "Le mot stock est un des mots les plus usités en Australie et sert de base à un grand nombre de dérivés australiens. En général, le stock d'un éleveur est tout le bétail qu'il possède sur sa propriété : en Australie, le mot désigne surtout les boeufs, les chevaux et les moutons (…)." Glasgow, 1968 : 84. 1ère course : Stock : (…) Pour tous les chevaux* de stock nés et élevés sur le Territoire* (…). Journal Les Nouvelles, 27/06/1990. Le licol (…) pendait au pommeau de la selle de stock. Roman Jacques, 2002b : 13. Locutions, composés et dérivés : V. ci -après.    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1280

CHEVAL DE STOCK* :

n.m. Cour. Ethnolectal européen. Spéc. Domaines : Elevage, course hippique. Cheval servant à ramener le bétail. Monté par le stockman*, et quel que soit le terrain, il galope derrière le troupeau pour le faire avancer. Encycl.  : V. STOCK. (…) un quater-horse* va venir apporter une nouvelle ligne de chevaux de stock (…). Journal Les Nouvelles, 14/06/1990.    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1281

COURSE DE STOCK* :

n.f. Cour. Spéc. Domaine : Course hippique. Course de chevaux comprenant un parcours tous terrains, et constituant souvent des entractes de courses hippiques. (…) il y eut la classique et populaire course de stock, réservée aux stockmen* de profession. P.Bloc 1965, dans Manuel Lectures : 196.    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1282

FAIRE DU STOCK* :

loc. verbale. A.cour. Spéc. Domaines : Elevage, course hippique. Pratiquer les parcours tous terrains, à cheval. J'aime le cheval, et j'aime surtout faire du stock.    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

 

1283 STOCKMAN :

n.m. Cour. Personne chargée, dans une ferme, de s'occuper en particulier du bétail. Encycl.: Le Harrap's mentionne l'anglais australien "stockman" : gardeur de bestiaux, bouvier. "Pour assurer la garde et la surveillance de ses troupeaux (…), le propriétaire-éleveur australien engageait quelques gardiens (…) connus sous le nom de stockmen ou stock-keepers (…). Les deux termes paraissent peu après le début du XIXe siècle. (…) [Ils] (…) ont été tous deux empruntés dans le vocabulaire de l'élevage néo-calédonien* pour dénommer le gardien de boeufs sur la station*. Comme en Australie, stock-keeper fut plus tard remplacé par stockman (…) qui paraît en 1867." Glasgow, 1968 : 84-86. Le stockman est le cavalier de la brousse* en Nouvelle-Calédonie. Gaucho d'une pampa exotique, proche du "bush" australien, il est coureur de buissons, capable d'accomplir à cheval plus de soixante kilomètres par jour, couchant à la belle étoile, des sacs sur le dos en cas d'averse./ C'est un gaillard indomptable, enfourchant les cavales les plus rétives pour aller chasser le bétail* sauvage égaré dans les gorges ou perdu sur les hauteurs (…). Roman Sénès, 1987 : exergue. (…) lui il est stockman maintenant et il peut faire son champ à lui [note de bas de page : stockman : mot de l’anglais austral qui signifie cow-boy]. Roman Tcherko, 2001 : 20. Ces cow-boys exotiques que l'on appelle aussi "stockmen" sont connus pour leur franc-parler (…). Brochure Province Nord, 2005. (...) leur chapeau de brousse*, leur chapeau d'éleveur, leur chapeau de stockman (...). Roman Simon 2021 : 140. (…) « coup* de chasse »  sur les propriétés des stockmen qui ont repris les codes de l’élevage à l’américaine, Stetson vissé sur la tête (…). Brochure touristique d’Aircalin, 2022. Norme : Au pluriel : Stockmen. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquêtes linguistiques, 2005-2022).    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1284 STOCKWHIP :

n.m. Peu cour. Spéc. Domaine : Elevage. Fouet dont est muni le stockman* pour guider le bétail, à cheval. Encycl. : V. STOCK. "Quand le bétail était bien adouci*, dressé, en entendant claquer le stockwhip, il venait de lui-même au ralliement. G.Baudoux 1915, dans Manuel Lectures : 101. Le nouveau stockwhip tressé qu'il avait commandé (…). Roman Jacques, 2002b : 13. Qui a vu le 318 [numéro d’un bagnard] ce matin, il était pas dans l’équipe (…) ? Il va goûter au stockwhip s’il veut jouer au malin… Prigent, 2006 : 92. Variante (peu cour. -barbarisme) : Stockwhick.    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1285 STOCKYARD :

n.m. A.cour. Spéc. Domaine : Elevage. Enclos entouré de barrières (de bois de niaouli* en général) où les bovins (bétail) sont rassemblés lors d'opérations diverses : recensement, isolement d'une ou plusieurs têtes de bétail, passage au bain (à la piscine*) etc. Encycl. : Le Harrap's mentionne l'anglais "stockyard" : parc (…) à bétail, à bestiaux./ Le stockyard est souvent divisé en compartiments (carrés*) qui "communiquent par des passages manoeuvrés par le stockman*" (F.O.L., 1983 : 163.). (…) on ouvre la porte du carré* pour la faire passer [la pouliche] dans l'un des grands compartiments du stockyard. P.Jeannin, 1972 dans Manuel Lectures : 98. (…) à l'angle du stockyard, dans la terre meuble (…). Roman Ohlen, 2000 : 64. Le stockyard est la zone où sont manipulés, inséminés (…) les bovins. (…) Chaque année la station* vend des reproducteurs (…).  Magazine local, 2020. Syn. (a.cour.) : Carré*. Norme : Se prononce sans la consonne finale.    V. également Pauleau, BDLP, 2006-2013.

1286 STONE FISH :

n.f. Cour. Plutôt ehnolectal européen* (moins cour. chez les Polynésiens et les Kanak*). (Synanceja verrucosa Bloch. & Schn.). Poisson, espèce de rascasse* la plus dangereuse, souvent posée sur le fond, à l'allure monstrueuse, aux couleurs ternes, dont la tête est hérissée d'épines venimeuses. Encycl. : Famille des Synanceiidae. "Inapte à la nage, la rascasse* caillou [ou stone fish] gît immobile dans une faible profondeur d'eau, au milieu des cailloux ou enfouie dans le sable. Elle ne laisse dépasser que deux yeux minuscules et une gueule en arc de cercle (…) Sa forme, ses pustules, sa couleur gris sale ne permettent pas de la distinguer aisément des pierres." CTRDP, 1987 : 62. Mort pour une piqûre de stone fish (…) Attention aux stone-fish (…). Journal Les Nouvelles, 06/03/1981. Syn. : Rascasse* (t.cour). Poisson* pierre (cour.). Poisson* caillou, rascasse* caillou (a. cour.). Variante graphique : Stone-fish.

1287 STOP-VACANCES :

n.pr. Peu cour. Fam. Sociolectal (pop.)? Ethnolectal non européen? Souvent plaisant. Prison de Nouméa. V. CAMP EST. Camp* Est, Far West*, Ile* de l’Oubli, Après-le-pont*, Stop-vacances, Bon-courage*, les Six* Quartiers, une litanie que se répétait Erwann (…) à son arrivée à la prison. Roman Jacques, 2002a : 129. Dynamique : Emploi stable (Pauleau, enquête linguistique, 2005).

1288 STORE :

Peu cour. Vieilli. Magasin. V. SHOP. Encycl. : En anglais, "store" signifie : "entrepôt, magasin" (Harrap's), "general store" désignant "l'épicerie". / Terme en usage notamment en français mauricien (Nallatamby, 1995). (…) c'était la grosse Berthe, la tenancière du store de Bouloupari (…). ADG, 1987 dans Anthologie, 1994 : 222. Il n'y avait plus de farine au store. Roman Sénès, 1987 : 80. GENERAL STORE. Enseigne, Nouméa, 1991. Boutiques en brousse : stores. Journal Tazar*, 08/2005 (mots croisés).

1289 STOURNE CALÉDONIEN* :

n.m. Rare. Spéc. Domaine : Ornithologie. (Aplonis striatus striatus). V. MERLE NOIR. Répertorié par Hannecart, 1980 : 32.

1289 SUCER :

v.intr. Fam. Vieilli. Peiner, souffrir. On a crevé ce midi, sur la route... Ben là on a sucé pour changer la roue en pleine chaleur hein? Equivalent hexagonal : En baver.

1290 SUCEUR :

n.m. T.cour. (Lichmera incana incana Latham). Petit oiseau (15cm) noir à long bec pointu, qui suce le nectar des fleurs et des fruits dans les jardins, il est répandu sur tout l'archipel. Encycl. : Famille des Méliphagés. Regarde le suceur sur la terrasse! Il vient boire dans les fleurs... Oral spontané, 1991. Le dimanche matin les ruelles sont réservées aux oiseliers. (…) merles* des Moluques (…), suceurs (…), enfermés dans des cages (...). Prigent, 2006 : 49. Syn. : Kouyouk*. Long-bec* (peu cour.). Méliphage* à oreillon gris (rare, spéc.).

1290 SUCRIER ÉCARLATE :

n.m. Rare. (Myzomela dibapha caledonica Forbes). V. ROUGE-GORGE. Les oiseaux forestiers et leurs nids : (…) sucrier écarlate (…). Manuel Ecologie, 1987 : 118. Le sucrier écarlate. (…). Chant : Sifflements aigus et répétitifs. Pancarte dans un parc naturel (Rivière bleue), 2022. 

1292

1291

MoDyCo

MoDyCo


Université Paris Nanterre
Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS
- MODYCO UMR 7114

MoDyCo

MoDyCo


Université Paris Nanterre
Atanas Tchobanov Ingénieur de recherche CNRS
- MODYCO UMR 7114